Imprimer
SG/SM/20325
9 octobre 2020

Le Secrétaire général souligne la responsabilité collective de protéger toute vie sur Terre, dont les oiseaux migrateurs « qui relient les hommes, les écosystèmes et les nations »

On trouvera ci-après le message du Secrétaire général de l’ONU, M. António Guterres, à l’occasion de la Journée mondiale des oiseaux migrateurs, le 10 octobre: 

La Journée mondiale des oiseaux migrateurs est placée, cette année, sous le thème : « Les oiseaux connectent notre monde. »  Sillonnant la planète, les oiseaux migrateurs nous élèvent l’esprit ; réminiscence de la nature, ils relient les hommes, les écosystèmes et les nations.  

Or, en empiétant continuellement sur la nature et en détruisant des habitats vitaux, nous mettons en danger d’extinction de nombreux oiseaux migrateurs et d’autres animaux sauvages.  

En agressant la nature, nous provoquons également des conséquences dévastatrices et persistantes sur la santé humaine, sur nos économies et sur nos sociétés.  

La pandémie de COVID-19 est le dernier exemple en date d’une maladie qui, en se propageant, a fait le saut de la vie à l’état sauvage au monde humain.  Elle a clairement montré à quel point toute vie sur Terre est interdépendante et comment la santé humaine est intimement liée à la santé de notre planète.  

La Journée mondiale des oiseaux migrateurs est l’occasion de mettre en valeur les oiseaux migrateurs et les cycles naturels de la Terre qui sont si importants pour le bien-être de l’humanité.  

Alors que nous travaillons à l’élaboration d’un cadre mondial de la biodiversité pour l’après-2020, il est crucial de protéger les espèces migratrices et leurs habitats.  Nous avons la responsabilité collective de protéger toute vie sur Terre et d’œuvrer main dans la main, comme la communauté des nations que nous sommes, pour faire face à la double crise que constituent la perte de biodiversité et les changements climatiques.  

Alors que nous travaillons, ensemble, pour nous relever de la pandémie, servons-nous de cette riposte pour investir dans la nature et adopter des politiques qui permettent de construire un monde plus résilient et plus durable.  

À l’intention des organes d’information • Document non officiel.