Malala Yousafzai et António Guterres

Message du Secrétaire général (2021)

Cette année, la Journée internationale de la paix intervient à un moment de crise pour l’humanité. 

La pandémie de COVID-19 a plongé notre monde dans le chaos. 

Les conflits deviennent incontrôlables. 

L’urgence climatique s’aggrave.

Les inégalités se creusent et la pauvreté empire. 

Et la méfiance et la division éloignent les gens les uns des autres à un moment où la solidarité et la collaboration sont plus nécessaires que jamais. 

En tant que famille humaine, nous sommes face à un choix difficile : 

La paix ou le péril perpétuel. 

Nous devons choisir la paix. 

C’est pourquoi j’appelle au cessez-le-feu pendant 24 heures aujourd’hui. 

En agissant chaque jour dans la solidarité pour une paix viable et durable, nous pouvons surmonter les problèmes qui se posent à nous. 

Nous avons besoin de la paix pour acheminer de toute urgence des vaccins et des traitements vitaux contre la COVID-19. 

Nous avons besoin de la paix pour nous relever de la pandémie et reconstruire les systèmes et les vies qui ont volé en éclats. 

Nous avons besoin de la paix pour rétablir l’équilibre et réduire les inégalités. 

Nous avons besoin de la paix pour renouveler la confiance des uns envers les autres – et la foi dans les faits et la science. 

Et nous devons faire la paix avec la nature – pour guérir notre planète, bâtir une économie verte et atteindre nos objectifs de zéro émission nette. 

La paix n’est pas un rêve naïf. 

C’est une lueur dans l’obscurité, qui nous guide sur l’unique chemin qui nous conduira à un avenir meilleur pour l’humanité. 

Avançons sur la voie de la paix comme si nos vies en dépendaient. 

Parce qu’elles en dépendent bel et bien. 

Je vous remercie. 
 

 

En tant que famille humaine, nous sommes face à un choix difficile : La paix ou le péril perpétuel. Nous devons choisir la paix. 

António Guterres

 

Message publié à l’occasion du compte à rebours de 100 jours avant la journée internationale de la paix
 

Chaque année le 21 septembre, l’Organisation des Nations Unies invite toutes les personnes dans le monde à célébrer la paix, en observant un cessez-le-feu de vingt-quatre heures et la non-violence. 
Tandis que nous nous efforçons de guérir de la pandémie de COVID-19 et d’imaginer un avenir meilleur pour les habitants et la planète, le thème de cette année est « se relever, pour un monde plus équitable et durable ».
Ce relèvement a pour fondement la paix. L’action de vaccination mondiale ne peut avancer en plein conflit armé.

Nous ne pouvons non plus construire un monde durable, résilient et pacifique, tout en étant en guerre avec la nature. Le relèvement est l’occasion de transformer notre rapport avec la planète et l’environnement.

Le monde ne peut redevenir ce qu’il était. Tandis que nous effectuons le compte à rebours avant la Journée internationale de la paix, je demande à chaque personne de participer à la transformation en faveur de la paix, en s’érigeant contre la haine et la discrimination, en prenant soin de la planète et en faisant preuve de la solidarité mondiale qui est si vitale en ce moment.

António Guterres

António Guterres