Point de presse quotidien du Bureau du Porte-parole du Secrétaire général de l’ONU: 16 septembre 2019

DBF190916
16 septembre 2019

Point de presse quotidien du Bureau du Porte-parole du Secrétaire général de l’ONU: 16 septembre 2019

(La version française du Point de presse quotidien
n’est pas un document officiel des Nations Unies
)

Ci-dessous les principaux points évoqués par M. Stéphane Dujarric, Porte-parole de M. António Guterres, Secrétaire général de l’ONU:

Secrétaire général

Cet après-midi, le Secrétaire général prononcera un discours à la clôture de la soixante-treizième session de l’Assemblée générale.  Il saluera le travail de la Présidente sortante, championne du multilatéralisme et défenseure des Nations Unies. 

Le Secrétaire général rappellera aussi l’adoption à la soixante-treizième session de deux Pactes mondiaux sur les migrations et sur les réfugiés, comme un exemple de ce qui peut être fait grâce à la coopération internationale. 

Yémen

L’Envoyé spécial pour le Yémen, M. Martin Griffiths, est intervenu aujourd’hui au Conseil de sécurité en visioconférence depuis Genève. 

Il a prévenu qu’il n’y a pas de temps à perdre et qu’il faut avancer avec force et détermination vers une solution politique pour mettre fin au conflit au Yémen. 

Il a, en particulier, prévenu que l’attaque contre les installations d’ARAMCO en Arabie saoudite au cours de ce week-end, ont des conséquences qui vont bien au-delà de la région.  Ce type d’actions, s’est-il expliqué, risque au minimum de traîner le Yémen dans une déflagration régionale et d’augmenter le risque d’un conflit régional. 

Dans une déclaration, le Secrétaire général condamne l’attaque perpétrée samedi contre les installations pétrolières D’ARAMCO et appelle toutes les parties à faire preuve d’un maximum de retenue, à prévenir toute escalade dans un contexte de tensions accrues et à respecter en tout temps le droit international humanitaire. 

Aux membres du Conseil de sécurité aujourd’hui, le Coordonnateur des secours d’urgence, M. Mark Lowcock, a fait part des nombreux incidents enregistrés depuis le mois dernier où des civils sont tués et blessés.  Il a dit voir un modèle persistant d’attaques qui tuent et blessent des civils et détruisent les infrastructures.  Il a une nouvelle fois appelé à l’établissement des responsabilités pour ces violations. 

M. Lowcock a aussi dit que l’environnement de travail des agences humanitaires n’a peut-être jamais été aussi mauvais qu’aujourd’hui.  Près de 90% des incidents sont dus à des obstacles bureaucratiques, a-t-il précisé, notant en particulier les restrictions imposées par Ansar Allah. 

Bahamas

Samedi dernier, le Secrétaire général s’est rendu dans certaines des zones les plus touchées par l’ouragan Dorian dans les îles d’Abaco et de Grand Bahama. 

M.  Guterres a pu avoir une vue aérienne des dégâts et a également marché dans la zone dite « Mudd », un quartier pauvre où vivent beaucoup de migrants haïtiens. 

Le Secrétaire général s’est dit horrifié par l’ampleur des destructions.  « Je n’ai jamais vu un tel niveau de dévastation systématique.  L’ouragan a été classé dans la catégorie 5 et je pense que c’est la catégorie de l’enfer », s’est alarmé le Secrétaire général.  Il a ajouté que si nous avons vu beaucoup d’ouragans, ces derniers ont été rendus plus intenses, plus fréquents et plus puissants par les changements climatiques. 

Le Secrétaire général a souligné que la communauté internationale doit apprendre deux choses de cette catastrophe: d’abord, la nécessité de mettre fin aux changements climatiques et puis le fait que des pays comme les Bahamas, qui ne contribuent pas à ce phénomène mais qui expérimentent déjà son impact, méritent d’être aidés pour pouvoir vraiment réagir à l’urgence humanitaire, se relever et renforcer leur résilience. 

