Obtenez les applications mobiles gratuites

Recevez les dernières nouvelles de nous sur nos applications.

Download app from Android Download app from Apple

Les femmes soldats de la paix sont des modèles

Get monthly
e-newsletter

Les femmes soldats de la paix sont des modèles

̶ Sandra Amissah du Ghana, servant au Darfour
12 Mai 2020
-Sandra Amissah from Ghana, serving in Darfur
Sandra Amissah
̶ Sandra Amissah du Ghana, servant au Darfour

Le 29 mai est la Journée internationale des Casques bleus de l'ONU - une journée pour rendre hommage à notre personnel civil et en uniforme. Alors que nous commémorons le 20ième anniversaire de la résolution 1325 du Conseil de sécurité des Nations unies sur les femmes, la paix et la sécurité, nous dresserons le profil des femmes soldats de la paix et les entendrons raconter elles-mêmes leurs histoires

Pouvez-vous nous parler un peu de vous ?

Je m'appelle Sandra Amissah, je suis de nationalité ghanéenne. J'ai la rare combinaison d'être infirmière de police et journaliste. J'ai commencé ma carrière à l'hôpital de la police ghanéenne en tant qu'infirmière, mais il y a quelques années, j'ai été attirée par l'espace journalistique. En dehors du bureau, je suis une grande lectrice et j'aime nager. Je suis mère de trois garçons.

Quelles sont vos responsabilités au Darfour et quelle est votre journée type ?

Dans mon rôle actuel d'officier de genre pour la fonction de liaison avec l'État du Jebel Marra, ma principale responsabilité est de faciliter la mise en œuvre des activités liées à la protection des femmes et des enfants au niveau de l'État afin d'améliorer la prestation de services grâce à la coordination avec la police soudanaise. J'assure également la surveillance et le suivi des cas de violence sexuelle et sexiste et j'encourage la population locale à signaler ces cas aux autorités. En collaboration avec mes collègues, je compile et envoie également le rapport de situation quotidien.

Depuis combien de temps êtes-vous un soldat de la paix des Nations Unies et comment êtes-vous devenu un soldat de la paix ?

J'ai rejoint la Mission des Nations Unies au Darfour (MINUAD) le 22 juillet 2018 et j'ai occupé différentes fonctions jusqu'à présent. J'ai suivi le processus de l'équipe d'assistance à la sélection et d'évaluation des Nations Unies (SAAT) dans mon pays et je l'ai achevé avec succès avant d'être déployé au Soudan.

Au sein de la MINUAD, j'ai commencé comme officier de patrouille, puis je suis devenu officier d'information publique de la police en tant que rédacteur en chef et rédacteur au siège de la mission. Actuellement, je suis l'officier de liaison avec l'État chargé des questions de genre depuis le 21 décembre 2019.

Qu’ont pensé votre famille et vos amis dans votre pays d’origine de votre décision de quitter votre pays et de travailler pour une mission de maintien de la paix des Nations Unies ?

Ma famille est très favorable à mon travail malgré l'inévitable séparation physique d'avec eux. Ils m'encouragent à apporter mon expertise et ils croient fermement que je peux contribuer à rétablir la paix au Darfour.

Quelles sont les trois choses que vous aimez le plus dans cette mission et dans le pays où vous êtes actuellement en service ?

Les Soudanais sont naturellement chaleureux, avec une diversité culturelle. Je trouve que le Soudan est un bon endroit pour apprendre et créer des réseaux.

Quelle partie de votre travail vous semble la plus stimulante et pourquoi ?

Parfois, je suis limité dans mon travail par des événements naturels tels que les tempêtes de sable et les fortes pluies. Celles-ci peuvent parfois interférer avec nos plans de travail de la journée.

Pensez-vous que les femmes soldats de la paix servent de modèles pour la population locale ?

Oui, les femmes soldats de la paix sont des modèles, surtout dans les sociétés dominées par les hommes. Nous incitons les femmes et les filles à croire en elles et à savoir qu'elles peuvent atteindre la hauteur à laquelle elles aspirent et que les hommes doivent croire en elles. Dans cette optique, les femmes et les filles doivent faire valoir leurs droits et participer aux processus de paix.

Que diriez-vous à d'autres personnes qui envisagent de faire carrière dans le maintien de la paix ?

C'est un privilège de servir l'humanité ̶ le sentiment est inimaginable. J'encourage les femmes soldats à rejoindre la famille des Nations unies, à servir de modèles aux femmes et aux filles et à renforcer leurs capacités également.