Print
DBF190503
3 mai 2019

Point de presse quotidien du Bureau du Porte-parole du Secrétaire général de l’ONU: 3 mai 2019

(La version française du Point de presse quotidien
n’est pas un document officiel des Nations Unies
)

Ci-dessous les principaux points évoqués par M. Stéphane Dujarric, Porte-parole de M. António Guterres, Secrétaire général de l’ONU:

Voyages du Secrétaire général

Le 12 mai, le Secrétaire général de l’ONU se rendra dans le Pacifique Sud pour attirer l’attention sur la question des changements climatiques, en perspective du Sommet Action Climat qu’il organisera en septembre à New York.  Cette visite le conduira en Nouvelle-Zélande, aux Fidji, aux Tuvalu et au Vanuatu.

Dans chaque pays, le Secrétaire général rencontrera des chefs de gouvernement, des représentants de la société civile et des groupes de jeunes pour connaître le point de vue de ceux qui sont déjà affectés par les changements climatiques et qui s’engagent également avec succès dans des actions en faveur du climat.

Aux Fidji, le Secrétaire général prendra part au Forum des îles du Pacifique, et il aura des entretiens avec des hauts fonctionnaires du gouvernement de chaque État Membre présent, ainsi qu’avec des membres de la société civile.

En Nouvelle-Zélande, le Secrétaire général rencontrera les dirigeants musulmans à Christchurch pour leur exprimer sa solidarité à la suite de l’attaque terroriste du 15 mars dernier.

Avant de se rendre dans le Pacifique, le Secrétaire général sera à Genève, du 8 au 10 mai, pour assister à la réunion de printemps du Conseil des chefs de secrétariat des organismes des Nations Unies pour la coordination (CCS).  Il s’agit d’une des réunions semestrielles réunissant, sous la présidence du Secrétaire général, les chefs de secrétariat de 31 entités du système des Nations Unies.  Cette session, qui sera organisée par l’Organisation internationale du Travail (OIT) à l’occasion de son centième anniversaire, portera sur l’avenir du travail à l’ère numérique.  Les responsables des entités des Nations Unies chercheront également à s’accorder sur des mesures ambitieuses et concrètes pour lutter contre les changements climatiques avant le Sommet Action Climat de septembre.

Lors de son séjour à Genève, le Secrétaire général prononcera une allocution lors d’une session extraordinaire du Conseil général de l’Organisation mondiale du commerce (OMC), et il soulignera l’importance de préserver un ordre multilatéral fondé sur des règles -y compris sur le commerce- pour une mondialisation juste et pour la réalisation des objectifs de développement durable. 

Bénin

Dans une déclaration, le Secrétaire général de l’ONU a dit suivre avec attention les événements qui ont eu lieu en République du Bénin avant et après les élections législatives du 28 avril.  Il déplore les violences qui ont eu lieu durant la période post-électorale.  Il appelle tous les acteurs béninois à faire preuve de la plus grande retenue et à s’efforcer de régler leurs différends par le dialogue, conformément à la tradition démocratique du pays. 

Les Nations Unies, à travers le Représentant spécial du Secrétaire général pour l’Afrique de l’Ouest et le Sahel, M. Mohamed Ibn Chambas, et en coordination avec la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest et d’autres partenaires, travailleront avec toutes les parties concernées pour appuyer les acteurs béninois dans leurs efforts à trouver une solution consensuelle et pacifique à leurs différends.

Journée mondiale de la liberté de la presse

La Journée mondiale de la liberté de la presse est célébrée aujourd’hui sous le thème « Médias pour la démocratie: le journalisme et les élections en période de désinformation ».

Dans son message pour la journée, le Secrétaire général a souligné qu’une presse libre est essentielle pour la paix, la justice, le développement durable et les droits de l’homme.

Pour sa part, la Directrice générale de l’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO), Mme Audrey Azoulay, a déclaré que dans un contexte de discours grandissant sur la méfiance et la délégitimation de la presse et du journalisme, il est essentiel de garantir la liberté d’opinion par le libre échange d’idées et d’informations en se basant sur des vérités factuelles.

