Écran d'ordinateur avec une carte de suivi du trafic
Love Justice International, une ONG soutenue par le Fonds d'affectation spéciale des Nations Unies pour les victimes de la traite des êtres humains, travaille à identifier les victimes potentielles avant qu'elles ne soient exploitées.
Photo :Love Justice International, Kenya

Usages et abus de la technologie

Le thème de cette année met l'accent sur le rôle de la technologie qui peut entraver mais aussi favoriser la traite d'êtres humains.

Avec l'expansion mondiale de l'utilisation de la technologie, intensifiée par la pandémie de COVID-19 et la multiplication des plateformes en ligne, la traite des êtres humains a conquis le cyberespace. Internet et les plateformes numériques offrent aux trafiquants de nombreux outils pour recruter, exploiter et contrôler les victimes ; organiser leur transport et leur hébergement ; tromper les victimes et contacter des clients potentiels ; communiquer entre les trafiquants ; et cacher les produits du crime, et tout cela avec plus de rapidité, de rentabilité, de fiabilité et d'anonymat

Cependant, cette même technologie offre aussi une grande opportunité. Le succès futur de l'éradication de la traite des êtres humains dépendra de la manière dont les forces de l'ordre, les systèmes de justice pénale et autres peuvent tirer parti de la technologie dans leurs réponses, notamment en aidant les enquêtes à faire la lumière sur le modus operandi des réseaux de traite ; en améliorant les poursuites grâce à des preuves numériques  ; et en fournissant des services de soutien aux survivants. Des activités de prévention et de sensibilisation à l'utilisation sûre d'internet et des médias sociaux pourraient contribuer à atténuer le risque que des personnes soient victimes de la traite en ligne. La coopération avec le secteur privé est importante pour exploiter l'innovation et l'expertise pour le développement de solutions durables et basées sur la technologie pour soutenir la prévention et la lutte contre la traite des êtres humains. #EndHumanTrafficking

Logo de la campagne Coeur bleuHastag for Desertification and Drought Day

Pourquoi un cœur bleu ?

La campagne « Cœur bleu » est une initiative qui vise à mobiliser l’opinion pour lutter contre la traite d'êtres humains et ses conséquences sur la société. Le cœur bleu symbolise le désespoir des victimes de la traite et nous rappelle la cruauté de ceux qui achètent et vendent d’autres êtres humains.

Comment s'impliquer

Au niveau étatique (États Membres) :

  • S'assurer que ce qui est illégal et poursuivi hors ligne le soit aussi en ligne ;
  • Étendre leur attention dans la lutte contre la traite des êtres humains au cyberespace, notamment en fournissant des ressources pour l'application de la loi et en veillant à ce que des politiques et des réglementations soient en place ;
  • Adhérer à la campagne « Cœur bleu » et soutenir les victimes de la traite d'êtres humains par le biais du Fonds de contributions volontaires.

Dans le secteur privé (notamment les entreprises technologiques) :

  • Veiller à ce que des mesures et des restrictions soient en place pour empêcher l'utilisation de plateformes et d'outils technologiques à des fins de traite d'êtres humains ;
  • Utiliser tout le potentiel de la technologie pour lutter contre la traite d'êtres humains ;
  • Identifier de manière proactive le matériel illégal et préjudiciable en ligne et prendre des mesures immédiates et efficaces pour le supprimer.

Exploitation sexuelle, travail forcé et esclavage …

La traite des personnes constitue un crime majeur et une grave violation des droits de l'homme. Chaque année, des milliers d'hommes, de femmes et d'enfants tombent entre les mains de trafiquants, dans leur propre pays et à l'étranger. Presque tous les pays du monde sont touchés par la traite, que ce soit en tant que pays d'origine, de transit ou de destination des victimes. L'ONUDC, en tant que gardien de la Convention des Nations Unies contre la criminalité transnationale organisée (UNTOC) et des Protocoles s'y rapportant, aide les États dans leurs efforts pour mettre en œuvre le Protocole visant à prévenir, réprimer et punir la traite des personnes.

