Glasgow

01 November 2021

Secretary-General's remarks to the World Leaders Summit - COP 26 [as delivered] [scroll down for French version]

Dear Prime Minister Johnson, I want to thank you and to thank COP President Alok Sharma for your hospitality, your leadership, and your tireless efforts in the preparation of this COP.

Your Royal Highnesses, Excellencies, Ladies and Gentlemen,

The six years since the Paris Climate Agreement have been the six hottest years on record. 

Our addiction to fossil fuels is pushing humanity to the brink.

We face a stark choice:  Either we stop it — or it stops us. 

It’s time to say: enough. 

Enough of brutalizing biodiversity.

Enough of killing ourselves with carbon.

Enough of treating nature like a toilet.

Enough of burning and drilling and mining our way deeper.

We are digging our own graves. 

Our planet is changing before our eyes — from the ocean depths to mountain tops; from melting glaciers to relentless extreme weather events.

Sea-level rise is double the rate it was 30 years ago.

Oceans are hotter than ever — and getting warmer faster. 

Parts of the Amazon Rainforest now emit more carbon than they absorb.

Recent climate action announcements might give the impression that we are on track to turn things around.

This is an illusion. 

The last published report on Nationally Determined Contributions showed that they would still condemn the world to a calamitous 2.7 degree increase.   

And even if the recent pledges were clear and credible — and there are serious questions about some of them — we are still careening towards climate catastrophe.

Even in the best-case scenario, temperatures will rise well above two degrees.

So, as we open this much anticipated climate conference, we are still heading for climate disaster.  

Young people know it.

Every country sees it.

Small Island Developing States — and other vulnerable ones — live it.

For them, failure is not an option.

Failure is a death sentence.

Excellencies,

We face a moment of truth.

We are fast approaching tipping points that will trigger escalating feedback loops of global heating.

But investing in the net zero, climate resilient economy will create feedback loops of its own — virtuous circles of sustainable growth, jobs and opportunity. 

We have progress to build upon. 

A number of countries have made credible commitments to net-zero emissions by mid-century.

Many have pulled the plug on international financing of coal.

Over 700 cities are leading the way to carbon neutrality.

The private sector is waking up. 

The Net-Zero Asset Owners Alliance — the gold standard for credible commitments and transparent targets — is managing US $10 trillion in assets and catalyzing change across industries.

The climate action army — led by young people — is unstoppable.
 
They are larger.  They are louder.

And, I assure you, they are not going away.

I stand with them.
 
Excellencies, 
 
The science is clear.  We know what to do.

First, we must keep the goal of 1.5 degrees Celsius alive.

This requires greater ambition on mitigation and immediate concrete action to reduce global emissions by 45 per cent by 2030.

G20 countries have a particular responsibility as they represent around 80 per cent of emissions.

According to the principle of common but differentiated responsibilities in light of national circumstances, developed countries must lead the effort.

But emerging economies, too, must go the extra mile, as their contribution is essential for the effective reduction of emissions.

We need maximum ambition – from all countries on all fronts – to make Glasgow a success.

I urge developed countries and emerging economies to build coalitions to create the financial and technological conditions to accelerate the decarbonization of the economy as well as the phase out of coal. These coalitions are meant to support the large emitters that face more difficulties in the transition from grey to green for them to be able to do it.

Let’s have no illusions: if commitments fall short by the end of this COP, countries must revisit their national climate plans and policies.

Not every five years.  Every year.  Every moment.

Until keeping to 1.5 degrees is assured.

Until subsidies to fossil fuels end.

Until there is a price on carbon.

Until coal is phased out.

But we also need greater clarity. 

There is a deficit of credibility and a surplus of confusion over emissions reductions and net zero targets, with different meanings and different metrics.

That is why – beyond the mechanisms already established in the Paris Agreement – I am announcing today that I will establish a Group of Experts to propose clear standards to measure and analyze net zero commitments from non-state actors.

Second, we must do more to protect vulnerable communities from the clear and present dangers of climate change.

Over the last decade, nearly 4 billion people suffered climate-related disasters.

That devastation will only grow.

But adaptation works.

Early warning systems save lives. Climate-smart agriculture and infrastructure save jobs.  

All donors must allocate half their climate finance to adaptation.

Public and multilateral development banks should start as soon as possible.

Third, this COP must be a moment of solidarity.

The US$100 billion a year climate finance commitment in support of developing countries must become a $100 billion climate finance reality.

This is critical to restoring trust and credibility.

I welcome the efforts led by Canada and Germany to help us get there.

It is an important first step — but it delays the largest support for years, and it doesn’t give clear guarantees.

