N'djamena/Chad

16 February 2021

Secretary-General's video message to the G5 Sahel Summit [scroll down for French version]

Watch the video: https://s3.amazonaws.com/downloads2.unmultimedia.org/public/video/evergreen/MSG+SG+/MSG+SG+11+Feb+21/2602104_MSG+SG+G5+SAHEL+SUMMIT+11+FEB+21.mp4

Mr. President, Excellencies, Ladies and Gentlemen,

Thank you for your invitation and for your close cooperation for peace and development in the Sahel.

Despite recent promising developments, including the peaceful holding of elections, I remain concerned about the deteriorating security situation in the region, in particular in Liptako-Gourma, where the spiral of violence is aggravating an already difficult humanitarian situation.

And once again, it is the civilian population that is paying the price:

  • There are more than 2 million displaced persons;
  • Millions of others are facing acute food insecurity;
  • And this is all in the context of a major climate crisis.

COVID-19 has exacerbated existing vulnerabilities, including economic and health challenges, and has pushed more than 6 million people into extreme poverty.

The G5 Sahel has a key role to play in addressing this crisis.

One year after the Pau Summit, the Joint Force continues to grow in strength thanks to the full mobilization of the States of the Sahel, the assistance of international partners and the support of MINUSMA.

The forthcoming deployment of the Takuba Task Force, composed of European special forces in coordination with the G5 Sahel, illustrates this mobilization, and I thank the countries involved.

The aim is to maintain this momentum while demonstrating exemplary respect for human rights.

In this context, the Joint Force must have stable and predictable funding.

African peace support and counter-terrorism operations must receive a mandate by the Security Council under Chapter VII  and sustained financing, including through assessed contributions.

MINUSMA support for the transition process and the stabilization of Mali must be a priority for partners in the region.

I condemn the cowardly attack perpetrated once again against our peacekeepers last week and call on the authorities to make every effort to identify the perpetrators and bring them to justice.

Beyond the security response alone, development, the rule of law and good governance are the cornerstones of stability in the region.

Governments must regain the confidence of their citizens, and we are determined to support all efforts towards that end.

The multidimensional and interrelated nature of the many challenges makes it necessary to address the root causes of conflict.

That is why I have appointed a Special Coordinator for Development in the Sahel. Mr Mar Dieye will ensure that the links between challenges in the humanitarian, climate, security, political and of course development fields are taken into account in a more integrated, and therefore more effective, approach.

He will work closely with my Special Representative for West Africa and the Sahel, Mohammed Chambas, to advance the implementation of the United Nations integrated strategy for the Sahel, drawing on all our resources in the region to support the efforts of the G5 Sahel.

And together, to advance peace and sustainable development in the region.

Thank you.

*****
Monsieur le Président, Excellences, Mesdames et Messieurs,

Merci pour votre invitation ainsi que pour votre coopération étroite en faveur de la paix et du développement au Sahel.

Malgré de récents développements prometteurs, et notamment la tenue pacifique d’élections, je reste préoccupé par la détérioration de la situation sécuritaire dans la région, en particulier à Liptako-Gourma, où la spirale de la violence aggrave une situation humanitaire déjà difficile.

Et une fois de plus, ce sont les populations civiles qui en paient le prix :

  • plus de deux millions de personnes déplacées,
  • des millions d’autres qui se trouvent dans une situation d’insécurité alimentaire aiguë,
  • le tout dans un contexte de grande crise climatique.

Le COVID-19 a exacerbé les fragilités existantes, y compris les difficultés économiques et sanitaires, et fait basculer plus de six millions de personnes dans l’extrême pauvreté.

Le G5 Sahel a un rôle essentiel à jouer pour faire face à cette crise.

Un an après le Sommet de Pau, la Force Conjointe continue sa montée en puissance grâce à la pleine mobilisation des États sahéliens, au soutien des partenaires internationaux ainsi qu’à l’appui de la MINUSMA.

Le déploiement à venir de la Task-Force Takuba, composée de forces spéciales européennes en coordination avec le G5 Sahel, illustre cette mobilisation, et je remercie les pays engagés.

Il s’agit de conserver cette dynamique tout en démontrant une exemplarité en matière de respect des droits humains.

Dans ce contexte, la Force Conjointe doit disposer de financements stables et prévisibles.

Les opérations de paix et les opérations antiterroristes africaines doivent être endossées par le Conseil de sécurité, au titre du chapitre VII, et financées de façon pérenne, y compris au moyen de contributions obligatoires.

Le soutien de la MINUSMA au processus de transition et à la stabilisation du Mali doit constituer une priorité des partenaires de la région.

Je condamne l’attaque lâche perpétrée une fois de plus contre nos casques bleus la semaine dernière et appelle les autorités à tout faire pour identifier ses auteurs et les traduire en justice.

Au-delà de la seule réponse sécuritaire, le développement, l’État de droit et la bonne gouvernance sont les pierres angulaires de la stabilité de la région.

Les gouvernements doivent retrouver la confiance de leurs citoyens, et nous sommes déterminés à soutenir tous les efforts en ce sens.

La nature multidimensionnelle et interdépendante des nombreux défis nécessite de s’attaquer aux causes profondes des conflits.

C’est pour cela que j’ai nommé un Coordonnateur spécial pour le développement au Sahel. Monsieur Mar Dieye, veillera à ce que les liens entre les défis humanitaires, climatiques, sécuritaires, politiques et bien sûr en matière de développement soient pris en compte dans une approche plus intégrée, et donc plus efficace.

Il travaillera étroitement avec mon Représentant spécial pour l’Afrique de l’Ouest et le Sahel, Mohammed Chambas, pour faire avancer la mise en œuvre de la Stratégie intégrée de Nations Unies pour le Sahel, en s’appuyant sur toutes nos ressources dans la région pour soutenir les efforts du G5 Sahel.

Et ensemble, faire avancer la paix et le développement durable de la région.

Je vous remercie.