Welcome to the United Nations. It's your world.

Secretary-General Ban Ki-moon

Statement

Statement attributable to the Spokesman for the Secretary-General on the Central African Republic [scroll down for French version]

New York, 29 May 2014

The Secretary-General strongly condemns the recent attacks in the Central African Republic, including yesterday at the Church of Notre Dame de Fatima in Bangui in which an unknown number of people, including the priest, were killed and others were abducted.

The attack follows violence in the capital earlier in the week during which three Muslim youths were brutally killed by suspected anti-Balaka elements on their way to an inter-communal reconciliation football match.

The Secretary-General encourages the Central African Republic’s Transitional Authority to do everything within its means to prevent further violence in the capital and throughout the country, and to take concrete measures to ensure that perpetrators are held accountable. He calls on the international forces present in the Central African Republic to take all necessary measures in support of these efforts.

The Secretary-General calls for an immediate end to the cycle of violence and retaliatory attacks. He encourages the Central African Republic’s leaders and partners in the sub-region to work with MINUSCA to facilitate progress toward meaningful national dialogue and reconciliation in order to chart a sustainable path to peace.

*****

Déclaration attribuable au Porte-parole du Secrétaire général sur la République centrafricaine

Le Secrétaire général condamne fermement les récentes attaques en République centrafricaine, y compris l’attaque d’hier contre l’église Notre Dame de Fatima à Bangui, dans laquelle un nombre encore indéterminé de personnes ont été tuées, y compris le prêtre, tandis que d’autres ont été enlevées.

Cette attaque intervient après des violences qui ont eu lieu plus tôt dans la semaine dans la capitale, lors desquelles trois jeunes musulmans ont été brutalement tués par des éléments suspectés d’appartenir aux anti-Balaka, alors qu’ils se rendaient à un match de football visant à promouvoir la réconciliation interconfessionnelle.

Le Secrétaire général encourage les Autorités de transition de la République centrafricaine à faire tout ce qui est en leur pouvoir pour empêcher de nouvelles violences dans la capitale et dans le reste du pays, et à prendre des mesures concrètes pour garantir que les auteurs de ces crimes répondent de leurs actes. Il appelle les forces internationales présentes en République centrafricaine à prendre toutes les mesures nécessaires en vue de soutenir ces mesures.
Le Secrétaire général appelle à la fin immédiate du cycle de violence et de représailles. Il encourage les dirigeants de la République centrafricaine et les partenaires de la sous-région à travailler avec la MINUSCA pour faciliter une avancée significative du dialogue national et de la réconciliation afin de tracer la voie vers une paix durable.
 


Statements on 29 May 2014