Obtenez les applications mobiles gratuites

Recevez les dernières nouvelles de nous sur nos applications.

Download app from Android Download app from Apple

Les femmes doivent être au centre de la zone de libre-échange transformatrice de l'Afrique

Get monthly
e-newsletter

Les femmes doivent être au centre de la zone de libre-échange transformatrice de l'Afrique

Alors que nous célébrons la Journée de la femme en mars, la représentante permanente de l'Afrique du Sud auprès des Nations Unies, l'ambassadrice Mathu Joyini, estime que l'Afrique doit faire preuve de détermination pour créer des opportunités pour les fe
Kingsley Ighobor
Afrique Renouveau: 
7 Mars 2022
Ambassadrice Mathu Joyini
UN Photo/Evan Schneider
Mathu Joyini, représentante permanente de l'Afrique du Sud auprès des Nations unies, s'exprime lors de la 78e séance plénière, sur le vote et les élections des membres non permanents du Conseil de sécurité. L'Assemblée générale a élu l'Albanie, le Brésil, le Gabon, le Ghana et les Émirats arabes unis au Conseil de sécurité pour un mandat de deux ans à compter du 1er janvier 2022.

L'ambassadrice Mathu Joyini a débuté son rôle de représentante permanente de l'Afrique du Sud auprès des Nations Unies en janvier 2021, devenant ainsi la première femme sud-africaine à occuper ce poste. Représentant le groupe des États africains, elle est la présidente du bureau de la Commission de la condition de la femme (CSW) pour 2022. Elle a défendu des causes liées à la paix et à la sécurité en Afrique, aux droits de l'homme et à l'autonomisation des femmes, entre autres. Dans cet entretien avec Kingsley Ighobor d'Afrique Renouveau, l'Amb. Joyini parle de son travail et de son parcours professionnel. Voici des extraits de l'interview :

Ambassadrice Mathu Joyini
Ambassadrice Mathu Joyini, représentante permanente de l'Afrique du Sud auprès des Nations unies.

Quel a été votre parcours jusqu'à cette fonction ? 

Cet endroit ( les Nations unies) est un centre de gouvernance mondiale, et je pense qu'il offre un espace intéressant pour tout représentant permanent qui souhaite s'engager pour promouvoir les intérêts de son pays, et pour promouvoir la coopération entre son pays et les autres. 

Mon parcours a été intéressant. Il a commencé lorsque je travaillais dans le domaine de l'aide sociale. Et j'y retourne toujours parce que cela m'a permis de comprendre les besoins des êtres humains au niveau individuel, au niveau communautaire, et ainsi de suite. Le travail social m'a permis de comprendre les besoins humains liés à la pauvreté, à la faim, à la santé - vous traitez toutes ces questions dans cet espace. Aujourd'hui, lorsque je regarde les ODD ("Objectifs de développement durable") et ce que nous essayons d'accomplir, je rends hommage aux travailleurs sociaux. 

J'ai également passé beaucoup de temps dans le secteur privé, ce qui m'a aidé à comprendre comment les affaires et la société se croisent ; comment une entreprise fait des profits, mais dans quelle mesure fait-elle des profits tout en aidant à construire ses communautés et ses sociétés ? Encore une fois, quand on arrive ici, on se rend compte que l'accent est mis sur un développement économique durable et responsable. On est confronté à des questions de financement, de financement durable, de financement du développement et à la nécessité pour le secteur privé de s'impliquer dans le développement. 

Bien sûr, il y a mon parcours au sein du département des relations internationales et de la coopération [le ministère sud-africain des affaires étrangères], pendant plus de 20 ans, à différents postes et à différents niveaux, où j'ai appris à mieux connaître la politique étrangère et les relations internationales de notre pays.

Je dis toujours que l'Afrique du Sud démocratique a été bonne avec sa politique étrangère - son orientation et sa cohérence au fil des ans. 

Quelles sont vos principales réalisations jusqu'à présent aux Nations Unies ?

