Activités du Secrétaire général en République islamique d’Iran du 29 au 31 août 2012

11 septembre 2012
SG/T/2868

Activités du Secrétaire général en République islamique d’Iran du 29 au 31 août 2012

11/09/2012
Secrétaire général
SG/T/2868
Département de l’information • Service des informations et des accréditations • New York

ACTIVITÉS DU SECRÉTAIRE GÉNÉRAL EN RÉPUBLIQUE ISLAMIQUE D’IRAN DU 29 AU 31 AOÛT 2012

(Adapté de l’anglais)

Le Secrétaire général est arrivé en Iran, le mercredi 29 août.

À son arrivée à Téhéran, il s’est rendu directement au Parlement, où il a eu un entretien avec M.Ali Ardashir Larijani, Président du Parlement.  Avant de poursuivre leurs discussions au cours du déjeuner, les deux hommes ont parlé à la presse

Le Secrétaire général a dit que maintenant que l’Iran a pris la présidence du Mouvement des non-alignés, lui et son people auront une occasion importante de jouer un rôle très modéré et très constructif aux côtés des Nations Unies et d’autres membres de la communauté internationale, face aux nombreux défis mondiaux et régionaux.  Il s’est dit persuadé que l’Iran à un rôle d’une importance cruciale face aux questions régionales.  Il a également dit avoir discuté d’un large éventail de sujets avec le Président du Parlement, dont les droits de l’homme et le programme nucléaire iranien.  

Le Secrétaire général a ensuite eu une longue entrevue avec le PrésidentMahmoud Ahmadinejad.

Après la réunion, les deux hommes ont rencontré le Guide suprême, l’Imam Ali Khamenei.

Le Secrétaire général a ensuite eu un tête-à-tête avec M. Saeed Jalili, Secrétaire du Conseil suprême de la sécurité nationale, un entretien qui s’est poursuivi au cours du dîner offert en l’honneur de M. Ban Ki-moon.

Au cours de toutes ces réunions, le Secrétaire général a fait part des claires inquiétudes et attentes de la communauté internationale quant à des questions pour lesquelles la coopération et les progrès sont urgents pour la stabilité régionale et le bien-être du peuple iranien.  Ces questions incluent le programme nucléaire iranien, les droits de l’homme et la crise en Syrie.  Il a aussi rappelé clairement aux interlocuteurs concernés les préoccupations de la communauté internationale face à la situation des droits de l’homme en Iran.

Le jeudi 30 août, au matin, le Secrétaire général a participé au Sommet du Mouvement des non-alignés.  Dans son discours, il a déclaré que le Mouvement était crucial pour le bon fonctionnement des Nations Unies, y compris pour des questions vitales comme le développement durable, la paix et la sécurité et les droits de l’homme.  

Il a dit qu’en assumant le leadership du Mouvement des non-alignés, l’Iran avait l’occasion de démontrer qu’il peut jouer un rôle modéré et constructif au niveau international.  Le Secrétaire général a exhorté le Gouvernement iranien à prendre les mesures nécessaires pour renforcer la communauté internationale dans la nature exclusivement pacifique de son programme nucléaire.

S’agissant de la Syrie, le Secrétaire général a déclaré au Sommet que la crise en Syrie a commencé avec des manifestations pacifiques auxquelles on a répondu par une force démesurée.  Il a dit que nous courons aujourd’hui le risque d’une longue guerre civile.  Il a ajouté que ceux qui fournissent des armes à l’une ou l’autre partie contribuent à la souffrance.  Le Secrétaire général a dit qu’il rejetait catégoriquement les menaces proférées par quel qu’État Membre que ce soit de détruire un autre État ou toute tentative odieuse de nier des faits historiques, comme l’Holocauste.

En marge du Sommet, le Secrétaire général a rencontré de nombreux dirigeants, dont M. Kim Yong Nam, Président du Présidium de l’Assemblée suprême du peuple de la République populaire démocratique de Corée (RPDC); M. Aliakbar Salehi, Ministre iranien des affaires étrangères; M. Mohamed Morsy, Président de l’Égypte; M. Blaise Compaoré, Président du Burkina Faso; et M.Baburam Bhattarai, Premier Ministre du Népal.

Le Secrétaire général s’est ensuite rendu à l’Institut des relations internationales du Ministère iranien des affaires étrangères.  Dans ses remarques, il a souligné qu’en matière des droits de l’homme, de nombreux défis demeurent en Iran.  Il a jugé particulièrement important que la voix du peuple iranien soit entendue pendant les élections présidentielles prévues l’année prochaine.  Il a expliqué que c’est la raison pour laquelle il avait appelé, pendant son séjour, les autorités iraniennes à libérer les leaders de l’opposition, les militants des droits de l’homme, les journalistes et les activistes sociaux pour créer un environnement favorable à la liberté d’expression et aux débats ouverts.  Le Secrétaire général a ensuite répondu aux questions des étudiants et des professeurs.

Dans la soirée, il a assisté au dîner offert par le Président iranien en l’honneur des dirigeants qui ont participé au Sommet du Mouvement des non-alignés.

Le vendredi 31 août, au matin, le Secrétaire général a eu un entretien avec le Secrétaire général de la Ligue des États arabes pour discuter des développements en Syrie.  Il a ensuite rencontré le personnel de l’ONU travaillant en Iran.

Il a également eu un entretien avec le Ministre des affaires étrangères du Mali, M. Tieman Coulibaly, avec lequel il a discuté des développements dans son pays et dans la région du Sahel.    

À la suite de cet entretien, le Secrétaire général a rencontré le Président de la Mongolie, M. Elbegdorj Tsakhia.

Le Secrétaire général a ensuite eu un entretien avec le Président de l’Autorité palestinienne, M. Mahmoud Abbas, lequel a porté sur les derniers développements au Moyen-Orient.  Il a assuré M. Abbas du soutien du Quatuor pour le Moyen-Orient.

Après une réunion avec l’équipe de pays des Nations Unies, le Secrétaire général a rencontré le Premier Ministre syrien, M.  Wael Nader al-Halqui, et le Ministre syrien des affaires étrangères, M. Walid Al-Moualem.  Il leur a dit, une nouvelle fois, que la violence doit cesser de tous côtés de même que les flux d’armes vers l’une ou l’autre partie.  Il a également exhorté la Syrie à permettre à un plus grand nombre de partenaires humanitaires de travailler dans le pays afin que l’aide soit fournie à ceux qui en ont désespérément besoin. 

Avant de quitter Téhéran, le Secrétaire général a parlé à la presse de sa visite en Iran et de sa participation au Sommet du Mouvement des non-alignés. 

Il a dit qu’il achevait sa visite avec une foi renforcée dans le dialogue et la diplomatie.  Il a dit quitter Téhéran conscient des défis mais aussi satisfait d’avoir transmis des messages qui doivent tout simplement être dits en cette période cruciale. 

Il a dit avoir parlé clairement des droits de l’homme, de la protection des libertés fondamentales et des inquiétudes de la communauté internationale quant au programme nucléaire iranien.  

Le Secrétaire général est arrivé à New York dans la matinée du samedi 1er  septembre, après une escale à Dubaï, comme à son départ.

*   ***   *

À l’intention des organes d’information • Document non officiel
À l’intention des organes d’information • Document non officiel.