Obtenez les applications mobiles gratuites

Recevez les dernières nouvelles de nous sur nos applications.

Download app from Android Download app from Apple

Sommet UE-UA 2022 : l'UE veut être l'ami de l'Afrique dans le besoin - et en effet

Get monthly
e-newsletter

Sommet UE-UA 2022 : l'UE veut être l'ami de l'Afrique dans le besoin - et en effet

Les dirigeants africains et européens se sont penchés sur les mesures à prendre pour éviter les échecs précédents.
Kingsley Ighobor
Afrique Renouveau: 
21 Mars 2022
Une photo de groupe des dirigeants lors du sommet.
Union européenne
Au sommet UE-UA 2022, de gauche à droite : Muhammadu BUHARI (Président du Nigeria), Ursula VON DER LEYEN (Présidente de la Commission européenne,), Abdel Fattah EL-SISI (Président de l'Egypte), Cyril RAMAPHOSA (Afrique du Sud), Charles MICHEL (Président du Conseil européen), Emmanuel MACRON (Président de la France), Macky SALL (Président du Sénégal), Kaïs SAÏED (Tunisie).

Sans la crise ukrainienne actuelle, le sixième sommet Union européenne-Union africaine, qui s'est tenu à Bruxelles les 17 et 18 février, serait probablement encore au centre des conversations géopolitiques.

L'événement tant annoncé de remise à plat des relations a tenu ses promesses : 40 dirigeants africains étaient présents à Bruxelles ; un mélange de faste et de résultats substantiels a défini le sommet où les deux régions ont poursuivi des intérêts croisés et parfois divergents.
 
La toile de fond implicite était l'influence croissante de la Chine en Afrique, et des pays comme les États-Unis, le Japon, le Royaume-Uni, la France et l'Allemagne renforcent leurs engagements bilatéraux. 
 
Principaux points à retenir
 
Coprésidé par le président de l'UA et président sénégalais, Macky Sall, et le président du Conseil européen, Charles Michel, le sommet a débouché sur une promesse d'investissement de 150 milliards d'euros (168 milliards de dollars) dans les secteurs de l'énergie, des transports, des infrastructures numériques, de la santé et de l'éducation.
 
Ce montant sera réparti sur les sept prochaines années, ce qui représente environ 24 milliards de dollars par an. Il s'agit d'une dépense importante si l'on considère que les investissements directs étrangers (IDE) actuels de l'UE en Afrique s'élèvent à environ 250 milliards de dollars. 
 
Le paquet d'investissements est une ramification du programme Global Gateway de l'UE, d'un montant de 300 milliards d'euros (336 milliards de dollars), lancé en 2021, qui rivalise avec l'initiative Belt and Road de la Chine, laquelle finance déjà des infrastructures essentielles dans divers pays du continent.
 
L'augmentation de l'accès de l'Afrique aux droits de tirage spéciaux (DTS) - un panier de milliards de dollars des principales devises du monde détenu par le FMI - a gagné du terrain lors du sommet. 
 
Le président français Emmanuel Macron et le président Sall avaient fixé comme objectif la libération de 100 milliards de dollars de DTS inutilisés pour stimuler les liquidités dans les pays africains lors du sommet sur le financement des économies africaines qui s'est tenu à Paris en mai 2021. À Bruxelles, le sentiment était que les États membres de l'UE pouvaient faire plus que les 13 milliards de dollars déjà promis.
 
L'UE s'est également engagée à augmenter son don de vaccins COVID-19 à l'Afrique de moins de 150 millions de doses actuellement à 450 millions de doses d'ici la mi-2022, en plus de mobiliser 425 millions d'euros (465 millions de dollars) pour soutenir la distribution des vaccins et former les équipes médicales.
 
Renonciation à la propriété intellectuelle
 
Par ailleurs, les dirigeants africains n'ont pas réussi à convaincre l'UE à Bruxelles de renoncer aux droits de propriété intellectuelle (PI) sur les vaccins pour permettre à l'Afrique de produire ses propres vaccins et de sauver davantage de vies.
 
Les Africains et de nombreuses autres personnes, dont le secrétaire général des Nations unies, António Guterres, ainsi que la directrice exécutive de l'ONUSIDA, Winnie Byanyima, ont appelé à une vaccination équitable des populations mondiales. L'OMS indique qu'à peine plus de 11 % des Africains sont vaccinés, contre 66 % des Américains, 85 % des Chinois et 62 % des Européens. La moyenne mondiale est de 56 %.
 
À Bruxelles, le président sud-africain Cyril Ramaphosa a exhorté l'UE à approuver la dérogation relative aux aspects des droits de propriété intellectuelle qui touchent au commerce (ADPIC).
 
Le président de la Sierra Leone, Maada Bio, a quant à lui posé la question suivante : "Sommes-nous des partenaires égaux dans cette affaire ? Considérons-nous qu'il y a des êtres humains de l'autre côté ?".
 
