New York

07 May 2020

Secretary-General's message on Global Appeal to Address and Counter Covid-19 Related Hate Speech [scroll down for French]

[Please note that this message was posted in advance of its release date of 8 May 2020]

COVID-19 does not care who we are, where we live, what we believe or about any other distinction.  We need every ounce of solidarity to tackle it together.  Yet the pandemic continues to unleash a tsunami of hate and xenophobia, scapegoating and scare-mongering.

Anti-foreigner sentiment has surged online and in the streets. Anti-Semitic conspiracy theories have spread, and COVID-19-related anti-Muslim attacks have occurred.  Migrants and refugees have been vilified as a source of the virus -- and then denied access to medical treatment.  With older persons among the most vulnerable, contemptible memes have emerged suggesting they are also the most expendable.  And journalists, whistleblowers, health professionals, aid workers and human rights defenders are being targeted simply for doing their jobs.

We must act now to strengthen the immunity of our societies against the virus of hate.  That’s why I’m appealing today for an all-out effort to end hate speech globally.

I call on political leaders to show solidarity with all members of their societies and build and reinforce social cohesion.  

I call on educational institutions to focus on digital literacy at a time when billions of young people are online – and when extremists are seeking to prey on captive and potentially despairing audiences.

I call on the media, especially social media companies, to do much more to flag and, in line with international human rights law, remove racist, misogynist and other harmful content.

I call on civil society to strengthen outreach to vulnerable people, and religious actors to serve as models of mutual respect.

And I ask everyone, everywhere, to stand up against hate, treat each other with dignity and take every opportunity to spread kindness.

Last year, I launched the United Nations Strategy and Plan of Action on Hate Speech to enhance United Nations efforts against this scourge.   As we combat this pandemic, we have a duty to protect people, end stigma and prevent violence. 

Let’s defeat hate speech – and COVID-19 - together.

***

APPEL MONDIAL POUR COMBATTRE ET CONTRER

LES DISCOURS DE HAINE LIÉS AU COVID-19

Le COVID-19 n’a que faire de qui nous sommes, du lieu où nous vivons, de nos croyances ou de nos différences. Pour le combattre, nous avons besoin du moindre brin de solidarité. Et pourtant, la pandémie continue de générer une avalanche de haine et de xénophobie ; on désigne des boucs émissaires ; on entretient la peur.

La haine de l’étranger se répand sur Internet et dans les rues. Les théories du complot à caractère antisémite prolifèrent et des musulmans sont victimes d’attaques liées au COVID-19. Des migrants et des réfugiés ont été accusés de propager le virus et se sont vus refuser l’accès aux soins médicaux. Les personnes âgées étant parmi les plus vulnérables face à la maladie, l’idée répugnante que l’on pouvait les sacrifier a commencé à se répandre. Enfin, des journalistes, des lanceurs d’alerte, des professionnels de santé, des travailleurs humanitaires et des défenseurs des droits humains sont pris pour cible simplement parce qu’ils font leur métier.

Nous devons agir maintenant pour renforcer l’immunité de nos sociétés face au virus de la haine. C’est pourquoi je lance aujourd’hui un appel en faveur d’une action résolue pour mettre fin aux discours de haine dans le monde entr.

Je demande aux dirigeants politiques de montrer leur solidarité envers tous les membres de la société et de bâtir et de renforcer la cohésion sociale.

Je demande aux établissements d’enseignement de s’intéresser à la maitrise des outils numériques à un moment où se retrouvent sur Internet des milliards de jeunes – un public captif et parfois désespéré pouvant être la proie des extrémistes.

Je demande aux médias, en particulier aux médias sociaux, d’en faire davantage et de signaler et de supprimer le cas échéant, conformément au droit international des droits de l’homme, les contenus racistes, misogynes ou préjudiciables.

Je demande à la société civile de se rapprocher des personnes vulnérables et aux responsables religieux de se faire les hérauts du respect mutuel.

Enfin, je demande à chacune et chacun, partout dans le monde, de s’élever contre la haine, de traiter autrui avec dignité et de répandre la bonté en toute occasion.

L’année dernière, j’ai lancé la Stratégie et Plan d’action des Nations Unies pour la lutte contre les discours de haine en vue de renforcer l’action de l’ONU contre ce fléau. Alors que nous combattons la pandémie, il nous incombe de protéger les personnes, de mettre fin à la stigmatisation et de prévenir la violence.

Ensemble, surmontons les discours de haine et le COVID-19.