New York

15 September 2020

Secretary-General's message on the International Day of Democracy [scroll down for French version]

Watch the video here: https://s3.amazonaws.com/downloads2.unmultimedia.org/public/video/evergr...

As the world confronts COVID-19, democracy is crucial in ensuring the free flow of information, participation in decision-making and accountability for the response to the pandemic.  Yet since the beginning of the crisis, we have seen the emergency used in a range of countries to restrict democratic processes and civic space. This is especially dangerous in places where democracy’s roots are shallow and institutional checks and balances are weak.  
                                       
The crisis is also highlighting – and aggravating – long-neglected injustices, from inadequate health systems to social protection gaps, digital divides and unequal access to education; from environmental degradation to racial discrimination and violence against women. Along with the profound human toll, these inequalities are themselves threats to democracy. 

Well before the pandemic, frustration was rising, and trust in public authorities was declining. A lack of opportunities was driving economic unease and social unrest.  Today, it is clear that Governments must do more to listen to people demanding change, open new channels for dialogue and respect freedom of peaceful assembly.  

On this International Day of Democracy, let us seize this pivotal moment to build a more equal, inclusive and sustainable world, with full respect for human rights. 

*****

Alors que le monde est aux prises avec la COVID-19, la démocratie joue un rôle vital en ce qu'elle assure la libre circulation de l'information, la participation à la prise de décision et l'application du principe de responsabilité dans le cadre de la lutte contre la pandémie. Pourtant, depuis le début de la crise, nous avons vu que, dans un certain nombre de pays, celle-ci a été utilisée pour mettre à mal les processus démocratiques et restreindre l'espace public. La situation est particulièrement dangereuse dans les lieux où la démocratie n'est pas bien enracinée et où les mécanismes d'équilibre institutionnels manquent de solidité.  

La crise met également en évidence – et aggrave – des injustices longtemps négligées, de l'insuffisance des systèmes de santé aux lacunes en matière de protection sociale, de la fracture numérique à l'inégalité d'accès à l'éducation, ou de la dégradation de l'environnement à la discrimination raciale et à la violence à l'égard des femmes. En plus de faire payer un lourd tribut sur le plan humain, ces inégalités constituent elles-mêmes une menace pour la démocratie. 

Bien avant la pandémie déjà, le mécontentement grandissait et la confiance dans les autorités publiques déclinait. Le manque de perspectives entraînait malaise économique et troubles sociaux. Aujourd'hui, il est clair que les gouvernements doivent en faire davantage pour écouter les personnes qui demandent des changements, ouvrir de nouveaux espaces de dialogue et respecter la liberté de réunion pacifique.  

En cette Journée internationale de la démocratie, saisissons l’occasion unique qui nous est offerte pour construire un monde plus égalitaire, plus inclusif et plus durable, dans le plein respect des droits humains.