Welcome to the United Nations. It's your world.

Secretary-General Ban Ki-moon

New York, 4 February 2016 - Secretary-General's message on World Cancer Day [scroll down for French version]


World Cancer Day, always an opportunity to rally the world, has special impetus this year thanks to the recent adoption of the 2030 Agenda for Sustainable Development, which aims to usher in a life of dignity for all people.

The Sustainable Development Goals endorsed by all governments call for reducing by one third premature death from non-communicable diseases. This builds on an historic commitment made in 2011 by Heads of State. We are also guided by the Global Strategy for Women’s, Children’s and Adolescents’ Health, and the Every Woman Every Child movement behind it, which are working for stronger health systems, universal health care coverage and scaling up of life-saving interventions for comprehensive cancer prevention and control.

We must do more to end the many tragedies that cancer inflicts. About one third of cancers can be prevented, while others are curable if diagnosed and treated early. And even when cancer is advanced, patients should benefit from palliative care.

Cancer affects all countries, but those with fewer resources are hit hardest. Nothing illustrates this better than the burden of cervical cancer. The world’s poorest countries are home to more than 8 in 10 women newly diagnosed with cervical cancer, and 9 in 10 deaths from the disease.

While applauding the success of cervical cancer screening in many high-income countries, we have a responsibility to replicate this progress in low-income States, where cervical cancer remains one of the most common cancers among women.

Today, we have the knowledge, experience and tools to protect every woman, everywhere. Comprehensive cervical cancer prevention includes vaccines to protect girls against future infection with the human papilloma virus (HPV), screening measures and preventive treatment of pre-cancers.

Where a person lives should not determine if they develop a cancer or die from it. We must work together to eliminate cervical cancer as a public health issue and to reduce the burden that millions face from all cancers.

On World Cancer Day, let us resolve to end the injustice of preventable suffering from this disease as part of our larger push to leave no one behind.

*****

La Journée mondiale du cancer est toujours un puissant facteur de rassemblement dans le monde entier. Elle revêt cette année un relief particulier grâce à l’adoption récente du Programme de développement durable à l’horizon 2030, qui a pour objectif de permettre à tous de vivre dans la dignité.
Approuvés par tous les États, les objectifs de développement durable appellent à réduire d’un tiers le taux de mortalité prématurée due à des maladies non transmissibles. Cet objectif est l’aboutissement d’un engagement historique pris par les Chefs d’État en 2011. Nous trouvons également notre inspiration dans la Stratégie mondiale pour la santé de la femme, de l'enfant et de l'adolescent et dans le mouvement « Toutes les femmes, tous les enfants », dont les membres militent pour un renforcement des systèmes de santé, la couverture médicale universelle et l’adoption de mesures vitales et systématiques de prévention et de contrôle du cancer.
Nous devons faire plus pour mettre un terme aux trop nombreuses tragédies que provoque le cancer. Environ un tiers des cancers peuvent être prévenus, et d’autres peuvent être guéris s’ils sont diagnostiqués et traités suffisamment tôt. Et quand leur cancer a atteint un stade avancé, les patients devraient pouvoir bénéficier de soins palliatifs.
Le cancer touche tous les pays, mais parmi eux ce sont les pays les plus démunis qu’il frappe le plus violemment. Le cancer du col de l’utérus en est la meilleure illustration. Plus de huit femmes sur dix chez qui ce type de cancer a été récemment diagnostiqué et neuf femmes sur dix qui en meurent se trouvent dans les pays les plus pauvres du monde.
Nous applaudissons certes les succès obtenus par les campagnes de dépistage du cancer de l’utérus dans de nombreux pays à revenu élevé, mais il nous appartient aussi de reproduire ces succès dans les États à faible revenu, où ce type de cancer est l’un des plus courants chez les femmes.
Nous possédons aujourd’hui les connaissances, l’expérience et les outils nécessaires pour protéger toutes les femmes dans tous les pays. Une prévention complète du cancer du col de l’utérus comprend des vaccins permettant de garantir les jeunes filles contre d’éventuelles infections à papillomavirus humain, des campagnes de dépistage et le traitement préventif des lésions précancéreuses.
Le fait qu’une femme développe un cancer ou en meure ne devrait pas dépendre de l’endroit où elle vit. Il nous appartient d’unir nos efforts pour faire en sorte que le cancer de l’utérus ne soit plus un problème de santé publique et pour réduire le fardeau que les cancers de tout type font peser sur des millions de personnes.
En cette Journée internationale du cancer, prenons la ferme résolution, dans le cadre de notre engagement plus général à ne laisser personne au bord du chemin, de mettre un terme à l’injustice que constituent les souffrances évitables infligées par cette maladie.


Statements on 4 February 2016