Un journaliste de radio dans un studio d’enregistrement à Juba, au Soudan du Sud, à l'occasion de la Journée mondiale de la liberté de la presse (3 mai). Photo ONU / Isaac Billy.

Historique

La liberté d'expression

Comme le stipule l'Article 19 de la Déclaration universelle des droits de l'homme, la liberté d'expression est un droit humain fondamental :

 

Tout individu a droit à la liberté d'opinion et d'expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d'expression que ce soit ».

 

La liberté d’expression est le fondement de toute démocratie. De même que la liberté d’information et la liberté de la presse, la liberté d’expression pose la base de tous les autres droits.

Pour devenir une réalité, la liberté d'expression nécessite :

  • un environnement juridique et réglementaire propice à l'essor d'un secteur des médias pluraliste et ouvert ;
  • un soutien de la part du pouvoir politique et une protection par un État de droit ;
  • des lois qui garantissent l'accès à l'information ;
  • des consommateurs d'information qui disposent des compétences nécessaires pour analyser de manière critique l'information qu'ils reçoivent et en faire la synthèse afin de s'en servir dans leur vie quotidienne et responsabiliser les médias.

Tous ces éléments, sans oublier le respect par les professionnels des médias des normes éthiques et professionnelles élevées, forment l'infrastructure fondamentale pour l'existence de la liberté d'expression. Dans un tel contexte, les médias ont un rôle de gardien, la société civile établit des relations avec les autorités et les décideurs, l'information circule dans les communautés et entre les communautés.

La liberté d’information

La liberté d’information peut être définie comme le droit d’avoir accès à l’information détenue par des organismes publics. Elle est inhérente au droit fondamental à la liberté d’expression, tel qu’il est reconnu par la Résolution A/RES/59(I) de l’Assemblée générale des Nations Unies adoptée en 1946, ainsi que par l’Article 19 de la Déclaration universelle des droits de l'homme.

Les lois relatives à la liberté d’information reflètent le postulat essentiel selon lequel toutes les informations détenues par les gouvernements et les institutions gouvernementales sont en principe publiques et ne peuvent être cachées que s’il existe des raisons légitimes de le faire, les cas typiques étant le respect de la vie privée et les questions de sécurité par exemple.

La libre circulation de l’information et des idées est au cœur de la notion même de démocratie et elle est indispensable au bon respect des droits de l’homme. La démocratie exige que les individus puissent bien participer aux processus de décision et évaluer les performances de leur gouvernement. Cette participation dépend de l’accès à une variété d’informations détenues par les organismes publics.

Il peut s’agir par exemple d’informations sur les lois ou les droits applicables dans un pays, ou sur l’état de l’économie, les systèmes sociaux et d’autres sujets d’intérêt public comme l’utilisation des fonds publics. La liberté d’information contribue ainsi à la transparence et à la responsabilité des gouvernements et constitue un instrument important pour prévenir et combattre la corruption. Elle peut aussi aider à accroître l’efficacité et la réactivité des gouvernements, en même temps que la confiance civique.

Dans tous ces domaines, la liberté d’information contribue à accentuer l’autonomisation et l’égalité de tous les groupes sociaux, notamment les femmes, les personnes vulnérables et les populations autochtones.

La liberté de la presse et des médias

Garantir la liberté des médias dans le monde entier est une priorité. Des médias indépendants, libres et pluralistes sont le pivot de la bonne gouvernance dans les jeunes démocraties comme dans les plus anciennes. Des médias libres :

  • sont des garants de la transparence, la responsabilisation et l'État de droit ;
  • favorisent la participation au débat public et politique ;
  • contribuent à lutter contre la pauvreté et les inégalités.

Un secteur des médias indépendant tire son pouvoir de la communauté qu'il sert et confère en retour à cette même communauté le pouvoir d'être un partenaire à part entière dans le processus démocratique.

 

Affiche de la Déclaration universelle des droits de l'homme

La Déclaration universelle des droits de l'homme (1948)

Comme le stipule l'Article 19 de la Déclaration universelle des droits de l'hommela liberté d'expression est un droit humain fondamental.

Le 10 décembre 1948, les 58 États Membres qui constituaient alors l’Assemblée générale des Nations Unies ont adopté la Déclaration universelle des droits de l’homme à Paris, en France. Ce document fondateur - traduit dans plus de 500 langues différentes - continue d’être, pour chacun d’entre nous, une source d’inspiration pour promouvoir l'exercice universel des droits de l'homme.