Obtenez les applications mobiles gratuites

Recevez les dernières nouvelles de nous sur nos applications.

Download app from Android Download app from Apple

Le chef adjoint de l'ONU exhorte les coordonnateurs résidents en Afrique à contribuer à l'accélération des ODD

Get monthly
e-newsletter

Le chef adjoint de l'ONU exhorte les coordonnateurs résidents en Afrique à contribuer à l'accélération des ODD

Chaque défi à relever pouvait être transformé en une formidable opportunité sur le continent, a-t-elle souligné.
Africa Renewal
Afrique Renouveau: 
8 Mars 2022
Amina J. Mohammed
CEA/Daniel Getachew
La vice-secrétaire générale Amina J. Mohammed a remercié les coordonnateurs résidents en Afrique pour leur leadership et leur engagement à soutenir tous les pays et leurs populations à un moment où le monde est confronté à de profonds défis.

La Vice-Secrétaire générale de l'ONU, Amina J. Mohammed, a exhorté les coordonnateurs résidents de l'ONU à travers l'Afrique à transformer un large éventail de défis profonds en opportunités, grâce à leur pouvoir de rassemblement, afin de soutenir les pays pour une transformation indispensable pour "sauver les Objectifs de développement durable (ODD)".

En marge du huitième Forum régional africain sur le développement durable qui s'est tenu à Kigali, Rwanda, elle a rencontré les coordonnateurs résidents de tout le continent.
 
Cette réunion annuelle a permis d'identifier les priorités et les défis communs, ainsi que les moyens de les surmonter en vue de la réalisation des ODD de la Décennie d'action et de l'Agenda 2063 de l'Union africaine.
 
"Maintenant, la question centrale pour nous est de savoir comment nous allons sauver les ODD et comment nous allons amener le système des Nations Unies avec nous. Vos rôles de coordination et de rassemblement seront donc mis à contribution", a déclaré Mme Mohammed.
 
S'adressant à 29 coordonnateurs résidents au Centre de convention de Kigali et à d'autres virtuellement, elle a présenté un large éventail de questions émergentes auxquelles l'Afrique est confrontée. 
 
S'agissant de la pandémie de la COVID-19, elle a fait remarquer que l'Afrique resterait à la traîne tant que tout le monde ne serait pas vacciné, soulignant l'absence d'équité en matière de vaccins. Elle a évoqué les écarts croissants en matière de connectivité numérique, la crise de la dette qui se profile, les progrès trop lents en matière d'égalité des sexes et l'Afrique en première ligne de la crise climatique.
 
Mme Mohammed s'est également inquiétée des tensions politiques, économiques, ethniques et sociales alimentées par les inégalités, ajoutant les violations des droits de l'homme, la violence contre les femmes, les conflits armés, le terrorisme et d'autres instabilités politiques.
 
Pas assez rapide
 
En outre, elle a souligné que le rythme actuel des progrès en Afrique n'était pas assez rapide pour atteindre les ODD d'ici 2030, soulignant que le continent avait régressé sur l'ODD 13 sur l'action climatique et l'ODD 16 concernant la paix, la justice et des institutions fortes.
 
Cependant, la vice-secrétaire générale a souligné l'importance de considérer chacun de ces défis comme "d'énormes opportunités." "Nous avons les solutions. Nous avons l'empreinte de l'ONU. Nous avons l'expertise. Nous avons l'effet de levier et le pouvoir de rassemblement qui, ensemble, peuvent nous sortir de bon nombre de ces situations", a-t-elle déclaré.
 
Les réformes de l'ONU ont apporté des outils de planification stratégique que les coordonnateurs résidents peuvent utiliser pour saisir la pensée d'un pays et la traduire en programmes qui rassemblent la contribution collective d'une équipe de l'ONU à la réalisation de visions de développement internationales et nationales.
 
Elle a notamment demandé aux coordonnateurs résidents, en leur qualité de plus haut représentant du Secrétaire général dans les pays, de trouver des points d'entrée pour plaider en faveur d'investissements supplémentaires et de cibler des secteurs importants de l'économie africaine qui auront des effets multiplicateurs pour lutter contre les inégalités, le genre, les droits des femmes, les enfants et le chômage des jeunes.

