New York

16 March 2020

Statement attributable to the Spokesman for the Secretary-General - on the Central African Republic [scroll down for French]

The Secretary-General strongly condemns the attack perpetrated by anti-Balaka elements against local officials on 15 March in Grimari, Ouaka Prefecture. United Nations peacekeepers confronted the attackers and one Burundian peacekeeper was killed. The Secretary-General expresses his deepest condolences to the family of the deceased peacekeeper, as well to the Government and people of Burundi.

The Secretary-General also strongly condemns a separate attack by suspected elements of the Rassemblement patriotique pour le renouveau de la Centrafrique (RPRC) and Parti du Rassemblement de la Nation Centrafricaine (PRNC) against a MINUSCA patrol on the same day on the Ndélé -Birao axis, in the prefecture of Bamingui-Bangoran, in which one peacekeeper from Pakistan was injured. The Secretary-General wishes a speedy recovery to the wounded.

The Secretary-General recalls that attacks targeting United Nations peacekeepers may constitute a war crime under international law. He calls on the Central African Republic authorities to spare no effort in identifying the perpetrators of these attacks so that they can be swiftly brought to justice.

The Secretary-General reaffirms the determination of MINUSCA to continue implementing its mandate, in particular to protect civilians and to help advance the political process in the Central African Republic.

Stéphane Dujarric, Spokesman for the Secretary-General
 

Déclaration attribuable au porte-parole du Secrétaire général sur la République centrafricaine

Le Secrétaire général condamne fermement l'attaque du 15 mars perpétrée par des éléments anti-Balaka contre les autorités locales de la ville de Grimari, dans la préfecture de la Ouaka. Les soldats de la paix des Nations Unies ont affronté les assaillants et un Casque bleu burundais a été tué. Le Secrétaire général présente ses plus sincères condoléances à la famille de la victime, ainsi qu’au Gouvernement et au peuple burundais. 

Le Secrétaire général condamne aussi fermement une autre attaque  perpétrée le même jour par des éléments présumés du Rassemblement patriotique pour le renouveau de la Centrafrique (RPRC) et du Parti du Rassemblement de la Nation Centrafricaine (PRNC) contre une patrouille de la MINUSCA, sur l'axe Ndélé -Birao, dans la préfecture de Bamingui-Bangoran. Un Casque bleu pakistanais a été blessé durant cette attaque. Le Secrétaire général souhaite un prompt rétablissement au blessé.

Le Secrétaire général rappelle que les attaques contre les Casques bleus des Nations Unies peuvent constituer un crime de guerre en vertu du droit international. Il appelle les autorités de la République centrafricaine à ne ménager aucun effort afin d’identifier les responsables de ces attaques afin qu’ils répondent rapidement de leurs actes devant la justice.

Le Secrétaire général réaffirme la détermination de la MINUSCA à avancer dans la mise en œuvre de son mandat, en particulier pour protéger les civils et contribuer à faire avancer le processus politique en République centrafricaine.

Stéphane Dujarric, Porte-parole du Secrétaire général