Pendant sa visite, le Secrétaire général s’est entretenu avec le Premier Ministre des Bahamas sur des progrès dans les efforts de secours.  Il a assuré que les Nations Unies demeurent déterminées à continuer d’aider le Gouvernement. 

Le Secrétaire général s’est aussi rendu dans un centre d’évacuation où il a écouté les victimes de l’ouragan mais aussi les différentes organisations internationales qui continuent de coordonner la reconstruction. 

Syrie

Les Nations Unies sont gravement préoccupées par les violations dans le nord-ouest de la Syrie, malgré le cessez-le-feu annoncé le 30 août dernier. 

Neuf personnes, dont deux femmes et trois enfants, auraient été tuées dans la Province d’Edleb depuis vendredi dernier.  Plusieurs installations civiles auraient été endommagées par des frappes aériennes et des bombardements.

La suspension pendant deux semaines des hostilités a donné un peu de répit aux civils qui ont souffert considérablement des affrontements intenses pendant ces derniers mois où près de 1 100 personnes ont perdu la vie, de nombreuses zones peuplées ont été réduites en ruines et des villes entières, largement détruites. 

Les Nations Unies rappellent à toutes les parties au conflit et à ceux qui ont de l’influence sur elles d’honorer leur obligation de protéger les personnes et infrastructures civiles conformément au droit international humanitaire. 

Liban

Le juge d’instruction du Tribunal spécial pour le Liban, M. Daniel Fransen, a levé aujourd’hui la confidentialité de sa décision qui confirme l’inculpation de Salim Jamil Ayyash pour les trois attaques menées en 2004 et en 2005. 

La confirmation de cette inculpation marque l’ouverture d’une nouvelle affaire au Tribunal spécial.  Un mandat d’arrêt a été émis contre M. Ayyash qui est accusé, entre autres, d’actes terroristes, d’homicide volontaire et de tentative d’homicide.

L’inculpation et le mandat d’arrêt ont été transmis aux autorités libanaises qui ont l’obligation de rechercher, d’arrêter et de transférer l’accusé au Tribunal spécial. 

République centrafricaine

Ce week-end, il y a eu de nouveaux affrontements dans la ville de Birao.  La Mission des Nations Unies a indiqué que 38 combattants de deux groupes armés ont été tués et d’autres, blessés.  Il n’y aurait aucune victime civile. 

Aujourd’hui, la situation reste calme mais des tensions persistent dans la ville.  La Mission poursuit ses patrouilles dans et autour de la ville pour protéger les civils. 

Pendant le week-end, le Commandant de la Force de la Mission de l’ONU, le général Balla Ketita, a rencontré le Maire de Birao pour évaluer les mesures de sécurité et l’évolution de la situation.  La Mission maintient aussi ses contacts politiques avec les groupes régionaux et le Gouvernement centrafricain pour trouver une solution durable. 

La violence à Birao a contraint plus de 13 000 personnes à fuir de chez elles depuis le début de ce mois. 

République démocratique du Congo

La Mission des Nations Unies a indiqué aujourd’hui qu’elle renforce sa capacité de protection des civils, après une nouvelle vague de violence dans la province du Sud-Kivu. 

Ces derniers jours, des villages de la région de Minembwe ont été attaqués par des civils, provoquant des pertes en vies humaines et des déplacements de populations. 

La Mission a déployé des hélicoptères de combat pour aider les Forces armées de la RDC.  Elle a intensifié ses patrouilles et installé une base temporaire dans la région. 

Selon le Bureau de la coordination de l’aide humanitaire (OCHA), cette nouvelle vague de violence a directement touché 34 000 déplacés.  En outre, des centaines de personnes se sont regroupées près des bases de l’ONU pour recevoir aide et protection. 

La Représentante spéciale du Secrétaire général et Chef de la Mission de l’ONU, Mme Leila Zerrougui, a appelé toutes les parties au conflit à mettre fin à la violence. 

