ONU Bienvenue aux Nations Unies. C'est votre monde.
 

Journée mondiale contre le travail des enfants
12 juin

Haut de page

Le travail des enfants

Faits et chiffres

  • Nombre d'enfants qui travaillent : 168 millions.
  • Nombre d'enfants contraints à des activités dangereuses : 85 millions.
  • L'agriculture continue à être le secteur avec le plus grand nombre d'enfants astreints au travail (98 millions).
  • Le travail des filles a diminué de 40% depuis 2000 et celui des garçons a diminué de 25%.

Source : OIT

Depuis plus de dix ans, le travail des enfants est reconnu comme une question essentielle des droits de l’homme au travail, aux côtés de la liberté syndicale, du droit à la négociation collective, de l’abolition du travail forcé, de la non-discrimination dans l’emploi et la profession. Cependant, malgré le vaste mouvement de réforme sociale qui s’est développé autour de cette question, il demeure plus de 150 millions d’enfants travailleurs dans le monde, dont au moins 85 millions, chiffre alarmant, sont soumis aux pires formes de travail.

La campagne mondiale qui vise à mettre fin au travail des enfants arrive à une étape décisive. Comme le montre le Rapport global en vertu du suivi de la Déclaration de l’OIT relative aux principes et aux droits fondamentaux au travail, le travail des enfants continue de décliner à l’échelle mondiale mais à un rythme bien inférieur à ce qu’il était auparavant. Le rapport du Secrétaire général de 2010, intitulé « Intensifier la lutte contre le travail des enfants » PDF, note des signes tangibles de progrès mais également des disparités déconcertantes quant à la réponse mondiale.

Les tendances indiquent qu’un tournant majeur est intervenu dans la lutte internationale contre le travail des enfants en comparaison avec 2006. A cette époque, encouragée par les résultats positifs du deuxième rapport global, l’OIT avait fixé l’objectif de 2016 pour l’élimination des pires formes de travail des enfants. À mi-parcours de l’échéance, le rapport démontre que dans d’importantes régions du monde le combat risque d’être perdu. Il avertit: si la tendance se poursuit, l’objectif de 2016 ne sera pas atteint.

Au cours des dernières années, un certain nombre d’initiatives pionnières ont été prises et d’importantes réalisations ont eu lieu en matière de sensibilisation, de partenariats renforcés, de soutien à la responsabilité sociale des entreprises, de collecte de données et de recherche. La plus grande avancée fut sans doute l’énorme consensus mondial pour soutenir le mouvement Education pour tous. Cependant, il convient de renouveler ces engagements. Les solutions appartiennent aux gouvernements pour ce qui est des choix politiques et des arbitrages budgétaires. La crise économique mondiale actuelle ne saurait servir de prétexte pour abandonner nos priorités. Un monde sans travail des enfants est possible.

Des objectifs mondiaux

Encouragée par les résultats positifs du deuxième Rapport global sur le travail des enfants en 2006, l’OIT a fixé 2016 comme date limite pour l’éradication des pires formes de travail des enfants. Le Plan d’action mondial de l’OIT s’appuie sur trois piliers :

Le Plan d’action mondial invitait les pays à élaborer et mettre en place des mesures appropriées assorties de délai d’ici à la fin de 2008. Si l’on en juge les résultats du troisième Rapport global, un grand nombre, si ce n’est la plupart des pays ont échoué à le faire. Qui plus est, dans le contexte plus large de la progression vers les Objectifs du millénaire pour le développement (OMD), et en particulier en ce qui concerne l’éducation primaire universelle, les signes ne sont pas vraiment encourageants non plus.

Une action internationale

Le Programme international pour l’élimination du travail des enfants (IPEC) de l’OIT a été créé en 1992 avec comme objectif global l’élimination progressive du travail des enfants par le biais du renforcement des capacités des pays à s’attaquer au problème et la promotion d’un mouvement mondial de lutte contre le travail des enfants.

L’IPEC, qui est opérationnel dans 88 pays, est le plus important programme en son genre dans le monde et le plus gros programme opérationnel de l’OIT.