Le Protocole visant à prévenir, réprimer et punir la traite des personnes définit la traite des personnes comme le recrutement, le transport, le transfert, l'hébergement ou l'accueil de personnes, au moyen de la menace ou de l'usage de la force ou d'autres formes de coercition, d'enlèvement, de fraude, de tromperie, d'abus de pouvoir ou d'une situation de vulnérabilité ou de l'offre ou de la réception de paiements ou d'avantages pour obtenir le consentement d'une personne ayant autorité sur une autre personne, à des fins d'exploitation. L'exploitation comprend, au minimum, l'exploitation de la prostitution d'autrui ou d'autres formes d'exploitation sexuelle, le travail ou les services forcés, l'esclavage ou des pratiques analogues à l'esclavage, la servitude ou le prélèvement d'organes.

La Journée mondiale de la lutte contre la traite d’êtres humains a été créée par l'Assemblée générale des Nations Unies dans sa résolution A/RES/68/192.

Le saviez-vous ?

  • En 2018, environ 50 000 victimes de la traite des êtres humains ont été détectées et signalées par 148 pays. 
  • 50 % des victimes détectées ont été victimes de la traite à des fins d'exploitation sexuelle, 38 % ont été exploitées à des fins de travail forcé.
  • Les femmes restent les principales cibles. Elles représentent 46 % et les filles 19 % de toutes les victimes de la traite.
  • Globalement, une victime détectée sur trois est un enfant. 
  • La part des enfants parmi les victimes de la traite détectées a triplé, tandis que la part des garçons a été multipliée par cinq au cours des 15 dernières années.

Source: Office des Nations unies contre la drogue et le crime

En ligne en toute sécurité

duex jeunes filles regardent iun téléphone

Les trafiquants d'êtres humains sont devenus habiles à utiliser les plateformes Internet, y compris les plateformes de médias sociaux, les sites de marché en ligne et les pages Web autonomes pour recruter des victimes et attirer des clients. Suivez ces conseils de sécurité pour vous protéger et protéger ceux qui vous sont chers contre le fléau de la traite d'êtres humains.

Visages humains

brochure cover

Écoutez leur histoire. Aidez-les à reconstruire leur vie.

Parcourez les histoires de ces femmes, ces hommes et ces enfants qui ont eu une seconde chance dans la vie grâce au travail efficace et compatissant des ONG bénéficiaires du Fonds de contributions volontaires des Nations Unies en faveur des victimes de la traite des personnes, géré par l'Office des Nations Unies contre la drogue et le crime (ONUDC).

report cover with drawing of girl

Le Rapport mondial 2020 de l'ONUDC sur la traite des personnes est le cinquième du genre mandaté par l'Assemblée générale dans le cadre du Plan d'action mondial des Nations Unies pour la lutte contre la traite des personnes de 2010. Le rapport s'appuie sur des données provenant de 148 pays et explore des questions particulièrement pertinentes dans le contexte de la crise actuelle, notamment les conséquences des facteurs socio-économiques, les moteurs de la traite des enfants et de la traite à des fins de travail forcé, et l'utilisation d'Internet par les trafiquants.

La traite d'êtres humains est un crime avec des causes profondes. De nombreux facteurs augmentent la vulnérabilité à la traite d'êtres humains, notamment la pauvreté, la discrimination, l'inégalité des sexes, la corruption et les conflits. L'éducation a donc un rôle important à jouer dans la lutte contre cette pratique, notamment en sensibilisant les élèves sur la traite d'êtres humains et aux vulnérabilités et risques qui y sont liés.  Cette dossier éducatif permet d'amener les élèves du secondaire (âgés de 13 à 18 ans) à comprendre de façon critique le sens et l'impact de la traite d'êtres humains.

A crowd of women sitting and laughing

Chaque journée internationale représente une occasion d’informer le public sur des thèmes liés à des enjeux majeurs comme les droits fondamentaux, le développement durable ou la santé. Ces journées sont aussi l’occasion pour le système des Nations Unies, les pouvoir publics et la société civile d’organiser des activités de sensibilisation et de mobiliser des ressources.