La question de la propriété intellectuelle a été renvoyée à l'Organisation mondiale du commerce (OMC). Une déclaration anodine faite à l'issue du sommet exprime un engagement en faveur d'un "accord sur une réponse globale de l'OMC à la pandémie, qui inclut les aspects liés au commerce et à la propriété intellectuelle". 
 
Cependant, à la mi-mars, l'OMC a annoncé un accord conclu par les États-Unis, l'UE, l'Inde et l'Afrique du Sud pour une dérogation limitée en matière de propriété intellectuelle pour le COVID-19. L'accord exclut les traitements et les tests. La directrice générale de l'OMC, Ngozi Okonjo-Iweala, s'est félicitée de cet accord, mais a précisé qu'il devait encore être approuvé par les 164 membres de l'organisation.
 
Bien que les migrations soient une préoccupation majeure des Européens, le sommet a été moins précis sur les moyens de lutter contre le flux de migrants de l'Afrique vers l'Europe. Au lieu de cela, la déclaration finale indique : "Nous continuerons à traiter tous les aspects de la migration et de la mobilité... Nous nous engageons à relever les défis posés par la fuite des cerveaux et à investir dans les jeunes et les femmes pour soutenir leur autonomisation, leurs compétences, leur éducation et leurs perspectives d'emploi."
 
La France a annoncé son retrait militaire du Mali lors du sommet, même si l'UE a réitéré son "soutien aux opérations de soutien de la paix menées par l'Afrique."
Wide photo of roundtable meeting.
Des représentants africains et européens participent à une table ronde. Photo : © Commission européenne
Les priorités de l'Afrique
 
Les Africains avaient une vision claire de leurs priorités. Premièrement, ils avaient besoin que l'UE, un organisme supranational, s'engage auprès de l'Afrique en soutenant des projets panafricains tels que l'Agenda 2063, la Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECAf) et le Plan d'action pour la relance verte de l'Union africaine.
 
Deuxièmement, en évoquant les possibilités d'investissement sur le continent, les dirigeants ont souhaité un changement d'état d'esprit, pour passer d'un continent donateur-bénéficiaire à un continent de partenariat.
 
Troisièmement, ils ont exigé des actions, et pas seulement des mots ; de nombreux experts en développement estiment que les sommets UE-UA ont souvent été des foires d'empoigne et que les engagements antérieurs de l'UE restent largement non tenus.
 
Dans une tribune publiée avant le sommet, le secrétaire exécutif de la Commission économique des Nations unies pour l'Afrique, Vera Songwe, a affirmé que "trop de sommets ont eu lieu avec trop peu d'impact ces dernières années".
 
"Il y a une longue histoire de promesses non tenues... quand il s'agit de l'UE et de l'Afrique", abonde W. Gyude Moore, analyste politique au Centre pour le développement mondial, une institution de recherche sur la pauvreté dans le monde.
 
L'appel à un partenariat égalitaire a été le fruit le plus facile à cueillir, les hauts fonctionnaires de l'UE ayant fait entendre les bonnes notes tout au long du sommet. "L'Union européenne veut être le partenaire de choix de l'Afrique. C'est en gros le résumé du sommet", a déclaré Ursula von der Leyen, présidente de la Commission européenne. 
 
M. Michel a souligné que le sommet était organisé pour "nous permettre de nous écouter, de mieux nous comprendre." 
 
Le concept de partenariat égalitaire a également été repris dans la déclaration finale : "Ce partenariat renouvelé sera fondé sur... le respect de la souveraineté, le respect mutuel et la responsabilité, des valeurs communes, l'égalité entre les partenaires et des engagements réciproques."
 
Pour s'assurer que les actions correspondent aux paroles, M. Michel a proposé un mécanisme de suivi composé de représentants de l'UA et de l'UE, du secteur privé et d'acteurs de la société civile, afin d'examiner et de rendre compte des projets qui "se concrétisent conformément au calendrier établi, et de ceux qui nécessitent un nouvel élan, des adaptations et des améliorations."
Réunion entre le président de la Commission de l'UA et le premier ministre de la Suède.
Le président de la Commission de l'Union africaine, Moussa Faki Mahamat, rencontre le Premier ministre suédois, Magdalena Andersson. Photo : © Commission européenne

Un coup de pouce pour agir

Les résultats d'une étude commandée par l'UE, qui montrent que les Africains considèrent la Chine et les États-Unis - et non l'UE - comme leurs principaux partenaires, ont déclenché une grande campagne de relations publiques visant à présenter aux Africains les activités de l'UE en Afrique.

Pourtant, l'UE est le premier partenaire commercial de l'Afrique, représentant 33 % des exportations africaines et 31 % des importations. Les exportations de l'Afrique vers la Chine représentent 17 pour cent des exportations et 22 pour cent des importations, tandis que les États-Unis représentent 6 pour cent des exportations et 6 pour cent des importations.

Le renforcement des relations commerciales, l'augmentation de l'IDE et le soutien aux projets du continent tels que l'AfCFTA, associés à des campagnes de communication visant à gagner le cœur et l'esprit des Africains, pourraient bien catapulter l'UE en tête de la liste des amis de l'Afrique dans le besoin - et en effet.