New York

07 April 2019

Secretary-General's message on World Health Day [scroll down for French version]

This World Health Day focuses on universal health coverage and the crucial role primary health care plays in making such coverage a reality.
 
Half the world’s population is still unable to obtain the essential health services they need.  Universal Health Coverage is about changing this and ensuring equitable access to health services for all, without people experiencing financial hardship as a result.
 
This is central to building healthy societies and economies and to achieving the Sustainable Development Goals.  And it is not just about improving health services. It is about policies and action across many sectors. We need to address the broader determinants of health, including social, economic and environmental factors.
 
And we must invest in people.  We need highly trained and skilled health workers who can educate and advocate for their patients.  We need empowered individuals who know how to take care of their health and that of their families.  And we need communities to have access to health care when and where they need it.  We must also highlight the importance of mental health, so often stigmatized and forgotten.
 
Primary health care is the key to achieving these goals and universal health coverage.  Last year’s Astana Declaration has paved the way for the world to prioritize the investments we need.   Now it is time to implement the commitments made.
 
Health is a human right. Political commitment and partnerships will be crucial in bringing it to life.  Let us show the world that we are ready to bridge the gaps in health coverage worldwide and deliver health for all.
 
*****
 
Cette Journée mondiale de la santé est consacrée à la couverture sanitaire universelle et à la place centrale qu’occupent les soins de santé primaires à cet égard.
 
La moitié des habitants de la planète ne bénéficient toujours pas des services de santé essentiels dont ils ont besoin. La couverture sanitaire universelle pourrait nous permettre d'en finir avec cette situation et de garantir que tout le monde ait accès à des services de santé sur un pied d'égalité, sans pour autant éprouver de difficultés financières.
                                                       
Il s'agit là d'un élément fondamental si nous voulons bâtir des sociétés et des économies saines et atteindre les objectifs de développement durable. Il n'est pas seulement question d'améliorer les services de santé, mais bien de prendre des mesures dans de nombreux autres domaines. Nous devons agir sur les facteurs plus généraux qui déterminent la santé, notamment sur les plans social, économique et environnemental.
 
Nous devons aussi investir dans l'être humain. Il faut que le personnel sanitaire soit hautement qualifié et capable d’informer les patients et de les défendre. Il faut que chacun et chacune ait les moyens et les connaissances nécessaires pour prendre soin de sa santé et de celle de sa famille. Il faut que les populations aient accès aux soins de santé, où qu’elles soient et à chaque fois qu’elles en ont besoin. Soulignons également l’importance de la santé mentale, si souvent déconsidérée et oubliée.
 
C’est grâce aux soins de santé primaires que nous pourrons atteindre ces objectifs et parvenir à une couverture sanitaire universelle. L’année dernière, dans la Déclaration d’Astana, le monde s’est engagé à investir en priorité dans ce domaine. Il est temps d’honorer cet engagement.
 
La santé est un droit humain. La volonté politique et les partenariats seront indispensables pour le réaliser. Nous devons montrer au monde que nous sommes déterminés à faire ce qu’il faut pour que la couverture sanitaire devienne vraiment universelle et que toutes et tous puissent bénéficier de soins de santé.