But beyond the $100 billion, developing countries need far greater resources to fight COVID-19, to build resilience and pursue sustainable development.

Those suffering the most – namely, Least Developed Countries and Small Island Developing States – need urgent funding.

More public climate finance.  More overseas development aid.  More grants.  Easier access to funding.  

And multilateral development banks must work much more seriously at mobilizing greater investment through blended and private finance.

Excellencies,

The sirens are sounding. 

Our planet is talking to us and telling us something.

And so are people everywhere.

Climate action tops the list of people’s concerns, across countries, age and gender.

We must listen — and we must act — and we must choose wisely.

On behalf of this and future generations, I urge you:

Choose ambition.

Choose solidarity.

Choose to safeguard our future and save humanity, and I thank you.

*****
Cher Monsieur le Premier ministre Johnson, Monsieur le Président de la Conférence des Parties Alok Sharma, je tiens d’abord à vous remercier de votre accueil et de la détermination et de l’énergie dont vous avez preuve dans l’organisation de cette conférence.

Excellences,

Les six années qui se sont écoulées depuis l’Accord de Paris sur le climat ont été les six années les plus chaudes jamais enregistrées.

Notre addiction aux énergies fossiles conduit l’humanité tout droit vers l’abîme.

Le choix est simple : soit nous y mettons fin, soit c’est elle qui nous fera disparaître.

Le moment est venu de dire : « Ça suffit ! »

Détruire la biodiversité ? Ça suffit !

S’autodétruire à cause du carbone ? Ça suffit !

Jeter la nature à l’égout ? Ça suffit !

Brûler, forer et excaver toujours plus profond ? Ça suffit !

Nous sommes en train de creuser notre propre tombe.

La planète change sous nos yeux, du fond de l’océan au sommet des montagnes ; les glaciers fondent et les phénomènes météorologiques sont toujours plus extrêmes.

Le niveau des mers monte deux fois plus vite qu’il y a 30 ans.

Les océans sont plus chauds que jamais et continuent de se réchauffer à un rythme effréné.

Par endroits, la forêt amazonienne émet désormais plus de carbone qu’elle n’en absorbe.

Les annonces faites récemment en faveur du climat pourraient laisser croire que nous sommes en passe de renverser la situation.

Il n’en est rien.

Le dernier rapport sur les contributions déterminées au niveau national montre qu’elles condamnent toujours le monde à une hausse désastreuse de 2,7 degrés.

Quand bien même les engagements pris récemment seraient clairs et crédibles – et certains d’entre eux posent question –, nous n’en courons pas moins à la catastrophe climatique.

Même dans le scénario le plus optimiste, les températures augmenteront bien au-delà de deux degrés.

C’est pourquoi, alors que s’ouvre cette conférence sur le climat tant attendue, nous courons tout droit à la catastrophe.
Les jeunes le savent.

Tous les pays le constatent.

Les petits États insulaires en développement et d’autres pays vulnérables en subissent déjà les effets.

Pour eux, l’échec n’est pas envisageable.

Ce serait une condamnation à mort.

Excellences,

L’heure de vérité a sonné.

Nous nous approchons à grands pas du point de basculement – ce moment où se déclencheront des boucles de rétroaction qui ne feront qu’accélérer le réchauffement de la planète.

En revanche, investir dans une économie sans émission nette et résiliente face aux changements climatiques pourrait créer d’autres boucles de rétroaction – un cercle vertueux où viendraient s’alimenter croissance durable, emplois et débouchés.
Nous pouvons nous appuyer sur certaines avancées.

Plusieurs pays se sont engagés de manière crédible à réduire à zéro leurs émissions nettes d’ici le milieu du siècle.

Beaucoup ont cessé d’investir dans le charbon à l’étranger.

Plus de 700 villes se sont engagées dans la voie de la neutralité carbone.

Le secteur privé prend conscience des enjeux.

La Net-Zero Asset Owners Alliance – la référence en matière d’engagements crédibles et d’objectifs transparents – gère 10 000 milliards de dollars d’actifs et catalyse les changements dans tous les secteurs.

L’armée qui s’est levée en faveur de l’action climatique – et conduite par les jeunes – est une force que rien ne pourra arrêter.

Ses membres sont de plus en plus nombreux. Ils se font entendre de plus en plus fort. Et ils ne vont pas disparaître – je peux vous l’assurer !

Je suis à leur côté.

Excellences,

La science ne laisse planer aucun doute. Nous savons pertinemment ce qu’il faut faire.

En premier lieu, nous ne devons pas renoncer à l’objectif de 1,5 degré.

