Welcome to the United Nations. It's your world.

Secretary-General Ban Ki-moon

Latest Statements

8/1/2014

Malabo, Equatorial Guinea, 1 August 2014 - Secretary-General's message to the Thirty-Eighth Ministerial Meeting of the UN Standing Advisory Committee on Security Questions in Central Africa (UNSAC) [delivered by Mr. Abdoulaye Bathily, Special Representative of the Secretary-General and Head of the United Nations Office for Central Africa (UNOCA)] - scroll down for French version


I would like to thank H. E. Mr. Teodoro Obiang Nguema Mbasogo as well as the Government and the people of the Republic of Equatorial Guinea for hosting the thirty-eighth ministerial meeting of the United Nations Standing Advisory Committee on Security Questions in Central Africa (UNSAC).  This meeting takes place in a regional context still heavily dominated by the crisis in the Central African Republic as well as by a number of threats to peace and security in the sub-region.
Following the “N’Djamena Appeal” you launched at the thirty-seventh ministerial meeting, the mobilisation of the international community around the Central African Republic intensified considerably, notably through the strengthening of MISCA, and the subsequent adoption by the Security Council of resolution 2149 (2014), by which it established MINUSCA.  This engagement has also materialised in the international mediation efforts in the CAR crisis, led by President Denis Sassou Nguesso of the Republic of the Congo, accompanied by the African Union and the United Nations.  The Forum held in Brazzaville last week is a first step on the path towards national reconciliation and reconstruction and laid the foundations for an inclusive dialogue among Central Africans.  This initiative will need to be continued in Central Africa, and include all segments of society.  I therefore invite all stakeholders to strictly abide by the commitments made at the Brazzaville Forum, notably the cessation of all forms of violence and hostilities.  These constitute the preconditions for the holding of a critical political dialogue, and the effective disarmament of armed groups.  I wish to reiterate the full commitment of the United Nations to this peace process, notably through the accompaniment of MINUSCA and the participation of my Special Representative for Central Africa in the international mediation.
The Central Africa region also faces the threats of terrorism, trafficking in small arms and light weapons, poaching, maritime insecurity in the Gulf of Guinea, and the activities of armed groups, such as the Lord’s Resistance Army and Boko Haram.  Given the transnational nature of these threats, your meeting is an opportunity to review your collective efforts to confront these challenges.
I welcome the steps undertaken to enhance cooperation among the countries of the region of the Lake Chad Basin in the fight against Boko Haram which is now threatening some countries in the Central African region.  The United Nations stands ready to continue to help the countries of the region strengthen their national capacities to fight terrorism.  I hope that the momentum created by the workshops held in Libreville and Bujumbura will be kept and that it will lead to the adoption of a regional strategy for counter-terrorism and non-proliferation of small arms and light weapons in Central Africa.
In this context, I reiterate my call to the Member States of the region to ratify the “Kinshasa Convention” for the control of small arms and light weapons.  This is a critical tool in the fight against poaching and armed groups which are threatening peace and security in the sub-region.  The Convention will enter into force 30 days after the deposition of the sixth instrument of ratification.  In this connection, I would like to commend the five Member States that ratified the convention, and hope that others will do so shortly.
I also commend the authorities of Cameroon and all the leaders of the region, as well as to the Economic Community of Central African States (ECCAS), the Economic Community of West African States (ECOWAS), the Commission of the Gulf of Guinea (CGG) and their partners for the progress made towards the establishment of the Inter-regional Coordination Center (ICC) for safety and security in the Gulf of Guinea.  The United Nations Office for Central Africa will continue to support ECCAS, the CGC, and the countries of the region to implement this framework.
Finally, I am pleased that the thirty-eighth ministerial meeting identified the strengthening of national electoral capacities for the conduct of credible and peaceful electoral processes as its special theme.  The sub-region will hold several elections in the coming two years.  As you know, at times, elections result in heightened socio-political tensions.  It is therefore important that States have the resources and appropriate institutions to ensure free, democratic and transparent elections.  The purpose is to strengthen the positive role played by all institutions dealing with election processes, from electoral commissions, to those institutions in charge of electoral disputes, as well as technical, media and political entities concerned.  These actors present the potential to contribute in a fundamental manner to building peace, security and democracy in the Central African region.
I thank you for your kind attention and wish you every success in your deliberations.

*****

MESSAGE DU SECRÉTAIRE GÉNÉRAL À LA 38ème RÉUNION MINISTÉRIELLE DU COMITÉ CONSULTATIF PERMANENT DES NATIONS UNIES CHARGÉ DES QUESTIONS DE SÉCURITÉ EN AFRIQUE CENTRALE [lu par M. Abdoulaye Bathily, Représentant Spécial du Secrétaire Général et Chef du Bureau Régional des Nations Unies pour L’Afrique Centrale (UNOCA)]

Je souhaite remercier Son Excellence M. Teodoro Obiang Nguema Mbasogo ainsi que le gouvernement et le peuple de la République de Guinée équatoriale d'accueillir la trente-huitième réunion ministérielle du Comité consultatif permanent des Nations Unies chargé des questions de sécurité en Afrique centrale (UNSAC).  Cette réunion se tient dans un contexte régional encore largement dominé par la crise en République Centrafricaine (RCA) ainsi que par un certain nombre de menaces  contre la paix et la sécurité dans la sous-région.

