Obtenez les applications mobiles gratuites

Recevez les dernières nouvelles de nous sur nos applications.

Download app from Android Download app from Apple

Les travailleurs de la santé sont les soldats de première ligne contre COVID-19. Protégeons-les

Recevez l'e-newsletter mensuelle

Les travailleurs de la santé sont les soldats de première ligne contre COVID-19. Protégeons-les

Siddharth Chatterjee
24 Mars 2020
Health workers are at the frontlines in the fight against the new Corona Virus
Les professionnels de la santé sont en première ligne dans la lutte contre le nouveau virus Corona

De nombreux soldats ont vu de leurs propres yeux les horreurs de la guerre et, aussi terrifiante soit-elle, ils savaient contre qui ils se battaient et pouvaient reconnaître leur ennemi.

Le COVID-19 ou le nouveau Virus Corona est différent. Dans ce virus, nous avons un ennemi invisible et parfois mortel, et la tâche est plus difficile.

Il y a environ un siècle, la pandémie de grippe espagnole a tué environ 50 millions de personnes, soit plus que le total combiné des victimes des première et deuxième guerres mondiales. Notre compréhension de la transmission et du traitement des maladies est bien supérieure à ce qu'elle était en 1918, mais ce nouveau coronavirus a montré les limites de notre capacité à faire face à des épidémies majeures.

Les conseils pour nous protéger sont clairs : lavez-vous bien et souvent les mains, isolez-vous si vous ne vous sentez pas bien, maintenez une distance sociale en évitant les lieux publics et bondés et, si vos symptômes s'aggravent, contactez les services médicaux. Ce n'est qu'en suivant rigoureusement ces conseils que nous pouvons espérer endiguer la vague de nouvelles infections.

Mutahi Kagwe
Mutahi Kagwe

Mais pour l'instant, le virus se propage et, sur la ligne de front entre un public nerveux et les responsables de l'orientation des réponses nationales, les travailleurs de la santé dont nous dépendons tous peuvent facilement être oubliés.

Lors de l'épidémie d'Ebola il y a six ans, l'Organisation mondiale de la santé a estimé que les travailleurs de la santé avaient entre 21 et 32 fois plus de risques d'être infectés par le virus Ebola que les personnes de la population adulte en général. En Afrique de l'Ouest, plus de 350 travailleurs de la santé sont morts au cours de la lutte contre le virus Ebola.

Dans le monde entier, les médecins, les infirmières, les soignants et les ambulanciers sont confrontés à une charge de travail sans précédent dans des établissements de santé débordés, et ce sans que l'on puisse en voir la fin. Ils travaillent dans des environnements de travail stressants et effrayants, non seulement parce que le virus est mal compris, mais aussi parce que dans la plupart des cas, ils sont sous-protégés, surchargés de travail et eux-mêmes vulnérables à l'infection.

Siddharth Chatterjee
Siddharth Chatterjee

Le risque pour les médecins, les infirmières et les autres personnes en première ligne est devenu évident : L'Italie a vu mourir au moins 18 médecins atteints de coronavirus. L'Espagne a signalé que plus de 3 900 travailleurs de la santé ont été infectés,

Nous avons besoin d'une résolution de toute la société pour que nos soldats de première ligne ne deviennent pas des patients. Nous devons tout faire pour soutenir les travailleurs de la santé qui, malgré leurs propres craintes fondées, s'engagent directement dans la voie de COVID-19 pour aider les personnes atteintes et contribuer à stopper la propagation du virus.

En Afrique subsaharienne comme ailleurs, la pression sur le personnel de santé va s'intensifier dans les mois à venir. Une récente enquête menée auprès des membres du National Nurses United (NNU) aux États-Unis a révélé que seuls 30 % d'entre eux estimaient que leur organisme de soins de santé disposait d'un stock suffisant d'équipements de protection individuelle (EPI) pour répondre à un événement soudain. Dans certaines régions de France et d'Italie, les hôpitaux sont à court de masques, ce qui oblige les médecins à examiner et à traiter les patients atteints de coronavirus sans protection adéquate.

La situation dans les pays les plus pauvres sera pire. La demande a largement dépassé l'offre. Au Kenya, pour permettre aux travailleurs de la santé de faire leur travail en toute sécurité, nous consacrerons des ressources à la fourniture de blouses, de gants et de masques de qualité médicale, et nous les doterons également des connaissances et des informations les plus récentes sur le virus. En tant que partenaires, le gouvernement du Kenya, les Nations unies et la communauté internationale sont déterminés à explorer toutes les voies possibles pour assurer tout le soutien possible aux travailleurs de la santé.

Il est prouvé que le coronavirus peut survivre jusqu'à trois jours sur certaines surfaces dures, mais il est aussi facilement tué par de simples désinfectants. Les travailleurs de la santé ont besoin du soutien d'un personnel auxiliaire pour augmenter la fréquence et la rigueur du nettoyage des interrupteurs, des comptoirs, des rampes, des boutons d'ascenseur et des poignées de porte. De telles mesures peuvent rassurer les soignants stressés et protéger le public.

Comme les soldats, les travailleurs de la santé sont également confrontés à un stress mental considérable. On oublie souvent qu'en tant qu'êtres humains, ils ressentent la douleur de la perte lorsque leurs patients succombent au virus. Ils ont eux aussi une famille, et ils craignent donc naturellement que le virus n'atteigne ceux qu'ils aiment le plus.

Dans la mesure du possible, nous veillerons à ce que les professionnels de la santé aient accès à des services de conseil afin qu'ils puissent se ressourcer avant de repartir, étant donné que la bataille pourrait être longue et ardue.

Nous devons également utiliser des informations précises comme moyen de défense. La désinformation peut provoquer la panique, la suspicion et l'agitation du public ; elle peut perturber la disponibilité de la nourriture et des fournitures vitales et détourner les ressources - comme les masques faciaux - des travailleurs de la santé et des autres travailleurs de première ligne dont les besoins sont les plus importants.

COVID-19 ne sera pas le dernier microbe dangereux que nous verrons. L'héroïsme, le dévouement et l'altruisme du personnel médical nous permettent à tous de nous rassurer sur le fait que nous vaincrons ce virus.

Nous devons donner à ces travailleurs de la santé tout le soutien dont ils ont besoin pour faire leur travail, être en sécurité et rester en vie. Nous aurons besoin d'eux lorsque la prochaine pandémie frappera.

 

M. Mutahi Kagwe est le secrétaire d’état pour la santé au Kenya et Siddharth Chatterjee est le coordinateur résident des Nations Unies au Kenya.