Message du Secrétaire général, le 2 avril 2021

Alors que nous unissons nos efforts pour nous relever de la pandémie de COVID-19, nous devons nous fixer un objectif essentiel, celui de bâtir un monde plus inclusif et plus accessible, qui prenne en compte les contributions de toutes et de tous, notamment des personnes handicapées.

La crise a créé de nouveaux obstacles et problèmes mais l'action menée pour relancer l'économie mondiale nous offre l'occasion de réinventer le lieu de travail et de faire de la diversité, de l'inclusion et de l'équité une réalité.

Le relèvement, c'est aussi la possibilité de repenser nos systèmes d'éducation et de formation, de sorte que les personnes autistes se voient accorder les moyens de réaliser leur potentiel.  

Il sera primordial de rompre avec les anciennes habitudes. Afin que les personnes autistes puissent accéder à un travail décent en toute égalité, il faut créer un milieu valorisant et procéder à des aménagements raisonnables.

Si nous voulons mettre en œuvre le Programme de développement durable à l'horizon 2030 en ne laissant réellement personne de côté, nous devons permettre aux personnes handicapées, dont les personnes autistes, d'exercer leurs droits et veiller à ce qu'elles participent pleinement à la vie sociale, culturelle et économique.

Œuvrons avec toutes les personnes handicapées et les organisations qui les représentent à la recherche de solutions novatrices, grâce auxquelles nous pourrons mieux nous relever et bâtir un monde meilleur pour tous.

 

Afin que les personnes autistes puissent accéder à un travail décent en toute égalité, il faut créer un milieu valorisant et procéder à des aménagements raisonnables. » 

Le Secrétaire général de l'ONU, António Guterres