ONU Bienvenue aux Nations Unies. C'est votre monde.
 

Journée internationale de la protection de la couche d'ozone
16 septembre

Les substances qui détruisent la couche d'ozone

Les aérosols et le tétrachlorure de carbone

Aérosols et tétrachlorure de carbone

Le tétrachlorure de carbone est une autre substance appauvrissant la couche d’ozone d’usage courant laquelle était essentiellement utilisée en tant que solvant de nettoyage industriel. Les pays développés ont éliminé l’utilisation de cette substance en 1996, alors que les pays en développement ont réduit son utilisation de 85 % et devraient parvenir à une élimination totale en 2010. Le tétrachlorure de carbone est également utilisé en tant que produit intermédiaire. Etant donné que cette utilisation ne produit que des émissions très faibles, elle n’est pas réglementée par le Protocole de Montréal.

Les hydrochlorofluorocarbones

Mousses

Les hydrochlorofluorocarbones ou HCFC sont encore une autre catégorie de substances appauvrissant la couche d’ozone d’usage courant, et la plus importante en nombre de substances chimiques individuelles. Ces substances chimiques sont aussi connues en tant que substances de transition, parce qu’elles ont été utilisées comme solution de remplacement des CFC dans de nombreux systèmes de réfrigération et dans les mousses. Elles étaient utilisées de préférence aux CFC car leur potentiel de destruction de la couche d’ozone était moins important que celui des CFC. Compte tenu de la longue durée de vie des applications de ces substances chimiques (par exemple, dans les équipements de réfrigération), les Parties au Protocole sont convenues d’étendre la période d’élimination à 2030 pour les pays développés et 2040 pour les pays en développement. Toutefois, les pays développés sont très en avance sur leur calendrier d’élimination de ces substances. Par contre, l’utilisation par les pays en développement s’est considérablement accrue, étant donné qu’il ne leur est pas fait obligation de limiter leur production et importation de ces substances avant 2016. Selon les dernières études disponibles, basées sur un scénario de croissance libre, l’utilisation des HCFC dans les pays en développement devrait augmenter d’environ 100 % entre 2005 et 2016.

Les halons

Halogénoalcanes

Les halons étaient probablement la deuxième catégorie de substances chimiques la plus utilisée, notamment en tant qu’agents extincteurs dans la lutte contre les incendies, des extincteurs eux-mêmes aux systèmes de noyage dans les salles d’ordinateurs. Les pays développés ont éliminé toute nouvelle production de ces substances mais l’utilisation à partir de stocks se poursuit, notamment dans les applications aéronautiques et militaires. Les pays en développement ont déjà éliminé plus de 90 % de leur utilisation de halons; l’élimination complète est prévue pour 2010.

Les chlorofluorocarbures

Chlorofluorocarbures

Les chlorofluorocarbones ou CFC étaient les substances chimiques réglementées par le Protocole les plus couramment utilisées. Elles étaient communément employées dans un grand nombre d’activités et de produits, y compris la réfrigération, les mousses et le nettoyage des métaux. Les CFC ont pratiquement été éliminés dans les pays développés et les utilisations restantes sont essentiellement limitées aux inhalateurs médicaux. Les pays en développement ont déjà éliminé plus de 75 % des CFC et ont jusqu’à 2010 pour achever cette tâche.

Le bromure de méthyle

Bromure de méthyle

Le bromure de méthyle, un fumigant agricole, est une autre substance appauvrissant la couche d’ozone largement utilisée. Inscrite au Protocole en 1992, ses utilisations agricoles sont extrêmement diverses et il a été difficile pour certains pays de l’éliminer. Les pays développés auraient dû l’éliminer totalement en 2005, mais environ 30 % de ses utilisations traditionnelles, bien qu’en déclin, se poursuivent dans le cadre du processus de dérogation pour utilisations critiques du Protocole.

Les pays en développement ont déjà éliminé environ 40 % de cette substance et l’élimination totale est prévue pour 2015. Le bromure de méthyle est également utilisé par un grand nombre de pays et pour de nombreuses marchandises dans le cadre notamment de la quarantaine et des traitements préalables à l’expédition. Cette utilisation qui est exemptée de contrôles au titre du Protocole constitue un frein important à la mise au point et à l’adoption de solutions de remplacement pour de telles utilisations.

Le tétrachlorure de carbone

Solvants, revêtements et adhésifs

Le tétrachlorure de carbone est une autre substance appauvrissant la couche d’ozone d’usage courant laquelle était essentiellement utilisée en tant que solvant de nettoyage industriel. Les pays développés ont éliminé l’utilisation de cette substance en 1996, alors que les pays en développement ont réduit son utilisation de 85 % et devraient parvenir à une élimination totale en 2010. Le tétrachlorure de carbone est également utilisé en tant que produit intermédiaire. Etant donné que cette utilisation ne produit que des émissions très faibles, elle n’est pas réglementée par le Protocole de Montréal.