Le sport a toujours joué un rôle important dans toutes les sociétés, que ce soit sous la forme de compétition sportive, d'activité physique ou de jeu. Mais on peut se demander : qu'est-ce que le sport a à voir avec l'Organisation des Nations Unies? En fait, le sport constitue un partenaire naturel pour le système des Nations Unies.

Un droit fondamental

Le droit d’accéder et de participer à des activités sportives et ludiques est reconnu depuis longtemps dans un certain nombre de conventions internationales. En 1978, l'UNESCO a décrit le sport et l'éducation physique comme un « droit fondamental pour tous ». Mais encore aujourd'hui, le droit de jouer et de faire du sport est souvent ignoré.

Outil économique et social puissant

Le sport est un puissant outil pour renforcer les liens sociaux et promouvoir des idéaux de paix, de fraternité, de solidarité, de non-violence, de tolérance et de justice.

La pratique régulière d’une activité sportive ou physique a un effet bénéfique sur la vie sociale et la santé. Non seulement elle a une incidence directe sur les aptitudes physiques, mais elle aide aussi les enfants et les jeunes à faire des choix sains, à rester actifs et à lutter contre les maladies non transmissibles. Un certain nombre d’études réalisées par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) ont aussi souligné que l’exercice physique peut avoir un effet positif sur la santé mentale et les fonctions cognitives. Il améliore l’estime de soi et la confiance en soi et réduit la dépression et l’anxiété.

Le sport et la paix

Le sport peut aussi être utilisé comme un outil puissant pour prévenir les conflits et promouvoir une paix durable, car sa portée universelle lui permet de transcender les cultures.

Dans sa contribution à la paix, il fournit souvent des environnements sûrs aux niveaux local et communautaire auxquels les participants prennent part en vue d’atteindre des objectifs communs et de promouvoir des intérêts communs, d’acquérir les valeurs de respect, de tolérance et de fair-play et de développer des compétences sociales. En tant que dénominateur commun et passion partagée, il peut établir des ponts entre les communautés, indépendamment de leurs différences culturelles ou des divisions politiques.

En période de conflit ou d’instabilité, les activités sportives peuvent donner un sentiment de normalité aux participants. La pratique d’un sport permet aussi aux participants de divers horizons de réaliser qu’ils ont plus de points communs que de différences et de dissiper les images négatives que chacun avait l’un de l’autre. Cet outil essentiel permet aux communautés d’instaurer des liens sociaux qui ont contribué à promouvoir le rapprochement, le respect, l’entente mutuelle et le dialogue.

Le sport et le développement durable

Le sport s’est révélé être un outil économique pour promouvoir les objectifs de paix et de développement. Depuis l’adoption des OMD en 2000, et ensuite avec l’adoption du Programme de développement durable à l’horizon 2030 en 2015, il a joué un rôle capital dans le progrès de chaque objectif et dans leur mise en œuvre, un fait qui a été reconnu dans de nombreuses résolutions de l’Assemblée générale. Dans sa résolution 70/1, intitulée « Transformer le monde : le Programme de développement durable à l’horizon 2030», son rôle en matière de progrès social est clairement reconnu :

« Le sport est lui aussi un élément important du développement durable. Nous apprécions sa contribution croissante au développement et à la paix par la tolérance et le respect qu’il préconise ; à l’autonomisation des femmes et des jeunes, de l’individu et de la collectivité ; et à la réalisation des objectifs de santé, d’éducation et d’inclusion sociale. »
logo

Le sport encourage :

  • Le développement individuel
  • La promotion de la santé et la prévention des maladies
  • La promotion de l'égalité des sexes
  • L’intégration sociale et le développement du capital social
  • La consolidation de la paix et la prévention/résolution des conflits
  • Le secours post-catastrophe et la normalisation de la vie
  • Le développement économique
  • La communication et mobilisation sociale