Ban Ki-moon prend la parole avec à ses côtés Sam Kahamba Kutesa (Président de l'Assemblée).
Le Secrétaire général Ban Ki-moon (à gauche) prend la parole à l'ouverture de la 29e Session extraordinaire. À ses côtés, le Président de l'Assemblée, Sam Kahamba Kutesa, New York, États-Unis.

Contexte

Les fondements du développement durable

2014 marque le vingtième anniversaire de la Conférence internationale sur la population et le développement (CIPD), un événement qui a innové en plaçant les droits de l’homme et la dignité au cœur des efforts de développement à travers le monde. Le Programme d'action de la CIPD a reconnu que les droits des femmes sont des priorités mondiales de développement. Les dirigeants mondiaux se sont engagés à fournir des accès universels à la planification familiale volontaire, aux services de soins de santé sexuelle et reproductive et aux droits en matière de reproduction, et d'assurer l'égalité des sexes et l'égalité d'accès à l'éducation. La XXIXe Session extraordinaire de l'Assemblée générale des Nations Unies sur la CIPD, le 22 septembre, a réuni des dirigeants du monde entier pour évaluer l'état de sa mise en œuvre et renouveler leur engagement à atteindre ses objectifs.  

Ce fut l'occasion de réaffirmer le soutien des dirigeants mondiaux, d'analyser les progrès que le monde a réalisés et de reconnaître les progrès qu'il reste à accomplir. Le message central du Programme d'action de la CIPD, qui stipule que les droits de l'homme et la dignité doivent être le fondement du développement durable, est encore plus pertinent en 2014, alors que les chefs d'État et les dirigeants mondiaux se réunissent pour discuter du futur programme de développement. Les droits des femmes et des jeunes, y compris leurs droits à l'éducation, à la santé sexuelle et procréative et à la protection contre la discrimination et la violence sont incontournables.  

Il y a vingt ans, le Directeur exécutif du Fonds des Nations pour la population (UNFPA), le Dr Osotimehin, assistait à la CIPD avec une délégation des États-Unis conduite par l'actuel Secrétaire d'État américain John Kerry. Ce dernier déclarait le 8 septembre 2014 : « Je me souviens avoir conduit cette délégation au Caire, à l'époque où il y avait vraiment une conspiration de silence sur la planification familiale, la santé sexuelle et reproductive et les droits en matière de procréation ». De son côté, le Dr Osotimehin déclarait le 22 septembre que des efforts supplémentaires sont nécessaires pour amener les gens à « accepter que chaque être humain a des droits et que les droits de chaque être humain sont indivisibles ».