Obtenez les applications mobiles gratuites

Recevez les dernières nouvelles de nous sur nos applications.

Download app from Android Download app from Apple

Les femmes en guerre pour la Paix - Visualiser les progrès de l'action pour le maintien de la paix

Women Wage Peace — Visualizing Progress on Action for Peacekeeping
Les femmes en guerre pour la Paix - Visualiser les progrès de l'action pour le maintien de la paix

Les femmes en guerre pour la Paix - Visualiser les progrès de l'action pour le maintien de la paix

26 Février 2020

La mise en œuvre des priorités Femmes, paix et sécurité (FPS) est un engagement politique à l'initiative du Secrétaire général intitulée "Action pour le maintien de la paix" (A4P -en Anglais). L'A4P réaffirme que la participation pleine, égale et significative des femmes aux processus de paix et aux solutions politiques est essentielle pour un maintien de la paix efficace et durable.

Ce photorécit illustre la force, le leadership et les contributions inestimables des femmes dans le cadre du maintien de la paix. Il dépeint les femmes comme des participantes, des dirigeantes et, surtout, comme des acteurs de changement, menant des discussions, participant aux élections, signant des accords de paix et galvanisant le soutien à la paix dans leurs communautés.

Guetel Moiba Esther Adrienne, Central African Republic, February 2019
Guetel Moiba Esther Adrienne, République centrafricaine, février 2019
ONU/MINUSCA/Hervé Serefio

Guetel Moiba Esther Adrienne, République centrafricaine, février 2019

Pour la première fois dans l'histoire de la République centrafricaine, quatre femmes ont participé en tant que déléguées aux pourparlers de paix officiels qui ont eu lieu au Soudan voisin entre le gouvernement et les groupes armés, pour mettre fin au conflit dans le pays. Guetel Moiba Esther Adrienne, représentant un groupe armé, a participé aux négociations et a été signataire de l'Accord politique pour la paix et la réconciliation. Trois autres femmes ont également participé aux négociations de paix en tant que représentantes du gouvernement.

Luljeta Aliu, Kosovo, 2019
Luljeta Aliu, Kosovo, 2019
Atdhe Mulla

Luljeta Aliu, Kosovo, 2019

Luljeta Aliu dirige l'ONG kosovare INJECT et est convaincue que la violence contre les femmes est le résultat d'institutions et de systèmes qui ne tiennent pas compte de l'histoire des femmes et maintiennent une culture d'impunité pour les auteurs de ces actes. Son travail a poussé les survivantes de la violence à raconter leur histoire et à demander des comptes aux institutions. En 2018, avec le soutien de l'opération de paix des Nations unies au Kosovo, la MINUK, Luljeta a publié des recherches qui ont directement influencé les changements apportés au droit de la famille du Kosovo, qui reconnaît désormais la contribution des femmes à leur foyer et soutient la réalisation de l'égalité des droits des femmes en matière d'héritage.

Major Ajok and Alokiir Malual, South Sudan, 2018
Major Ajok et Alokiir Malual, Sud-Soudan, 2018
UN/UNMISS/Isaac Billy

Major Ajok et Alokiir Malual, Sud-Soudan, 2018

Alokiir Malual est l'une des sept femmes signataires de l'accord de paix revitalisé de 2018 au Sud-Soudan, sous l'égide de l'IGAD. Les pourparlers de paix officiels qui ont abouti à cet accord ont vu le nombre de femmes participant à ces négociations quadrupler par rapport à 2017, passant de 7 à 28. Cela peut, en partie, être directement attribué aux efforts des Nations unies et de leurs partenaires pour accroître la participation des femmes. Avec le major Ajok (à gauche), une femme leader dans le secteur de la sécurité et un groupe diversifié de femmes leaders dans tout le Sud-Soudan, Alokiir a joué un rôle essentiel dans le plaidoyer pour la mise en œuvre de l'accord, notamment en travaillant à demander des comptes aux parties belligérantes.

Women calling for peace, Darfur, Sudan, 2018
Femmes réclamant la paix, Darfour, Soudan, 2018
ONU/UNAMID/Mohamad Almahady

Femmes réclamant la paix, Darfour, Soudan, 2018

Le 24 avril 2018, les femmes du Darfour ont formellement promis de ramener la stabilité, des opportunités de développement et la paix à leurs communautés. Moins d'un an plus tard, les femmes ont joué un rôle de premier plan dans le processus de transition politique au Soudan, ce qui a permis à des femmes d'occuper des postes clés au sein du gouvernement, notamment la toute première femme ministre des affaires étrangères et juge en chef du pays. L'opération de paix conjointe UA-ONU au Darfour, la MINUAD, a également facilité la participation des femmes du Darfour au processus de paix et à la transition politique en cours.