Cela nous impose d’être plus ambitieux en matière d’atténuation et de prendre immédiatement des mesures concrètes pour réduire les émissions mondiales de 45 % d’ici à 2030.

Les pays du G20, qui représentent environ 80 % des émissions, ont une responsabilité particulière à cet égard.

Selon le principe des responsabilités communes mais différenciées et en fonction de leur situation, les pays développés doivent prendre la tête des efforts entrepris à cette fin.

Toutefois, les économies émergentes elles aussi doivent faire un effort supplémentaire, car leur contribution est essentielle à une réduction effective des émissions.

Pour que Glasgow soit un succès, l’ambition doit être à son comble – de la part de tous les pays et sur tous les fronts.

J’exhorte les pays développés et les pays émergents à former des coalitions pour instaurer des conditions financières et techniques qui permettront d’accélérer la décarbonisation de l’économie et de cesser progressivement de recourir au charbon. Ces coalitions visent à soutenir les grands émetteurs qui rencontrent plus de difficultés dans la transition du gris au vert.

Ne nous faisons pas d’illusions : si d’ici la fin de la Conférence les engagements ne sont pas à la hauteur de l’enjeu, tous les pays devront revoir leurs stratégies et politiques nationales sur le climat.

Non pas tous les cinq ans, mais tous les ans. A chaque instant.

Tant que l’objectif de 1,5 degré ne sera pas atteint.

Tant que les subventions aux combustibles fossiles n’auront pas été éliminées.

Tant qu’un prix n’aura pas été mis sur le carbone.

Tant que le charbon n’aura pas été progressivement abandonné.

Par ailleurs, nous avons besoin de plus de clarté.

S’agissant de la réduction des émissions et de l’objectif de zéro émission nette, le manque de crédibilité et la confusion règnent, chacun donnant aux mots un sens différent et mesurant les choses différemment.

C’est pourquoi j’annonce aujourd’hui mon intention de créer, en plus des mécanismes déjà établis par l’Accord de Paris, un groupe d’experts dont la mission sera de proposer des normes claires permettant de mesurer et d’analyser les engagements que prennent les acteurs non étatiques pour réduire à zéro leurs émissions nettes.

En deuxième lieu, nous devons en faire davantage pour protéger les populations vulnérables contre les dangers manifestes et déjà présents du changement climatique.

Au cours des dix dernières années, près de 4 milliards de personnes ont subi des catastrophes liées au climat.

Ces ravages ne feront qu’augmenter.

Or, l’adaptation produit des résultats.

Les dispositifs d’alerte rapide sauvent des vies. On préserve des emplois grâce à l’agriculture et aux infrastructures intelligentes face au climat.

Tous les donateurs doivent consacrer à l’adaptation la moitié des sommes qu’ils allouent à l’action climatique.

Les banques de développement publiques et multilatérales doivent faire de même au plus tôt.

En troisième lieu, la Conférence des Parties doit être un moment de solidarité.

100 milliards de dollars par an ont été promis aux pays en développement pour les aider dans leur action climatique : ces 100 milliards de dollars doivent se matérialiser.

Cela est indispensable pour rétablir la confiance et assurer notre crédibilité.

Je salue les efforts déployés dans cette voie par l’Allemagne et le Canada.

Il s’agit d’un premier pas – mais le versement des sommes les plus importantes est repoussé à plusieurs années, sans garanties claires.

Mis à part ces 100 milliards de dollars, les pays en développement ont besoin de bien d’autres ressources pour lutter contre le COVID-19, renforcer leur résilience et œuvrer au développement durable.

Ceux qui souffrent le plus – à savoir les pays les moins avancés et les petits États insulaires en développement – ont des besoins urgents de financement.

Il faut davantage de fonds publics pour le climat. Davantage d’aides au développement à l’étranger. Davantage de subventions. Un accès plus facile aux financements.

Enfin, les banques multilatérales de développement doivent s’employer beaucoup plus énergiquement à mobiliser des investissements dans le cadre de financements mixtes et privés.

Excellences,

L’alarme a sonné.

La planète nous envoie un message.

Tout comme les gens aux quatre coins du monde.

L’action climatique est la première des préoccupations des habitants de la planète, quels que soient le pays où ils vivent, leur âge ou leur sexe.

Nous devons écouter – nous devons agir – et nous devons faire preuve de sagesse dans nos choix.

Au nom de la génération présente et des générations futures, je vous en conjure :

Faites le choix de l’ambition.

Faites le choix de la solidarité.

Faites le choix de préserver l’avenir et de sauver l’humanité. Je vous remercie.