L’Assemblée générale procède à la clôture des travaux de sa soixante-cinquième session

12 septembre 2011
AG/11131

L’Assemblée générale procède à la clôture des travaux de sa soixante-cinquième session

12/09/2011
Assemblée générale
AG/11131
Département de l’information • Service des informations et des accréditations • New York

Assemblée générale

Soixante-cinquième session

118e séance plénière – matin


L’ASSEMBLÉE GÉNÉRALE PROCÈDE À LA CLÔTURE DES TRAVAUX DE SA SOIXANTE-CINQUIÈME SESSION


« Souvenez-vous, le 14 septembre 2010, c’est le représentant d’un régime aujourd’hui déchu qui me remettait le marteau.  Comment avions-nous pu tolérer que le tyran leader de ce pays bafoue, quelques mois plus tôt, en cette salle de l’Assemblée générale, les valeurs des Nations Unies en jetant la Charte à terre?  Dans quel moment d’égarement avions-nous pu élire ce régime comme membre du Conseil des droits de l’homme?  Nous avons su réagir en suspendant, le 1er  mars dernier, la Libye du Conseil des droits de l’homme.  Ce jour-là, j’ai été fier d’être votre Président. »


C’est par ces mots, prononcés en présence du Secrétaire général de l’ONU, qui l’a félicité pour son leadership, que M. Joseph Deiss, le Président de l’Assemblée générale a entamé sa déclaration de clôture de la soixante-cinquième session de l’Assemblée générale qui prenait fin ce matin au Siège de l’ONU à New York et dont il a conduit les travaux au cours d’une année « marquée par une actualité intense ».  Si l’engagement au nom des valeurs onusiennes a parfois été « trop mou ou trop tardif au cours de cette période », dans l’ensemble, l’Assemblée, a estimé M. Joseph Deiss, a tenu son rôle « en tant que force morale et force de protection des populations civiles et de leurs droits, de règlement pacifique des conflits, et d’amitié entre les peuples ».


M. Deiss a notamment fait référence à la situation dramatique en Haïti, à laquelle l’Assemblée a consacré en début d’année une séance plénière informelle, ainsi qu’à la crise en Côte d’Ivoire, dont « nous avons rapidement décidé qui en était le représentant légitime aux Nations Unies ».  Par le biais de débats thématiques, l’Assemblée a été présente sur des questions aussi cruciales que l’état de droit et la « responsabilité de protéger », s’est-il félicité.


De retour d’une visite dans les États du Pacifique-Sud, le Secrétaire général de l’ONU, M. Ban Ki-moon, a de son côté, déclaré qu’il avait eu l’occasion de constater en personne l’ampleur de certains défis qui se posent aujourd’hui à la communauté internationale, qu’il s’agisse de l’impact des changements climatiques; de la prévention des risques de catastrophes naturelles; de la réalisation du développement durable pour tous, ou de l’autonomisation des femmes.


Au nombre de ses satisfactions en tant que Président de la soixante-cinquieme session de l’Assemblée, M. Deiss a cité l’admission de la République du Soudan du Sud comme 193e État Membre de l’Assemblée générale et de l’ONU.  Après avoir salué M. Ban Ki-moon pour sa reconduction pour un second mandat de Secrétaire général, le Président Deiss a dressé le bilan d’une session qui s’est articulée selon lui autour de trois axes principaux: la réduction de la pauvreté et la réalisation des Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD); l’économie verte et le développement durable; et la promotion de la gouvernance globale.


« Avec la Réunion de haut niveau sur les OMD qui s’est tenue au début de la soixante-cinquieme session, nous avons adressé un signal fort, celui de notre détermination à tenir la promesse de diminuer de moitié la pauvreté d’ici à 2015 et de réaliser l’ensemble des autres Objectifs », a indiqué M. Deiss.  Ce message a été réitéré, en mai, à Istanbul, lors de la quatrième Conférence des Nations Unies sur les pays les moins avancés (Conférence PMA IV) et lors du dialogue sur le développement du mois de juin dernier, qui marquait le début de la discussion sur « l’après-2015 », a fait observer le Président de la soixante-cinquieme session de l’Assemblée générale.


Un autre résultat remarquable de cette session, a souligné M. Deiss, a été la Réunion de haut niveau sur le VIH/sida qui a vu la communauté internationale se doter de la vision du « triple zéro »: zéro nouvelle infection, zéro discrimination et zéro mort liée au sida.  L’Assemblée a d’ailleurs adopté ce matin une résolution1 par laquelle elle a inscrit à son ordre du jour la question de la mise en œuvre de la Déclaration d’engagement sur le VIH/sida.