Legislative and presidential elections, Democratic Republic of the Congo (DRC), 2011
Élections législatives et présidentielles, République démocratique du Congo (RDC), 2011
ONU/MONUSCO/Sylvain Liechti

Élections législatives et présidentielles, République démocratique du Congo (RDC), 2011

La faible participation des femmes aux processus politiques et électoraux en RDC est un problème structurel. Lors des élections de 2018, les femmes représentaient environ 50 % du corps électoral mais seulement 12 % des candidats inscrits. Pour remédier à cette situation, l'opération de paix des Nations unies en RDC, la MONUSCO, s'engage stratégiquement auprès des femmes dirigeantes, notamment par le biais de ses bons offices. En 2019, 74 chefs traditionnels de Bukavu, Goma, Kananga, Kinshasa et Mbanza-Ngungu ont signé une lettre dans laquelle ils s'engageaient à augmenter le nombre de femmes chefs dans les assemblées provinciales. Depuis lors, le nombre de femmes chefs traditionnels locaux a doublé.

Hanan Charanek, Bassel al-Assad Cultural Centre, International Women’s Day , Lebanon, 2013
Hanan Charanek, Centre culturel Bassel al-Assad, Journée internationale de la femme, Liban, 2013
UN/UNIFIL/Pascual Gorriz

Hanan Charanek, Centre culturel Bassel al-Assad, Journée internationale de la femme, Liban, 2013

La musique et l'art peuvent être un moyen de mettre en valeur les réalisations politiques des femmes. Certaines des contributions les plus remarquables à la musique traditionnelle libanaise au XXe siècle ont été faites par des femmes, ce qui en fait un moyen idéal de célébrer les

réalisations des femmes. Ce spectacle musical au Centre culturel Bassel al-Assad à Tyr, au Liban, a eu lieu à l'occasion de la Journée internationale de la femme. C'était une célébration des changements positifs dans les communautés résultant du travail des femmes leaders et activistes.

Case de la Paix, Gao, Mali, 2018
Case de la Paix, Gao, Mali, 2018
ONU/MINUSMA/Marco Dormino

Case de la Paix, Gao, Mali, 2018

À Gao, des femmes de 76 associations de femmes appartenant à différents groupes ethniques et communautés ont créé la "Case de la Paix" pour contribuer à la paix et à la cohésion sociale. Avec le soutien de l'opération de paix des Nations unies au Mali, MINUSMA, et ONU Femmes, la Case de la Paix est devenue une plateforme reconnue pour que les femmes contribuent à la paix, quelle que soit leur origine ethnique. Case de la Paix a exigé que les groupes armés mettent en place un cessez-le-feu local et a fait connaître la loi 052 du Mali qui stipule que 30 % des personnes occupant des postes gouvernementaux élus ou nommés doivent être des femmes. Cette sensibilisation a conduit à une augmentation du nombre de femmes élues aux conseils locaux de Gao.

Youth Peace Ambassadors, Democratic Republic of the Congo (DRC), 2019
Jeunes ambassadeurs de la paix, République démocratique du Congo (RDC), 2019
ONU/MONUSCO/Dominique Cardinal

Jeunes ambassadeurs de la paix, République démocratique du Congo (RDC), 2019

Des femmes de tous âges et de tous horizons font progresser la paix en RDC. Les ambassadrices de la paix sont un groupe de 10 jeunes femmes leaders soutenues par l'opération de paix des Nations unies dans le pays, la MONUSCO. Les leaders - l'une d’elles figure sur la photo - promeuvent la paix et la communication non violente aux élèves des écoles de Kinshasa afin de favoriser la stabilité et les relations pacifiques.

Women bringing communities together, Cyprus, 2019
Des femmes-leaders communautaires, Chypre, 2019

Des femmes-leaders communautaires, Chypre, 2019

En 2019, les militantes chypriotes ont consolidé leurs efforts pour engager davantage de femmes dans la vie politique afin de soutenir un processus de paix renouvelé. L'opération de paix des Nations unies à Chypre, l'UNFICYP, a renforcé l'engagement avec divers groupes de femmes et organisations de femmes, permettant à de nombreuses femmes, qui n'avaient jamais été impliquées dans les processus de paix et politiques auparavant, de s'engager de manière significative sur des préoccupations communes.

