Les histoires

Changer les sociétés

Zekia Musa (Soudan du Sud)


« Les inégalités sont répandues dans tout le Soudan du Sud. La loi et la justice doivent être les mêmes pour tous. Les personnes vivant avec un handicap doivent être incluses dans les décisions qui nous concernent directement. Je défends nos droits parce que je veux que nous soyons inclus et entendus pour définir l’avenir de notre pays. »

Photo de Maura Ajak/Copyright © UN

Fifi Baka (République démocratique du Congo)


« Je reste convaincue que tant que les femmes ne seront pas suffisamment prises en compte et impliquées dans les décisions et dans les négociations de paix, nous n'aurons pas de paix ni de développement durable dans notre pays. »

Photo de Ley Uwera/Copyright © UN

Loda Coulibaly (Mali)


« Women play an incredibly important role in society, therefore I advocate for the participation of women in the ongoing transitional process in Mali. »

Photo de Kani Sissoko/Copyright © UN

Participation politique

Béatrice Epaye (République centrafricaine)


« Ce n'est que lorsque nous tirerons parti du leadership et du pouvoir de mobilisation des femmes que nous parviendrons à la paix dans mon pays. C'est notre droit de siéger aux tables de prise de décisions, pas seulement autour d'elles. Les dernières élections ont montré que nous avons encore un long chemin à parcourir. »

Photo de Leila Thiam/Copyright © UN

Olla al Sakkaf (Yémen)


« La guerre a tué l'espoir et transformé nos vies en tragédie, mais mon travail me pousse à persévérer et me donne espoir pour l'avenir. Chaque petit changement que je provoque dans ma communauté me donne l'espoir d'un avenir meilleur pour moi et pour les femmes et les jeunes comme moi. »

Photo de Hana Haza’a/Copyright © UN

Randa Abu Salih (Liban)


« Je pense que les défis à venir pour les femmes libanaises sont énormes et nous devons nous assurer que toutes les femmes accèdent à leurs droits, participent effectivement à la prise de décisions et que la justice soit équitable. »

Photo de Rawan Mazeh/Copyright © UN

Ola al-Aghbary (Yémen)


« Il faut de l'espoir pour faire le genre de travail effectué par les femmes et les jeunes défenseurs de la paix au Yémen. Il faut continuer à croire en notre capacité de ramener les jeunes du front, que les routes s'ouvriront et que les femmes occuperont un jour des postes à responsabilité et auront plus d'influence. »

Photo de Heba Naji/Copyright © UN

Construire la paix

Hawa Games Dahab (Soudan)


« Ma loyauté et mon amour pour ma communauté ont toujours nourri ma quête de paix, car nous ne pouvons pas oublier nos origines. La paix est l'atout le plus précieux pour une société qui doit être construite à partir de zéro. La paix ne peut pas se limiter aux réunions et aux discours dans les grandes salles de conférence, mais doit plutôt se répandre dans les rues. »

Photo de Maimana El Hassan/Copyright © UN

Alokiir Malual (Soudan du Sud)


« Nous progressons. Nous avons intelligemment profité du processus de paix, en veillant à assurer des gains pour les femmes : nous avons atteint un quota de participation de 35% en nous unissant en tant que femmes et en tant que groupes, et en nous unissant autour d’une position, d’une revendication. Une réalisation formidable pour les femmes du Soudan du Sud. »

Photo de Maura Ajak/Copyright © UN

Maha Zeinelabdin Abdelwahad Sidahmed (Soudan)


« Je pense que les questions de genre au Soudan sont interconnectées et doivent être abordées en termes d'ethnicité, d'âge, de religion et de zones géographiques, car le Soudan est très diversifié dans tous ces aspects. »

Photo d'Ola Mohsin/Copyright © UN

Victoria Sandino (Colombie)


« J'aspire à contribuer à la transformation de notre pays, de cette guerre et de ces violences que nous avons vécues, en une autre Colombie : une Colombie en paix, avec la justice sociale et l'égalité des droits pour les hommes et les femmes. »

Photo de Samy Vasquez/Copyright © UN

Maintenir la paix

Mouna Awata Touré (Mali)


« À cause du conflit, les hommes ont quitté Gao. Les femmes ont été laissées à elles-mêmes. Nous avons donc décidé de créer la Case de la paix où tout le monde est représenté : femmes arabes, tamasheq, peules… tout le monde. Cette plateforme nous a vraiment aidé à surmonter nos défis et nos différences. »

Photo de Kani Sissoko/Copyright © UN

Marthe Mbita (République centrafricaine)


« Quand quelqu'un se sent en paix grâce à moi, lorsque j'aide les gens à vivre ensemble en paix, cela m'enrichit moi-même, mais aussi le pays tout entier. »

Photo de Leila Thiam/Copyright © UN

Daniela Soto (Colombie)


« Je viens d'un endroit qui a historiquement été durement touché par la violence de toutes sortes, du racisme, de la discrimination aux conflits armés et aux inégalités économiques. J'espère pouvoir contribuer à la transformation sociale, qui n'est pas seulement entre mes mains, mais la responsabilité de tous dans cette société. »

Photo de Deisy Tellez Giraldo/Copyright © UN