S’agissant de l’économie verte et du développement durable, la session s’est ouverte par une Réunion de haut niveau sur la biodiversité qui a contribué au processus de négociations conclu avec succès, lors de la Conférence internationale de Nagoya, a poursuivi le Président de la 65e session de l’Assemblée.  Grâce au soutien du « Groupe des amis de l’économie verte », les potentialités offertes par ce concept pour la croissance et la création d’emplois sont devenues plus évidentes, a assuré M. Deiss, contribuant ainsi à la préparation de la Conférence sur le développement durable qui se tiendra à Rio en 2012.


La réaffirmation du rôle central de l’ONU dans la gouvernance globale, enfin, fut le sujet du débat général et l’un des fils conducteurs de cette session qui s’achève, a rappelé le Président.  M. Deiss a, à cet égard, estimé que les Nations Unies ne devraient pas être marginalisées par de nouveaux acteurs, « parfois plus efficaces certes, mais souffrant d’une carence de légitimité ».  Dans ce contexte, en vue d’initier un rapprochement avec le G-20, l’Assemblée a ouvert un dialogue constructif avec la présidence du G-20, qui se poursuivra au-delà de cette session, a-t-il annoncé.


En outre, a ajouté M. Deiss, si des pas encourageants ont été faits dans la mise en œuvre des réformes onusiennes –notamment le réexamen des travaux de la Commission de consolidation de la paix et du Conseil des droits de l’homme-, la revitalisation de l’Assemblée générale et la réforme du Conseil de sécurité sont toujours en suspens.  Satisfait à ce sujet qu’« une discussion ait pu être initiée au-delà des positions retranchées », notamment grâce au Groupe des amis du Président du Conseil de sécurité, M. Deiss a cependant regretté « qu’une percée significative, qui lance de véritables négociations, se fasse toujours attendre ».


C’est en ce sens que l’Assemblée générale a décidé2 aujourd’hui, à l’initiative de son Président, de « poursuivre immédiatement les négociations intergouvernementales sur la réforme du Conseil de sécurité en séance plénière informelle à sa soixante-sixième session, et d’inscrire à son ordre du jour la question de la représentation équitable au sein du Conseil et de l’augmentation du nombre de ses membres ».


Souhaitant plein succès à la présidence du Qatar durant la soixante-sixième session, qui s’ouvrira demain, mardi 13 septembre, le Président sortant a conclu son intervention par trois recommandations: « dégager l’intérêt commun, défendre les valeurs fondamentales, et répondre aux vraies préoccupations des peuples ».


Au cours de cette séance, l’Assemblée a décidé3 des modalités d’organisation du cinquième Dialogue de haut niveau sur le financement du développement, qui sera un des temps forts de la prochaine session, et qui se tiendra les 7 et 8 décembre 2011.  L’Assemblée a aussi décidé de continuer de rechercher4, à sa soixante-sixième session, les modalités les plus efficaces du processus de suivi intergouvernemental de la Conférence sur la crise financière et économique mondiale et son incidence sur le développement.


En adoptant sans vote une résolution5 présentée par la Nouvelle-Zélande, elle a également décidéd’inscrire à l’ordre du jour de sa soixante-septième session la question subsidiaire intitulée « Coopération entre l’Organisation des Nations Unies et le Forum des îles du Pacifique ».


L’Assemblée générale a par ailleurs modifié6 le statut du Programme alimentaire mondial (PAM) et déclaré7 que la France est élue membre du Comité du programme et de la coordination pour un mandat prenant effet le 12 septembre 2011 et venant à expiration le 31 décembre 2012.


En début de séance, le Secrétaire général, ainsi que les représentants des grands groupes régionaux, ont rendu hommage au Président de la cinquante-cinquième session de l’Assemblée générale, Harri Holkeri, de la Finlande, décédé le 7 août dernier.


La séance d’ouverture de la soixante-sixième session de l’Assemblée générale se tiendra demain, mardi 13 septembre, à partir de 15 heures.


1 A/65/L.89

 2 A/65/909

  3 A/65/L.91

   4 A/65/L.42/Rev.1

    5 A/65/L.90

     6 A/65/928

    7 A/65/291/Add.1


.


*   ***   *


À l’intention des organes d’information • Document non officiel
À l’intention des organes d’information • Document non officiel.