Welcome to the United Nations. It's your world.

Secretary-General Ban Ki-moon

Latest Statements

New York, 30 July 2014 - Secretary-General's message on the World Day against Trafficking in Persons [scroll down for French version]

Human trafficking is a callous global industry that denies victims their rights and dignity and generates billions of dollars for organized criminal networks.  Most of those trafficked are vulnerable women and children deceived into a life of suffering.  They are exploited for sex and forced to work in conditions akin to slavery.

This first World Day against Trafficking in Persons is a call to action to end this crime and give hope to the victims, who often live unrecognized among us.  To stop the traffickers, we must sever funding pipelines and seize assets.  I urge all countries to ratify and fully implement the United Nations Convention against Transnational Organized Crime and its Protocol on Trafficking in Persons.

Enforcement, cross-border cooperation and information-sharing can all be effective, but ending human trafficking also means tackling the root causes.  Extreme poverty, entrenched inequality and a lack of education and opportunity create the vulnerabilities that traffickers exploit.  Ultimately, the best protection is to accelerate development for all.  

Victims of trafficking who are fortunate enough to be freed need assistance to regain their rights and reintegrate into society.  The UN Trust Fund for the Victims of Trafficking in Persons, Especially Women and Children, works on their behalf but needs additional funding.  I appeal to everyone to support the UN campaign, “Have a Heart for Victims of Human Trafficking”.

Let us open our eyes to this crime and our hearts to the victims.  It is time to say no to human trafficking.

*****

Le Secrétaire général

Message à l’occasion de la Journée mondiale de la dignité des victimes de la traite d’êtres humains, Le 30 juillet 2014

La traite d’êtres humains est une entreprise mondiale sans pitié qui prive les victimes de leurs droits et de leur dignité et génère des milliards de dollars au profit de réseaux de criminalité organisée. La plupart des victimes sont des femmes et des enfants vulnérables qui sont condamnés à une vie de souffrances. Ils subissent une exploitation sexuelle et sont contraints à travailler dans des conditions proches de l’esclavage.
Cette première Journée mondiale de la dignité des victimes de la traite d’êtres humains est un appel à l’action pour faire cesser ce crime et donner de l’espoir aux victimes, qui vivent souvent autour de nous alors que nous ignorons tout de leur sort. Pour arrêter les trafiquants, il nous faut couper leurs voies de financement et saisir leurs avoirs. J’exhorte tous les pays à ratifier et à appliquer intégralement la Convention des Nations Unies contre la criminalité transnationale organisée et son Protocole additionnel relatif à la traite d’êtres humains.
La répression, la coopération transfrontières et les échanges d’informations ont beau être efficaces dans la lutte contre la traite d’êtres humains, il faut s’attaquer au mal à la racine. La pauvreté extrême, l’inégalité solidement implantée et l’absence d’éducation et de perspectives dans la vie créent des vulnérabilités que les trafiquants ne manquent pas d’exploiter. Au bout du compte, la meilleure protection est d’accélérer le développement pour tous.
Les victimes de la traite qui ont la chance d’être libérées ont besoin d’assistance pour recouvrer leurs droits et se réinsérer dans la société. Le Fonds de contributions volontaires des Nations Unies en faveur des victimes de la traite des personnes, en particulier des femmes et des enfants, mène une action en leur nom mais a besoin de financements supplémentaires. Je demande à chacun d’appuyer la campagne de l’ONU intitulée « Ouvrez votre cœur aux victimes de la traite ».
Ouvrons les yeux sur ce crime et nos cœurs aux victimes. Le moment est venu de dire non à la traite d’êtres humains.


Statements on 30 July 2014