Message du Secrétaire général (2022)

En cette Journée internationale de la fraternité humaine, nous réfléchissons à l’importance de la compréhension culturelle et religieuse et du respect mutuel.

Je suis reconnaissant aux responsables religieux du monde entier qui s’unissent pour promouvoir le dialogue et l’harmonie interconfessionnelle.

La déclaration intitulée « La fraternité humaine pour la paix mondiale et la coexistence commune », co-signée par Sa Sainteté le Pape François et Son Éminence le Grand Imam d’Al-Azhar, le cheik Ahmad Al-Tayyeb, est un modèle de compassion et de solidarité humaine.

Nous avons plus que jamais besoin d’un tel esprit.

Qu’il s’agisse de l’aggravation de la pauvreté ou du creusement des inégalités, des conflits, des divisions ou de la méfiance, notre famille humaine est en proie à une pléthore de défis.

Pour les affronter, nous devons nous opposer à ceux qui exploitent les différences, font le commerce de la haine et instillent la peur de « l’autre » dans les cœurs inquiets.

Sur toute la planète, on assiste à une vague de discours de haine, d’intolérance, de discrimination et même d’attaques physiques à l’encontre de maintes personnes, simplement en raison de leur religion ou de leurs convictions, de leur appartenance ethnique, de leur genre ou de leur orientation sexuelle.

Ces actes odieux sont des violations des droits humains et des affronts aux valeurs de l’ONU.

Aujourd’hui, engageons-nous à lutter fermement contre le sectarisme, quel que soit le lieu ou le moment où il se présente.

Reconnaissons notre diversité comme une richesse qui fait notre force.

Bâtissons des ponts entre les confessions, en nous inspirant de notre humanité commune.  

Et unissons-nous dans la solidarité pour faire advenir un monde plus inclusif, plus pacifique et plus juste pour tous et toutes.

António Guterres