Un événement de trois jours, organisé conjointement à l’occasion de la Journée mondiale de la liberté de la presse par l’UNESCO, la Commission de l’Union africaine et le Gouvernement éthiopien, vient de se terminer au siège de l’Union africaine à Addis-Abeba.  À New York, un événement marquant la journée dans la salle de conférence 1 a pris fin il y a peu de temps et comprenait, entre autres, une table ronde.

Union africaine

Le Président de la Commission de l’Union africaine sera à New York lundi pour participer aux consultations régulières entre l’ONU et l’Union africaine.  Le Secrétaire général et M. Moussa Faki Mahamat tiendront une conférence de presse lundi après-midi.

Libye

L’ONU reste préoccupée par les violents combats dans le sud de Tripoli.  Des rapports font mention de frappes aériennes et de tirs de roquette qui ont été largement utilisés, faisant davantage de victimes et de destructions parmi les civils, et obligeant des milliers de personnes à abandonner leur domicile.

Le Représentant spécial du Secrétaire général en Libye, M. Ghassan Salamé, poursuit ses démarches auprès des interlocuteurs libyens afin de faire baisser les tensions.  Il a rencontré mercredi le Président du Conseil de présidence, M. Fayez Serraj, ainsi qu’un groupe de sages, de responsables et de chefs de tribus de la région occidentale.  Il a offert l’appui total des Nations Unies pour aider les civils touchés par les combats, y compris les personnes déplacées et les communautés d’accueil. 

À l’occasion de la Journée mondiale de la liberté de la presse, la Mission d’appui des Nations Unies en Libye (MANUL) exprime sa profonde préoccupation face aux menaces, aux provocations et à la violence auxquelles les journalistes libyens sont de plus en plus confrontés depuis le début des combats dans le sud de Tripoli.  Deux journalistes ont été enlevés hier.  La Mission est également préoccupée par le recours croissant aux médias sociaux pour inciter à la violence et à la haine.

Alors que les combats se poursuivent, l’Organisation internationale pour les migrations (OIM) a annoncé que plus de 50 000 personnes avaient été déplacées.  La plupart ont trouvé refuge chez des membres de leur famille ou dans le cadre d’accords privés, tandis que 29 centres d’hébergement collectifs sont maintenant opérationnels et abritent environ 2 750 personnes.  Les humanitaires fournissent une assistance dans ces abris collectifs, ainsi que dans d’autres zones de déplacement, à condition que l’accès y est autorisé.

On estime que plus de 3 400 réfugiés et migrants sont toujours bloqués dans des centres de détention déjà exposés ou se trouvant à proximité des combats en cours.  La disponibilité de nourriture, d’eau et de soins de santé a été sévèrement limitée dans ces installations abritant les réfugiés et migrants.

Quelque 32 000 personnes touchées par la crise ont pu recevoir une forme d’aide humanitaire à ce jour.

République populaire démocratique de Corée

Une évaluation conjointe de l’Organisation pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) et du Programme alimentaire mondial (PAM) a révélé que 10,1 millions d’habitants de la République populaire démocratique de Corée (RPDC) souffrent de graves pénuries alimentaires, ce qui signifie qu’ils n’auront pas assez de vivres en attendant la prochaine récolte. 

Les deux agences ont constaté que cette situation faisait suite à la pire récolte de ces 10 dernières années, en raison de périodes sèches, de vagues de chaleur et d’inondations, ainsi que d’un approvisionnement limité en carburant, engrais et pièces détachées.

L’évaluation est basée sur les résultats des missions effectuées en RPDC le mois dernier et en novembre 2018.  L’évaluation a révélé des niveaux inquiétants de consommation alimentaire, une diversité alimentaire limitée et des familles obligées de sauter les repas ou de manger des quantités réduites.

L’évaluation recommande de renforcer l’aide alimentaire pour répondre aux besoins immédiats, et de hiérarchiser les régions où les besoins alimentaires sont les plus importants et les impacts climatiques les plus graves.  L’évaluation suggère également d’étendre les programmes de nutrition et les mesures de réduction des risques de catastrophe pour aider les gens à mieux faire face aux chocs futurs. 

