Photo :
Agents des forces de l’ordre, travailleurs sociaux, professionnels de la santé, personnel des organisations non gouvernementales et bien d’autres encore s’emploient partout à protéger les personnes vulnérables. Photo : ONUDC

Mettre à l'honneur les personnes en première ligne

Cette année, le thème de la Journée mondiale de la lutte contre la traite d’êtres humains met à l'honneur les travailleurs de première ligne, c'est-à-dire les personnes qui sont les premières à intervenir pour mettre un terme à ce crime. Il s’agit d’hommes et de femmes qui travaillent dans différents domaines et qui permettent d’identifier, de soutenir, de conseiller et d’accompagner les victimes ou de lutter contre l'impunité des trafiquants.

Partout dans le monde, la pandémie de COVID-19 a mis en évidence l’importance et le rôle des travailleurs de première ligne, tandis que les restrictions de mouvement imposées par de nombreux gouvernements pour contrer le coronavirus ont rendu leur tâche de plus en plus complexe.

À travers les récits d’intervenants de première ligne qui décrivent leur travail avec les victimes, nous souhaitons mettre en lumière leur contribution, ainsi que celle de leur institution, de leur organisation et de leur équipe à la lutte contre la traite d'êtres humains : les agents des forces de l’ordre, les travailleurs sociaux, les professionnels de la santé, le personnel des organisations non gouvernementales et bien d’autres encore, qui s’emploient partout à protéger les personnes vulnérables.

Cette journée sera l’occasion de partager des messages positifs, qui mettent en avant l’important travail réalisé par ces intervenants de première ligne, en rappelant combien leurs actions doivent être soutenues et doivent se poursuivre. Les témoignages mettront aussi l’accent sur la manière dont ces travailleurs continuent à lutter contre la traite d’êtres humains pendant la pandémie de COVID-19.

Participez à cette journée et suivez ces récits sur les réseaux sociaux ! #EndHumanTrafficking

Logo de la campagne Coeur bleu contre la traite des personnes

Pourquoi un cœur bleu ?

La campagne « Cœur bleu » est une initiative qui vise à mobiliser l’opinion pour lutter contre la traite d'êtres humains et ses conséquences sur la société. Le cœur bleu symbolise le désespoir des victimes de la traite et nous rappelle la cruauté de ceux qui achètent et vendent d’autres êtres humains.

Protocole visant à prévenir, réprimer et punir la traite des personnes, en particulier des femmes et des enfants

La traite des personnes est un crime grave et une violation des droits de l'homme. Chaque année, des milliers d'hommes, de femmes et d'enfants tombent aux mains de trafiquants dans leur pays ou à l’étranger. Tous les États sont affectés par la traite d'êtres humains, soit en tant que pays d’origine, soit de transit ou de destination des victimes. L’Office des Nations Unies pour la lutte contre la Drogue et le Crime (ONUDC), garant de la Convention des Nations Unies contre la criminalité transnationale organisée et protocoles s'y rapportant, aide les États dans leurs efforts de mise en œuvre du Protocole visant à prévenir, réprimer et punir la traite des personnes.

Le Protocole visant à prévenir, réprimer et punir la traite des personnes, en particulier des femmes et des enfants, a été adopté par la résolution A/RES/55/25 de l'Assemblée générale des Nations Unies. Il constitue le premier instrument juridique international comprenant une définition consensuelle de la traite des êtres humains. L'objectif de cette définition est de faciliter les convergences des approches nationales pour établir des infractions pénales qui permettraient une coopération internationale efficace dans la poursuite des affaires de traite de personnes. Le Protocole a également pour but de protéger et assister les victimes de la traite des personnes dans le respect de leurs droits fondamentaux.

L’Assemblée générale des Nations Unies a proclamé le 30 juillet « Journée mondiale de la lutte contre la traite d’êtres humains » dans sa résolution A/RES/68/192.

Le saviez-vous ? 

  • Chaque année, des milliers d'hommes, de femmes et d'enfants sont victimes de la traite des personnes dans leur pays ou à l'étranger. Par la contrainte, la duperie ou la force, ils sont exploités pour leur force de travail, pour le sexe ou pour leurs organes.
  • Les femmes (49 %) et les filles (23 %) représentent la vaste majorité des victimes détectées de la traite d’êtres humains.
  • L'exploitation sexuelle est la forme d'exploitation la plus courante (59 %), suivie du travail forcé (34 %).
  • La plupart des victimes sont victimes de la traite à l’intérieur des frontières de leur pays - celles qui sont victimes de la traite à l’étranger sont déplacées vers les pays les plus riches.

Concert en direct en ligne

Affiche du concert (en anglais)

Des artistes unis contre la traite d’êtres humains

À l’occasion de la Journée mondiale contre la traite d’êtres humains, le Fonds de contributions volontaires de l'ONU pour les victimes de la traite d’êtres humains, en particulier les femmes et les enfants, géré par l'Office des Nations Unies contre la drogue et le crime (ONUDC), diffusera en partenariat avec Rukus Avenue Music Group un concert en ligne en direct dès midi, heure de New York. Achetez votre ticket au prix de 1 dollar.

Vue d'une cabine d'avion

Les efforts des Nations Unies pour prévenir la traite des personnes ont franchi une nouvelle étape importante avec la création d'un nouveau programme de formation en ligne visant à appuyer la mise en œuvre des Lignes directrices de l'Organisation de l'aviation civile internationale (OACI) / Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l'homme (HCDH) sur la formation des équipages de cabine concernant les mesures à prendre en cas de détection de traite d'êtres humains. Ce cours apprend notamment à observer les passagers pendant la durée des vols, à détecter des victimes potentielles et à leur prêter assistance.

La traite d'êtres humains est un crime avec des causes profondes. De nombreux facteurs augmentent la vulnérabilité à la traite d'êtres humains, notamment la pauvreté, la discrimination, l'inégalité des sexes, la corruption et les conflits. L'éducation a donc un rôle important à jouer dans la lutte contre cette pratique, notamment en sensibilisant les élèves sur la traite d'êtres humains et aux vulnérabilités et risques qui y sont liés.  Cette dossier éducatif permet d'amener les élèves du secondaire (âgés de 13 à 18 ans) à comprendre de façon critique le sens et l'impact de la traite d'êtres humains.

 Illustration : perspective du bâtiment du Secrétariat de l‘ONU et titre, les journées internationales.

Chaque journée internationale représente une occasion d’informer le public sur des thèmes liés à des enjeux majeurs comme les droits fondamentaux, le développement durable ou la santé. Ces journées sont aussi l’occasion pour le système des Nations Unies, les pouvoir publics et la société civile d’organiser des activités de sensibilisation et de mobiliser des ressources.