New York

05 October 2020

Secretary-General's message on World Habitat Day [scroll down for French version]

Each year World Habitat Day focuses attention on the state of the world’s towns and cities. This year’s observance highlights the centrality of housing as a driver for sustainable urban development. 
 
Currently, 1 billion people live in overcrowded settlements with inadequate housing.  By 2030, that number will rise to 1.6 billion.  Action is needed now to provide low-income families and vulnerable populations with affordable housing with security of tenure and easy access to water, sanitation, transport and other basic services.  To meet global demand, more than 96,000 housing units will need to be completed every day – and they must be part of the green transition
 
The urgency of improving living conditions has been brought to the fore by COVID-19, which has devastated the lives of millions in cities.  Access to clean water and sanitation, along with social distancing, are key responses to the pandemic.  Yet in slums it has proved difficult to implement these measures.  This means an increased risk of infection, not only within slums, but in whole cities, many of which are largely serviced by low-income informal sector workers living in informal settlements.
 
On World Habitat Day, in this crucial Decade of Action to achieve the Sustainable Development Goals, I call for heightened efforts to promote the partnerships, pro-poor policies, and regulations needed to improve housing in cities.  As we strive to overcome the pandemic, address the fragilities and inequalities it has exposed, and combat climate change, now is the time to harness the transformative potential of urbanization for the benefit of people and planet.

*****
Chaque année, la célébration de la Journée mondiale de l’habitat est l’occasion de se pencher sur l’état des villes dans le monde. Cette année, l’accent est mis sur le rôle central du logement, comme moteur du développement urbain durable.

Aujourd’hui, un milliard de personnes vivent dans des établissements surpeuplés et dans des logements inadéquats. D’ici 2030, ce nombre passera à 1,6 milliard. Il faut agir dès maintenant pour fournir aux familles à faible revenu et aux populations vulnérables des logements abordables, en assurant la sécurité des droits fonciers et la facilité de l’accès à l’eau, à l’assainissement, aux transports et à d’autres services de base. Pour répondre à la demande mondiale, il faudra construire plus de 96 000 unités de logement, chaque jour, dans le cadre de la transition verte.

La COVID-19 a fait ressortir l’urgence d’améliorer les conditions de vie, après avoir dévasté la vie de millions de personnes dans les villes. L’accès à l’eau potable et à l’assainissement ainsi que la distanciation physique sont des réponses essentielles à la pandémie. Pourtant, l’application de ces mesures dans les bidonvilles s’est avérée difficile. Cela signifie que les risques d’infection sont plus grands non seulement dans les bidonvilles, mais aussi dans des villes entières, qui comprennent souvent bon nombre de travailleurs à faible revenu de l’économie parallèle, vivant dans des établissements informels.

En cette Journée mondiale de l’habitat et en cette décennie d’action en faveur des objectifs de développement durable, je lance un appel à l’intensification des efforts, afin de promouvoir des partenariats et des politiques favorables aux pauvres et les réglementations nécessaires à l’amélioration du logement dans les villes. Alors que nous nous efforçons de surmonter la pandémie, de remédier aux faiblesses et aux inégalités qu’elle a révélées et de combattre les changements climatiques, le moment est venu d’exploiter le pouvoir de transformation de l’urbanisation au profit des populations et de la planète.