Je peux vous en donner quelques exemples. Je commencerai par les droits de l'homme. Comme vous le savez, en 2021, nous avons commémoré le 20e anniversaire de la déclaration et du programme d'action de Durban, qui est un cadre historique de lutte contre la discrimination. L'Afrique du Sud a été chargée de préparer cette commémoration et de faciliter l'élaboration d'une déclaration politique. Ce rôle nous a été confié conjointement avec le Portugal, et je dois féliciter l'ambassadeur Francisco António Duarte Lopes du Portugal, car nous avons réussi à mettre sur la table une déclaration politique qui a été adoptée avec succès en marge de la semaine de haut niveau de l'Assemblée générale des Nations Unies en septembre 2021.

Deuxièmement, en ce qui concerne la paix et la sécurité, l'Afrique du Sud et le Bureau d'appui à la consolidation de la paix des Nations Unies ont organisé un webinaire et lancé un dialogue sur la manière d'amener le secteur privé à contribuer à la consolidation de la paix. Je dois vous dire que ce fut un webinaire intéressant. Nous avons examiné la manière dont nous pouvons mettre des ressources à la disposition de la consolidation de la paix. Nous pensons que le secteur privé qui bénéficie d'une société stable et pacifique doit contribuer à la consolidation de la paix. Et il se trouve que le secteur privé est prêt à apporter de telles contributions. Nous espérons donc mettre en place une stratégie d'engagement du secteur privé. 

Troisièmement, il y a des questions qui nous intéresseront toujours. Il ne s'agit pas seulement de questions datant de 2022, mais de questions qui seront toujours les priorités de l'Afrique du Sud en raison de notre histoire. L'une de ces priorités est notre solidarité avec le peuple de Palestine et le peuple du Sahara occidental. Nous avons également l'Agenda 2063 de l'Union africaine, qui s'aligne sur les ODD et inclut désormais le programme de redressement post-COVID-19.

Quatrièmement, nous sommes connus pour l'égalité des sexes et l'autonomisation des femmes. En 2022 et 2023, l'Afrique du Sud présidera le Comité sur le statut des femmes (CSW). Nous la présiderons au nom du groupe africain et nous voulons nous assurer que nous conduisons la mise en œuvre des conclusions convenues. 

En ce qui concerne l'égalité des sexes, vous êtes l'une des rares représentantes permanentes auprès des Nations Unies à New York. Pourquoi, à votre avis, en est-il ainsi ?

Les gouvernements sont les premiers responsables de la promotion de l'égalité entre les hommes et les femmes ; il faut toujours leur rappeler qu'ils doivent joindre le geste à la parole. Ce n'est pas toujours le cas. Lorsque les femmes occupent des postes de direction dans les espaces publics, elles sont susceptibles de promouvoir d'autres femmes. Je peux le dire dans mon cas. Mais encore une fois, je représente mon président, qui soutient fermement l'égalité des sexes.

L'égalité des sexes est une grande priorité ici, au siège des Nations Unies. Est-ce le cas en Afrique ? 

Je pense que oui. Je le sais. De nombreux instruments de l'Union africaine sont axés sur l'égalité des sexes, sur l'autonomisation des femmes. En fait, l'UA est peut-être en avance sur de nombreux autres organismes régionaux en termes de réflexion sur les questions liées à l'égalité des sexes. Si vous regardez le nombre de protocoles et d'instruments de l'UA, vous constaterez que l'égalité des sexes est une priorité pour nos dirigeants. Mais il y a beaucoup à faire en termes de mise en œuvre.

La CSW de cette année sera probablement hybride - événements en personne et virtuels. Que doivent en attendre les femmes africaines ?

Elles doivent s'attendre à deux paniers de résultats. Le premier panier est le panier formel, qui est la raison d'être de la CSW. Chaque année, nous examinons dans quelle mesure nous mettons en œuvre la déclaration et le programme d'action de Pékin, puis nous formulons des recommandations pour faire progresser l'égalité des sexes et l'autonomisation des femmes. Cette année, ce sera dans le contexte du changement climatique.