"Nous devons distribuer des méga-dividendes pour les investissements que nous réalisons sur ce continent grâce à notre empreinte et je pense que nous pouvons y parvenir", a-t-elle déclaré.

Explorant les priorités de cette année, Mme Mohammed les a appelés à continuer à faire des synergies une réalité parmi les efforts humanitaires, de développement durable et de consolidation de la paix de l'ONU, pour sauver des vies et des moyens de subsistance. 

Alors que les équipes de pays des Nations Unies dans 19 pays africains formulent cette année de nouveaux cadres de coopération pour le développement durable, Mme Mohammed a déclaré qu'une autre priorité était de saisir l'occasion de montrer l'ambition et la pertinence renouvelées des Nations Unies pour aider les gouvernements à relancer les ODD par le biais du développement des cadres de coopération.

Participant virtuellement à la réunion, Robert Piper, sous-secrétaire général et directeur du Bureau de coordination du développement des Nations unies (DCO), a tiré la sonnette d'alarme sur les graves conséquences de l'offensive de la Russie en Ukraine sur le continent africain. Le choc soudain de la crise devrait provoquer des turbulences sur les prix des matières premières, le système bancaire, la crise de la dette, l'espace fiscal, et bien plus encore.

Yacoub El-Hillo, directeur régional de DCO pour l'Afrique, a déclaré : "Dans le contexte des réformes et du système des Nations Unies, s'il y a un groupe d'acteurs qui assume la responsabilité du leadership, c'est bien ce groupe. Nous avons le contingent des coordinateurs résidents." Modérant la réunion, il a encouragé tous les coordonnateurs résidents à partager les leçons avec les autres en tant que groupe collectif, en particulier sur les cadres de coopération de nouvelle génération, puisque 17 équipes de pays des Nations Unies en Afrique ont déjà commencé à les mettre en œuvre en 2021. 

Stephen Jackson, coordonnateur résident au Kenya, a souligné que le cadre de coopération doit être construit sur une solide analyse commune des pays et une analyse "ne laisser personne de côté" pour lutter contre les inégalités. "Nous devons examiner de manière granulaire où l'inégalité a un impact. Cette analyse doit être fondée sur des données, en temps réel et actualisée en permanence", a-t-il déclaré.

S'exprimant sur les opportunités d'action climatique, Catherine Sozi, coordinatrice résidente en Éthiopie, a souligné l'importance de tirer parti du lien entre les efforts humanitaires, de développement durable et de paix en travaillant avec des partenaires pour soutenir le renforcement de la résilience, même pendant la crise. Notre objectif est de veiller à ce que le plan de reconstruction, de réhabilitation et de redressement à grande échelle du gouvernement pour le nord de l'Éthiopie intègre des principes de "reconstruction en mieux" qui ne laissent personne de côté", a-t-elle déclaré.

Interrogé sur les mesures de prévention face au coût de l'insécurité croissante qui éclipse les gains durement acquis dans le cadre des ODD, Anthony Ohemeng-Boamah, coordinateur résident en Mauritanie, a déclaré qu'il était nécessaire de promouvoir des sociétés plus pacifiques et inclusives. "Nous devons travailler sur le front de la justice, et nous devons faire respecter des institutions responsables et inclusives à tous les niveaux", a-t-il déclaré.

En tant que coordinatrice résidente en Égypte, où la COP 27 - la conférence mondiale sur le changement climatique - est prévue en novembre 2022, Elena Panova a souligné l'opportunité unique de passer des promesses à l'action pour voir comment les promesses sont tenues sur le terrain et présenter les solutions climatiques sur le terrain.

Après avoir écouté de nombreux autres coordonnateurs résidents soulever un large éventail de questions prioritaires pour faire une grande poussée en faveur des ODD, Mme Mohammed leur a dit que le rapport du Secrétaire général sur "Notre programme commun" servirait à "mettre le vent sous les ailes de l'Agenda 2030 et de l'Agenda 2060" comme un stimulant pour accélérer leurs efforts, et récolter des résultats sur une base annuelle.