À propos du Bureau de l’Envoyé du Secrétaire général pour les technologies

En juin 2019, dans son rapport intitulé « L’ère de l’interdépendance numérique », le Groupe de haut niveau sur la coopération numérique, mis en place par le Secrétaire général, a défini les fonctions que pourraient assumer un futur Envoyé ou une future Envoyée pour les technologies afin de contribuer à consolider la coopération numérique. Cette personne pourrait recenser les problèmes à un horizon plus lointain auxquels il faudrait remédier en améliorant la coopération ou la gouvernance ; légèrement coordonner les acteurs multipartites de façon à répondre aux préoccupations communes ; renforcer les normes et principes élaborés dans le cadre de forums dotés de mandats pertinents ; collaborer avec les États Membres de l’ONU, la société civile et les entreprises pour promouvoir le respect des normes convenues.

Parmi les autres attributions que le Groupe envisageait pour l’Envoyé ou l’Envoyée, on peut citer : la coordination des activités menées par des entités des Nations Unies dans le domaine des technologies numériques ; l’amélioration de la communication et de la collaboration entre les experts en technologie au sein du système des Nations Unies ; la prestation de conseils au Secrétaire général sur des questions relatives aux nouvelles technologies. Enfin, l’Envoyé ou l’Envoyée pourrait promouvoir des partenariats visant à constituer et à tenir à jour une base commune internationale de ressources numériques dont on pourrait se servir pour contribuer à atteindre les objectifs de développement durable.

Dans le Plan d’action de coopération numérique qu’il a établi en réponse au rapport du Groupe de haut niveau, le Secrétaire général a exposé sa vision et a noté que « l’Organisation des Nations Unies [était] prête à servir de plateforme de dialogue sur les politiques à suivre entre les multiples parties prenantes concernant les technologies émergentes ». « Pour faciliter ce dialogue », le Secrétaire général nommerait un Envoyé ou une Envoyée pour les technologies « dont le rôle sera[it] de conseiller les hauts responsables des Nations Unies sur les grandes tendances technologiques, de manière à guider l’approche stratégique adoptée par l’Organisation sur ces questions [...] [et qui serait] également chargé(e) de promouvoir et de coordonner les activités de coopération numérique – afin que les États Membres, l’industrie technologique, la société civile et les autres parties prenantes disposent d’un interlocuteur privilégié pour l’ensemble du système des Nations Unies ».

Dans la déclaration de l'Assemblée générale sur la commémoration du 75e anniversaire de l'Organisation des Nations Unies du 21 septembre 2020 (résolution 75/1 de l'Assemblée générale), les États Membres ont reconnu l'importance de la technologie en tant que question mondiale fondamentale et se sont engagés à « améliorer la coopération numérique » 3pour être en mesure de maximiser les avantages que les technologies numériques peuvent apporter tout en réduisant les risques. Les États membres ont également convenu que « l’ONU peut fournir une plate-forme à toutes les parties prenantes pour participer à ces délibérations ».

 

L'Agenda commun du Secrétaire général, élaboré en réponse à la Déclaration de l'ONU75, donne la priorité à l'espace numérique et à la nécessité de « protéger l'espace en ligne et de renforcer sa gouvernance ». Il propose également un Pacte numérique mondial à développer à travers une piste multipartite, qui définirait des principes communs pour un avenir numérique ouvert, libre et sécurisé pour tous et toutes.

En conséquence, le Bureau de l’Envoyé.e pour les technologies s’engage à suivre une approche transparente, inclusive et multipartite semblable à celle adoptée par le Groupe de haut niveau sur la coopération numérique et à celle sur laquelle reposent l’élaboration et la mise en œuvre du Plan d’action de coopération numérique du Secrétaire général et soutiendra le travail vers un Pacte numérique mondial.

Le Bureau coopère étroitement avec toutes les entités des Nations Unies afin d’assurer la synergie et d’éviter les doubles emplois, participe aux programmes interinstitutions et à ceux menés à l’échelle du système des Nations Unies, et apporte son concours dans le cadre de programmes et forums multilatéraux et internationaux en cours, en particulier le Forum sur la gouvernance d’Internet.

Selon les domaines de responsabilité définis par le Secrétaire général dans son plan d’action de coopération numérique, le Bureau de l’Envoyé.e du Secrétaire général pour les technologies assume les principales fonctions suivantes :

 

  • Diriger l’exécution du Plan d’action du Secrétaire général en coordonnant l’ensemble des activités qui y sont prévues et en collaborant étroitement avec les différentes entités des Nations Unies et les groupes multipartites de manière à assurer une cohérence globale, dans le plein respect des mandats des différentes entités des Nations Unies ;

 

  • Faciliter le dialogue sur les recommandations issues du Plan d’action et les parties associées de l'Agenda commun tendant à accélérer la coopération numérique mondiale, à la faveur des possibilités offertes par la technologie – tout en veillant à en atténuer les risques – de manière à permettre la réalisation collective des objectifs de développement durable d’ici à 2030 ;

 

  • Promouvoir et coordonner les activités de coopération numérique afin que les États Membres, le secteur privé, la société civile, les milieux universitaires et techniques, ainsi que d’autres parties prenantes disposent d’un interlocuteur privilégié pour l’ensemble du système des Nations Unies.

 

Envoyé pour les technologies, M. Amandeep Singh Gill

Amandeep Singh Gill

M. Amandeep Singh Gill a été nommé par le Secrétaire général comme son Envoyé pour les technologies le 10 juin 2022 et a assumé ses nouvelles fonctions à la mi-juillet 2022.

Leader d’opinion, il apporte avec lui une profonde connaissance des technologies numériques conjuguée à une compréhension avérée de la manière d’exploiter la transformation numérique, avec responsabilité et inclusivité, pour assurer des progrès dans la réalisation des objectifs de développement durable.

M. Gill était Directeur exécutif et Coprésident du Groupe de haut niveau du Secrétaire général sur la coopération numérique (2018-2019). Avant d’assumer le poste d'Envoyé, il était Directeur général du projet « International Digital Health and Artificial Intelligence Research Collaborative (I-DAIR) », basé à l’Institut de hautes études internationales et du développement, à Genève. En savoir plus.