La CSW se penche donc sur les expériences vécues par les femmes. Vous et moi savons que les effets du changement climatique touchent les femmes de manière disproportionnée. Ainsi, dans leurs conclusions, les États membres formuleront des recommandations visant à promouvoir l'égalité des sexes et l'autonomisation des femmes dans le contexte du changement climatique. Les femmes africaines doivent donc s'attendre à ce que leurs besoins et leurs défis soient pris en compte dans les conclusions concertées. Nous devons être conscients qu'il ne s'agit pas seulement de savoir dans quelle mesure l'impact du changement climatique est dommageable pour les femmes, mais aussi dans quelle mesure les femmes sont impliquées dans les activités d'atténuation et d'adaptation. Sont-elles financées ? Sont-elles engagées ? 

Le deuxième panier est l'espace CSW, où la société civile et le système des Nations Unies, y compris les États membres, s'engagent à aborder les questions pertinentes. C'est un terrain fertile pour apprendre les uns des autres, pour partager des expériences et pour créer des connaissances.

Ainsi, nos sœurs et nos mères en Afrique peuvent s'attendre à apprendre et à échanger des idées ; elles entendront comment les femmes du Zimbabwe, par exemple, relèvent leurs défis, ou ce que font les femmes au Pakistan et dans d'autres parties du monde.

Quel impact les événements virtuels auront-ils sur les résultats ?

Les femmes ne peuvent pas nécessairement apprendre en venant ici. L'expérience de la dernière CSW a montré qu'elles apprennent très bien sur des plateformes virtuelles. En fait, la plupart des gens diront que les plateformes virtuelles permettent à de nombreuses femmes d'y accéder. Celles qui n'ont pas les moyens de prendre l'avion pour New York peuvent se connecter et échanger leurs expériences avec d'autres. Nous devrons donc faire preuve de sensibilité dans la création de ces plateformes : comment concevoir les sujets, les espaces d'apprentissage et les échanges qui ont lieu. 

Que pensez-vous de la manière dont les femmes peuvent tirer parti de la zone de libre-échange continentale africaine (ZLECAf), qui est probablement le plus grand projet africain actuel ? 

Absolument, la ZLECAf est le plus grand projet. Et il s'agit d'un projet transformateur. En créant ce marché de 1,3 milliard de consommateurs, vous pouvez imaginer ce qu'il fera pour notre secteur manufacturier, pour le commerce, pour l'agriculture, et ainsi de suite. Dans la mesure où l'accord de libre-échange transformera le continent sur le plan économique, les femmes doivent en faire partie, sinon en être le centre.

Nous parlons souvent de l'inclusion économique et financière des femmes. Si vous entrez dans n'importe quel marché en Afrique, la plupart des commerçants informels sont des femmes. Nous devons commencer à réfléchir de manière créative à la façon de les inclure d'une manière qui favorise leur bien-être socio-économique. Lorsque nous [l'Afrique du Sud] présidions l'UA, notre président [Cyril Ramaphosa] s'est fait le champion de l'inclusion financière et économique des femmes. Prenez les marchés publics, par exemple. Si j'ai deux fournisseurs aux capacités égales, et que l'un d'eux est une femme, je vais donner l'opportunité à la femme.

Nous devons donc être délibérés au sein de la zone de libre-échange pour renforcer les capacités et créer des opportunités pour les femmes. Nous devons mettre en place des politiques et des programmes qui soutiennent les petites, moyennes et grandes entreprises dirigées par des femmes.

Je dois mentionner le programme SheTrades, lancé par le Centre du commerce international, qui aide à connecter les femmes entrepreneurs africaines aux marchés. De tels programmes sont utiles. 

Enfin, quel message souhaitez-vous faire passer aux Africains, en particulier aux femmes ?

Nous sommes dans un continent dont l'avenir est prometteur. Les études montrent que la croissance économique future se fera en Afrique. Avant la pandémie de COVID-19, les six premières des dix économies à la croissance la plus rapide au monde se trouvaient en Afrique. Il s'agit de savoir comment nous nous organisons pour nous remettre de la pandémie. Et cela est actuellement très bien coordonné par le continent.

Si vous examinez les diverses initiatives mises en place par le continent pour coordonner notre rétablissement et notre préparation aux futures pandémies, vous reprenez espoir.

Nous avons tous les cadres, toutes les politiques, toutes les opportunités. Ce qu'il nous faut maintenant, c'est retrousser nos manches et faire le travail.