Welcome to the United Nations. It's your world.

Secretary-General Ban Ki-moon

Statement

Statement attributable to the Spokesperson for the Secretary-General on the situation in the Central African Republic

New York, 24 March 2013

The Secretary-General condemns the unconstitutional seizure of power that took place in the Central African Republic (CAR) on 24 March 2013 and calls for the swift restoration of constitutional order. He reiterates that the Libreville Agreements, negotiated by the Heads of States and Government of the Economic Community of Central African States (ECCAS), remain the most viable framework to ensure durable peace and stability in the country.

The Secretary-General is deeply concerned by reports of serious violations of human rights. He underscores that those who are responsible for committing such violations will be held accountable.

The Secretary-General appeals for calm and for the respect of the rule of law in the CAR. He is concerned by the dire humanitarian situation in the country and the reports of ongoing looting in the capital, Bangui, including of United Nations property. The United Nations is taking all precautions to protect its staff and reminds the authorities of their obligations to ensure the safety of all United Nations personnel and premises.

Through the Special Representative of the Secretary-General for the Central African Republic, the United Nations will continue to work closely with its partners, including ECCAS and the African Union in joint efforts to help resolve the crisis in the Central African Republic.

*************************************************************************

Le Secrétaire général condamne la prise de pouvoir anticonstitutionnelle intervenue en République centrafricaine le 24 mars 2013 et appelle au rétablissement rapide de l’ordre constitutionnel. Il réitère que les accords de Libreville, négociés sous les auspices des Chefs d’Etat et de Gouvernement de la Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale (CEEAC), restent le cadre le plus viable pour assurer une paix durable et la stabilité dans le pays.

Le Secrétaire général est profondément préoccupé par les rapports faisant état de sérieuses violations des droits de l’homme. Il rappelle à tous ceux qui sont responsables de telles violations qu’ils devront répondre de leurs actes.

Le Secrétaire général appelle au calme et au respect de l’état de droit en République centrafricaine. Il est préoccupé par la situation humanitaire désastreuse qui prévaut dans le pays et les rapports faisant état de pillages, y compris contre les biens des Nations Unies en cours dans la capitale, Bangui. Les Nations Unies prennent toutes les précautions pour protéger son personnel et rappellent aux autorités leurs obligations d’assurer la sécurité de tout le personnel des Nations Unies et de ses locaux.

Par le biais de la Représentante spéciale du Secrétaire général en République centrafricaine, les Nations Unies continueront à travailler étroitement avec leurs partenaires, y compris la CEEAC et l’Union africaine, par l'intermédiaire d’efforts conjoints pour aider à résoudre la situation de crise en République centrafricaine.


Statements on 24 March 2013