Rebecca Konyi Ibon, South Sudan, 2019
Rebecca Konyi Ibon, Sud-Soudan, 2019
ONU/UNMISS/Eric Kanalstein

Rebecca Konyi Ibon, Sud-Soudan, 2019

Après avoir combattu pendant des centaines d'années, les tribus Dinka Bor et Murle du Jonglei, au Sud-Soudan, ont signé en 2019 un accord de paix connu sous le nom d'accord Manyabol. Rebecca Konvi Ibon a été l'une des femmes leaders qui ont joué un rôle essentiel dans les

négociations qui ont réuni les tribus et ont commencé à reconstruire les relations entre les communautés, avec le soutien de l'opération de paix des Nations Unies, la MINUS.

Women and men from the Ngok Dinka communities, Abyei, 2019
Femmes et hommes des communautés Ngok Dinka, Abyei, 2019
ONU/UNISFA

Femmes et hommes des communautés Ngok Dinka, Abyei, 2019

Avec le soutien de l'opération de paix des Nations unies à Abyei, l'UNISFA, les femmes dirigeantes se sont engagées dans un dialogue constructif et pacifique avec les hommes afin de promouvoir une participation égale à la prise de décision et de lutter contre la discrimination à l'égard des femmes. Ce dialogue permettra de remettre en question des attitudes et des croyances de longue date et ouvrira la voie à l'accès d'un plus grand nombre de femmes à des postes de direction au niveau local.

Tiedo Haidara, Mopti, Mali, 2019
Tiedo Haidara, Mopti, Mali, 2019
ONU/MINUSMA/Harandane Dicko

Tiedo Haidara, Mopti, Mali, 2019

Tiedo Haidra est le président de l'Association des Ban Kadi, qui se consacre à la construction de l'unité et de la confiance entre les tribus du Mali. En collaboration avec l'opération de paix des Nations unies au Mali, MINUSMA, l'organisation a créé un réseau permettant aux femmes et aux familles de jouer un rôle essentiel dans la promotion de la réconciliation et du développement au sein de leurs communautés.

Commander Aïssa Maïga, Mali, 2015
Commander Aïssa Maïga, Mali, 2015
ONU/MINUSMA/Harandane Dicko

Commander Aïssa Maïga, Mali, 2015

Le commandant Aïssa Maïga a été la première femme officier de haut rang dans la gendarmerie nationale du Mali. Aujourd'hui, elle supervise 14 brigades. Sa défense des droits de la femme a permis aux femmes d'occuper les mêmes postes que les hommes dans la police. En tant que vice-présidente du comité genre de la Police nationale du Mali, soutenu par l'opération de paix des Nations Unies au Mali, MINUSMA, Aïssa aide à relever les défis auxquels sont confrontées les femmes policiers. Son travail contribue également à la prévention des mariages forcés et au renforcement du soutien aux survivantes de violences sexuelles.

Belvia de Bonheur Roimale, Central African Republic (CAR), 2019
Belvia de Bonheur Roimale, République centrafricaine (RCA), 2019
ONU/MINUSCA/Hervé Serefio

Belvia de Bonheur Roimale, République centrafricaine (RCA), 2019

Les femmes d'Afrique centrale font des progrès considérables dans le secteur de la sécurité pour combler le fossé entre les sexes. En tant que membres des comités de désarmement, démobilisation et réintégration et de réforme du secteur de la sécurité, elles influencent les politiques clés qui peuvent contribuer à transformer les dispositifs de sécurité de la RCA et à créer un espace pour les femmes. Belvia de Bonheur Roimale, qui apparaît sur la photo, est l'une des 258 femmes qui ont récemment rejoint la gendarmerie nationale grâce à une campagne de recrutement lancée par l'opération de paix des Nations unies en RCA, la MINUSCA, qui a contribué à faire passer le pourcentage de femmes dans les forces de police de 23 à 25 % en 2019.

Judicial officials, Haiti, 2018
Fonctionnaires judiciaires, Haïti, 2018
ONU/MINUJUSTH/Leonora Baumann

Fonctionnaires judiciaires, Haïti, 2018

En 2018, les femmes fonctionnaires de la justice du tribunal de première instance d'Haïti ont tenu des sessions dédiées pour réduire l'arriéré des dossiers et la détention préventive des femmes. En 2018, l'opération de paix des Nations unies en Haïti, la MINUJUSTH, qui est depuis passée à une mission politique spéciale, le BINUH, a travaillé en étroite collaboration avec le système judiciaire haïtien pour adopter une approche sensible au genre afin d'améliorer l'accès à la justice pour tous les Haïtiens. La MINUJUSTH a également encouragé le leadership des femmes au sein des institutions judiciaires et juridiques et a plaidé pour l'augmentation du nombre de femmes juges.