A la suite de « L’appel de N'Djaména» que vous avez lancé lors de la trente-septième réunion ministérielle, la mobilisation de la communauté internationale autour de la République centrafricaine s’est intensifiée de manière significative, avec notamment le renforcement de la MISCA, et l’adoption subséquente par le Conseil de sécurité de la résolution 2149 (2014) par laquelle il a établi la MINUSCA.  Cet engagement s’est aussi exprimé à travers la médiation internationale dans la crise en RCA, menée par le Président Denis Sassou Nguesso de la République du Congo, avec l’accompagnement de l’Union africaine et des Nations Unies.  Le Forum qui s’est déroulé à Brazzaville la semaine dernière est un premier pas vers la réconciliation et la reconstruction nationales et a jeté les bases d’un dialogue inclusif entre les Centrafricains.  Cette initiative devra se poursuivre en Centrafrique et impliquer tous les segments de la société.  J’invite donc toutes les parties à respecter scrupuleusement les engagements pris au Forum de Brazzaville, notamment l’arrêt de toutes les violences et des hostilités.  C’est un préalable à l’indispensable dialogue politique et au désarmement effectif des groupes armés.  Je tiens à renouveler le plein engagement des Nations Unies dans ce processus de paix, à travers notamment l’accompagnement de la MINUSCA et la participation de mon Représentant spécial pour l’Afrique centrale à la médiation internationale.

L’Afrique centrale est également confrontée aux menaces que constituent le terrorisme, le trafic des armes légères et de petit calibre, le braconnage, l’insécurité maritime dans le Golfe de Guinée ainsi que par les activités des groupes armés tels que l’Armée de Résistance du Seigneur et Boko Haram.  Compte tenu de la nature transfrontalière de ces menaces, votre réunion est l’occasion de passer en revue vos efforts collectifs pour faire face à ces défis.

Je me félicite des mesures prises pour renforcer la coopération entre les pays de la région du bassin du lac Tchad pour lutter contre Boko Haram qui menace désormais certains pays d’Afrique centrale.  Les Nations Unies demeurent disposées à continuer d’aider les pays de la région à renforcer leurs capacités nationales pour combattre le terrorisme.  J’espère que la dynamique créée par les ateliers qui se sont tenus à Libreville et à Bujumbura se poursuivra et aboutira prochainement à l’adoption d’une stratégie régionale de lutte contre le terrorisme et de contrôle des armes légères et de petit calibre en Afrique centrale.

Dans ce contexte, j’appelle de nouveau les Etats membres de la région à ratifier la « Convention de Kinshasa » visant à contrôler les armes légères et de petit calibre.  Cet outil sera crucial dans la lutte contre le braconnage et les groupes et mouvements armés qui menacent la paix et la sécurité dans la sous-région.  La convention entrera en vigueur 30 jours après le dépôt du sixième instrument de ratification.  J’aimerais à cet égard féliciter les cinq états membres qui ont ratifié la convention et espère que les autres en feront bientôt de même.

Je salue également les autorités camerounaises et tous les dirigeants de la région, ainsi que la Communauté Economique des Etats de l’Afrique Centrale (CEEAC), la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), la Commission du Golfe de Guinée (CGG) et leurs partenaires pour les progrès réalisés dans la création du Centre interrégional de coordination (CIC) sur la sûreté et la sécurité maritimes dans le Golfe de Guinée.  Le Bureau régional des Nations Unies pour l’Afrique centrale (UNOCA) continuera à appuyer la CEEAC, la CGG et les pays de la région pour mettre en œuvre ce dispositif.

Enfin, je me réjouis que cette 38e réunion de l’UNSAC ait choisi comme thème le renforcement des capacités nationales dans le domaine des élections pour la conduite de scrutins crédibles et pacifiques.  De nombreuses élections sont prévues dans la sous-région dans les deux prochaines années.  Comme vous le savez, les élections sont parfois l’occasion de tensions socio-politiques accrues.  Il importe donc que les Etats disposent de ressources et d’institutions adéquates pour garantir des élections libres, démocratiques et transparentes.  Il s’agit de renforcer le rôle positif de toutes les institutions impliquées dans les processus électoraux, y compris les commissions électorales, les juridictions chargées de régler les contentieux, ainsi que les entités techniques, médiatiques et politiques concernées.  Ces acteurs, ont le potentiel de contribuer de manière importante à la consolidation de la paix, de la sécurité et de la démocratie en Afrique centrale.

Je vous remercie de votre attention et vous souhaite plein succès dans vos travaux.


Statements on 1 August 2014