Sri Lanka

La Vice-Secrétaire générale de l’ONU, Mme Amina J. Mohammed, a pris la parole aujourd’hui lors d’une cérémonie commémorative sur Sri Lanka.  Elle a exprimé la solidarité pleine et continue de l’ONU avec le peuple et le Gouvernement de Sri Lanka à la suite des attaques.

Elle a dit qu’en tant que musulmane, elle sait que sa foi prêche la paix et la tolérance.  Elle a ajouté que le monde voit de plus en plus des lieux de culte devenir dramatiquement des lieux de massacre et des maisons d’horreur.

Des églises, des mosquées, des synagogues et des sites religieux de nombreuses confessions sont visés par des assassinats, des incendies criminels, le vandalisme et des actes de profanation, a déclaré la Vice-Secrétaire générale qui a exhorté la communauté internationale à rejeter cette forme de violence.

Syrie

L’Envoyé spécial pour la Syrie, M. Geir Pedersen, a rencontré aujourd’hui à Genève des représentants de haut rang d’Égypte, de France, d’Allemagne, de Jordanie, d’Arabie saoudite, du Royaume-Uni et des États-Unis.

Dans le même temps, le Bureau de la coordination des affaires humanitaires (OCHA) rapporte qu’en date du 30 avril, près de 7 700 personnes avaient quitté le camp de Roukban et ont été enregistrées dans l’un des cinq refuges de la ville de Homs.  En outre, 3 200 autres personnes ont quitté Roukban hier et arrivent dans les centres d’accueil aujourd’hui.  Avec ces derniers arrivants, on estime que plus du quart des 41 000 personnes qui séjournaient à Roukban est maintenant parti.

L’ONU est prête à s’engager plus directement une fois qu’elle aura pleinement accès à toutes les zones.  L’Organisation réitère sa volonté de s’impliquer directement pour veiller à ce que les normes de protection fondamentales soient respectées et à ce que les déplacements soient effectués de manière volontaire, sûre et bien informée.

Alors que l’ONU a pu accéder aux abris la semaine dernière pour évaluer la situation, l’Organisation n’est pas en mesure de fournir une assistance régulière à ceux qui s’y trouvent.  Elle fournit toutefois un soutien par l’intermédiaire du Croissant-Rouge arabe syrien.  Les besoins dans les abris sont immenses.

L’ONU continue de réclamer un accès sûr, durable et sans entrave aux personnes vivant à Roukban, dans les abris et dans leurs régions d’origine, ainsi qu’un accès à toutes les personnes dans le besoin en Syrie.

Myanmar

La Coordonnatrice adjointe des secours d’urgence, Mme Ursula Mueller, se rendra au Myanmar du 9 au 15 mai.  Ce sera sa deuxième visite dans le pays dans le cadre de ses fonctions actuelles.  Elle se rendra à Yangon, à Naypyitaw, ainsi que dans des camps des États de kachin et rakhine.

Elle verra de ses propres yeux la situation humanitaire et l’impact du conflit en cours, et elle devrait discuter de solutions pour les personnes déplacées et vulnérables dans ces zones, ainsi que des moyens d’améliorer la réponse humanitaire.

Mme Mueller devrait rencontrer des personnes touchées par des crises humanitaires, des hauts fonctionnaires et, bien entendu, nos partenaires humanitaires.

Avant de se rendre au Myanmar, elle se rendra à Jakarta, en Indonésie, pour assister aux réunions du Comité des représentants permanents ASEAN-ONU et entre les secrétariats.  Elle rencontrera également des représentants du Gouvernement indonésien.

Concernant toujours le Myanmar, M. Knut Ostby, le Coordonnateur résident et Coordonnateur humanitaire par intérim des Nations Unies, suit avec inquiétude les informations récentes faisant état d’une escalade de la violence et de victimes civiles dans l’État rakhine.

M. Ostby lance un appel au calme et à la plus grande retenue de tous, à la protection des civils en toutes circonstances et au respect du droit international humanitaire et du droit international.

Les Nations Unies sont prêtes à aider les autorités à renforcer leurs capacités de prévention et de règlement des conflits et à poursuivre l’acheminement de l’aide humanitaire.