Mozambique

Près d’un million de personnes dont 160 000 enfants dans le nord du Mozambique font face à une pénurie de nourriture et à une crise nutritionnelle.  Selon le Fonds des Nations Unis pour l’enfance (UNICEF), la situation devrait s’aggraver au cours des prochains mois.

Cette situation difficile est directement liée à la dévastation qu’ont laissé les ouragans Idai et Kenneth, au début de l’année.

L’UNICEF souligne que le nombre d’enfants de moins de 5 ans qui font face à des niveaux critiques d’insécurité alimentaire devrait monter à 200 000 dans les zones affectées d’ici le mois de février 2020. 

Au cours de la même période, environ 38 000 enfants pourraient être gravement malnutris et risquer la mort. 

Détention d’enfants migrants

Le Réseau des Nations Unies sur les migrations a réitéré son appel à mettre fin à la détention des enfants migrants dans toutes les régions du monde. 

Le Réseau explique que détenir des enfants quand ils voyagent seuls ou avec leur famille a été reconnu comme une violation de leurs droits.  Le Réseau ajoute que les études n’ont cessé de montrer que la détention ou la séparation des enfants de leur famille est une expérience traumatisante qui a un profond impact sur la santé et le développement à long terme de l’enfant. 

Hockey pour sensibiliser aux changements climatiques

Les « New York Islanders » se joignent au Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE) pour accueillir un segment de « The Last Game », une série de matchs de hockey organisée pour sensibiliser l’opinion publique à l’impact des changements climatiques. 

Le jeu aura lieu, demain, à 15 heures avant le jeu de présaison des Islanders contre les « Philadelphia Flyers ». 

Le Secrétaire général et le pape sont les capitaines d’honneur de « The Last Game », une série de matchs qui aura lieu dans plus de 30 pays menacés par les changements climatiques.

Le jeu sera suivi d’une rencontre avec plusieurs invités de marque et par une séance de sensibilisation où les invités pourront parler aux scientifiques, aux citoyens et aux leaders nationaux des défis des changements climatiques. 

Journée internationale pour la protection de la couche d’ozone

La Journée internationale est commémorée aujourd’hui, avec un accent particulier sur les trois décennies de coopération internationale pour protéger la couche d’ozone et le climat, en vertu du Protocole de Montréal. 

Dans son message, le Secrétaire général dit qu’alors que nous nous préparons pour le Sommet pour l’action sur le climat, nous devons garder le Protocole de Montréal à l’esprit car il est à la fois un exemple inspirant de la façon dont l’humanité est capable d’agir de concert pour relever un défi mondial et un instrument clef pour faire face à la crise climatique de notre époque.

Une couche d’ozone et un climat en bonne santé sont des conditions indispensables pour réaliser tous les objectifs de développement durable. 

Conférence de presse du Secrétaire général et de la Vice-Secrétaire générale

Demain, la Vice-Secrétaire générale de l’ONU, Mme Amina J. Mohammed et l’Envoyé spécial du Secrétaire général pour l’action pour le climat, M. Luis Alfonso de Alba, donneront une conférence sur la réunion de haut niveau prévue la semaine prochaine. 

M. de Alba parlera surtout du Sommet pour l’action sur le climat alors que Mme Mohammed embrayera sur le Sommet sur les objectifs de développement durable, la Réunion de haut niveau sur la couverture sanitaire universelle, le Dialogue de haut niveau sur le financement du développement et la Réunion sur les petits États insulaires en développement. 

Le Secrétaire général parlera lui-même à la presse, ce mercredi à midi. 

Guernica

Ce week-end, l’ONU a été informée que le site sur la gestion des dons qui lui ont été faits a commis une erreur en attribuant aux Républicains espagnols les atrocités historiques de Guernica, dépeintes dans la tapisserie de Pablo Picasso.  Les Républicains étaient les victimes et pas les auteurs des atrocités. 

Le site s’emploie à corriger l’erreur et en attendant l’ONU présente ses excuses au peuple et au Gouvernement espagnols. 

À l’intention des organes d’information • Document non officiel.