Message du Secrétaire général de l'ONU, 14 novembre 2019

Plus de 420 millions de personnes souffrent de diabète, une maladie pourtant traitable et souvent évitable, en grande partie imputable à une mauvaise alimentation, à l’inactivité physique et à un accès limité aux services de santé et aux médicaments. La plupart des personnes touchées par cette maladie vivent dans des pays à faible revenu ou à revenu intermédiaire.

Le diabète détériore la santé et sape les aspirations à l’éducation et à l’emploi de nombreuses personnes, entraînant des coûts médicaux exorbitants qui pèsent sur les collectivités et plongent les familles dans la précarité économique.

Dans le cadre des objectifs de développement durable, les pays luttent contre le diabète en s’engageant à réduire d’un tiers d’ici à 2030 le nombre de décès prématurés liés à cette maladie et à d’autres maladies non transmissibles.

Pour prévenir et traiter cette maladie, il est essentiel d’en faire un dépistage précoce et d’avoir accès aux services de soins de santé, notamment en parvenant à une couverture sanitaire universelle d’ici à 2030.

En cette Journée mondiale de lutte contre le diabète, j’exprime mon soutien à toutes les personnes vivant avec le diabète dans le monde et je réaffirme l’engagement de l’Organisation des Nations Unies de lutter pour leurs besoins et leur bien-être, sur la voie de la santé pour tous.