« Sans la lutte antimines, la paix ne peut être complète. J’invite instamment tous les États Membres à maintenir cette question au premier rang des préoccupations mondiales, lorsqu’il s’agit de négocier la paix, de s’employer à limiter les effets préjudiciables des conflits ou de mener une action humanitaire d’urgence dans les zones de guerre.  » — António Guterres, Secrétaire général de l'ONU

Thème 2017 — « Répondre aux besoins. Privilégier l'humain. »

La Journée internationale pour la sensibilisation au problème des mines et l’assistance à la lutte antimines est l’occasion d’attirer l’attention sur les besoins des victimes des mines et des restes explosifs de guerre. Les États Membres, la société civile et l’ONU doivent s’employer à créer les conditions législatives, sociales et économiques permettant aux survivants de jouir de leurs droits et de jouer un rôle productif au sein de la société.

Les États Membres sont également encouragés à ratifier tous les instruments relatifs au désarmement, au droit humanitaire et aux droits de l’homme qui concernent les mines antipersonnel, les restes explosifs de guerre et les personnes ayant survécu aux effets dévastateurs de ces engins.

Le 8 décembre 2005, l’Assemblée générale a proclamé le 4 avril comme la Journée internationale pour la sensibilisation au problème des mines et l’assistance à la lutte antimines [A/RES/60/97]. PDF

Depuis 20 ans, le Service de lutte antimines de l'ONU (UNMAS) concentre son action sur les besoins des populations affectées, avec une attention particulière sur les menaces posées par les engins explosifs pour les civils, les soldats de la paix et les travailleurs humanitaires.

L'UNMAS se mobilise pour sauver des vies, ainsi que pour faciliter le déploiement des missions de l'ONU et l'acheminement de l'aide humanitaire.

 

Message de Daniel Craig, Mandataire mondial des Nations Unies pour l’élimination des mines et engins explosifs