Science et Technologie

Sciecne03Science01Science02 L’article I de la CIAB interdit la mise au point, la production, le stockage, l’acquisition ou la conservation de tous les agents microbiologiques et autres agents biologiques et les toxines, de même que leurs composants, que ces agents, toxines ou composants aient été créés ou modifiés naturellement ou artificiellement, qu’ils affectent les êtres humains, les animaux ou les plantes, et quels qu’en soient l’origine ou le mode de production, de types et en quantités qui ne sont pas destinés à des fins de prophylaxie ou de protection ou à d’autres fins pacifiques.

La septième Conférence réaffirme que ” l’article premier s’applique à toutes les innovations scientifiques et techniques dans le domaine des sciences du vivant et d’autres domaines scientifiques ayant un rapport avec la Convention “.

Les sciences et technologies biologiques ont progressées de façon exponentielle depuis la signature de la Convention en 1972. Bien que la portée de la Convention soit particulièrement large et qu’elle bannisse « les agents microbiologiques et autres agents biologiques et les toxines,… quels qu’en soient l’origine ou le mode de production », il est essentiel de se tenir informé des avancées pertinentes dans les sciences et technologies afin d’identifier les possibles violations de la Convention. Par exemple, les domaines de la chimie et de la biologie convergent de plus en plus, effaçant les distinctions entre des pathogènes synthétisés chimiquement, et des produits chimiques produits par des moyens organiques. D’autre part, de telles avancées scientifiques peuvent aussi présenter un intérêt pour la Convention puisqu’elles peuvent par exemple améliorer les vaccins et les diagnostics de maladies. Néanmoins, les technologies qui entourent la CIAB sont, de manière inhérente, à double-usage, ce qui démontre l’importance de d’identifier la frontière ténue entre les usages à des fins pacifiques et les usages malveillants.

Let Us Beat Swords Into Plowshares