Territoires palestiniens occupés

Le Coordonnateur des Nations Unies pour l’aide humanitaire et les activités de développement dans les Territoires palestiniens occupés, M. Jamie McGoldrick, et les Directeurs du Haut-Commissariat aux droits de l’homme et de l’Office de secours et de travaux des Nations Unies pour les réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient (UNRWA) en Cisjordanie ont appelé à un arrêt immédiat de la destruction des biens appartenant à des Palestiniens à Jérusalem-Est.

« Les démolitions à Jérusalem-Est se sont accentuées à un rythme effarant au cours du mois dernier, laissant des dizaines de Palestiniens déplacés et d’autres qui ont perdu leurs moyens de subsistance du jour au lendemain », a déclaré M. McGoldrick.  « Cela doit cesser », a—t-il martelé.

Au 30 avril, 111 bâtiments appartenant à des Palestiniens avaient été détruits à Jérusalem-Est.  Globalement, plus de Palestiniens ont été déplacés à Jérusalem-Est au cours des quatre premiers mois de 2019 par rapport à l’ensemble de 2018, soit 193 pour les quatre derniers mois, contre 176 au cours de l’année dernière.

Israël/Palestine

Le Porte-parole a ensuite répondu à de nombreuses questions précédemment posées par la presse au sujet du Directeur de l’organisation non gouvernementale Human Rights Watch pour Israël et la Palestine.  M. Omar Shaker fait en effet l’objet d’une procédure d’expulsion initiée par Israël.  Le Porte-parole a indiqué que l’ONU est préoccupée par le rétrécissement de l’espace disponible pour les défenseurs des droits de l’homme dans les territoires palestiniens occupés.  Israël doit leur permettre d’accomplir leur travail sans menace ni intimidation, a-t-il ajouté.

Moncef Kartas

M. Dujarric a également réagi aux questions relatives au fonctionnaire onusien, M. Moncef Kartas, indiquant que le Gouvernement tunisien a fourni des documents concernant les poursuites judiciaires engagées contre lui.  Ces documents sont en cours d’analyse par l’ONU.  La position de l’Organisation reste inchangée: « l’arrestation et la détention de M. Kartas n’étaient pas conformes aux obligations de la Tunisie en vertu de la Convention sur les privilèges et immunités des Nations Unies et il devrait être immédiatement libéré jusqu’à ce que le problème soit réglé ».

Afghanistan

Au sujet de l’Afghanistan, le Porte-parole a déclaré que le Représentant spécial du Secrétaire général, M. Tadamichi Yamamoto, a rencontré, fin avril, le mollah Baradar Akhund et l’équipe de négociation des Taliban à Doha.  La réunion s’inscrit dans le cadre d’un dialogue régulier entre l’ONU et les Taliban sur les sujets tels que les droits de l’homme, l’assistance humanitaire et le processus de paix.

La Mission d’assistance des Nations Unies en Afghanistan (MANUA) organise de fréquentes réunions avec toutes les parties au conflit dans le cadre de ses bons offices pour aider le peuple et le Gouvernement afghans à mettre un terme à la guerre.

Au cours des dernières années, la Mission a organisé des réunions régulières avec les Taliban à Doha, au cours desquelles les efforts de paix, la protection des droits de l’homme et l’action humanitaire visant à aider les communautés les plus vulnérables d’Afghanistan étaient au centre des préoccupations.

La MANUA informe toutes les parties au conflit de ses contacts réguliers avec les Taliban dans des domaines clefs.

Contribution

L’Ouzbékistan est le quatre-vingt-dixième État Membre ayant payé la totalité de sa contribution au budget ordinaire de l’Organisation.

Invité du Point de presse

L’invitée au Point de presse de ce jour était Mme Gemma Connell, Chef du Bureau régional d’OCHA pour l’Afrique australe et orientale.  Elle s’est entretenue par téléphone avec les journalistes depuis le Mozambique sur la situation qui prévaut après le passage des cyclones qui ont touché la région.

À l’intention des organes d’information • Document non officiel.