Depuis que les essais d’armes nucléaires ont débuté au milieu du XXe siècle, le premier datant du 16 juillet 1945, près de 2 000 ont été effectués.

Au départ, détenir des armes nucléaires était un témoignage de puissance scientifique ou militaire. Avec le recul et l’expérience, il est apparu que les essais nucléaires peuvent avoir des conséquences redoutables et tragiques, surtout en cas de défaillances dans les conditions de réalisation, d’autant que les armes nucléaires actuelles sont beaucoup plus puissantes et destructrices.

Les tragédies humaines et écologiques qui résultent des essais d’armes nucléaires justifient sans réserve la proclamation d’une Journée internationale contre les essais nucléaires. Cette journée est l’occasion d'organiser des manifestations, activités et de transmettre des messages pédagogiques destinés à capter l’attention du monde et de montrer combien il est indispensable d’unir nos efforts pour empêcher la poursuite de ces essais.

L’instrument international visant à mettre un terme à toutes les formes d’essais nucléaires est le Traité d’interdiction complète des essais nucléaires (TICE), qui n’est malheureusement pas encore entré en vigueur.

Le 2 décembre 2009, à sa 64e session, l’Assemblée générale a proclamé le 29 août Journée internationale contre les essais nucléaires en adoptant la résolution 64/35. Cette résolution appelle à éduquer le public et à le sensibiliser « aux effets des explosions expérimentales d’armes nucléaires et autres explosions nucléaires et à la nécessité d’y mettre fin, en tant que moyen parmi d’autres de parvenir à l’objectif d’un monde sans armes nucléaires ». Cette résolution a été initiée par la République du Kazakhstan, à laquelle se sont joints un grand nombre d’auteurs et de co-auteurs, afin de commémorer la fermeture du polygone d’essais nucléaires de Semipalatinsk, le 29 août 1991.

La Journée internationale vise à mobiliser l’Organisation des Nations Unies, les États Membres, les organisations intergouvernementales et non gouvernementales, les milieux universitaires, les réseaux de jeunes et les médias aux fins de l’information et de l’éducation du public et de sa sensibilisation à la nécessité d’interdire les essais d’armes nucléaires en tant que pas majeur vers l’édification d’un monde plus sûr. La célébration de la Journée internationale contre les armes nucléaires est indispensable à la promotion de la paix et de la sécurité autour du monde.

L’année 2010 a marqué la célébration inaugurale de la Journée internationale contre les essais nucléaires. Depuis cette date, chaque année la Journée est célébrée par des activités organisées à travers le monde, notamment par des colloques, des conférences, des expositions, des compétitions, des publications, des programmes diffusés par les médias, etc.

Depuis la proclamation de la Journée, nombre d’avancées bilatérales et multilatérales au niveau des gouvernements ainsi que de vastes mouvements de la société civile ont contribué à faire progresser la cause de l’interdiction des essais nucléaires.

La Journée internationale contre les essais nucléaires, s’ajoutant à d’autres manifestations et actions, a également contribué à ouvrir des perspectives plus favorables quant à l’instauration d’un monde exempt d’armes nucléaires. Des progrès visibles ont été observés sur divers fronts, comme l'a mentionné le Secrétaire général dans son discours à la Conférence sur le désarmement, toutefois des problèmes demeurent.

2017 — Progrès :

  • L’adoption du Traité sur l'interdiction complète et générale des essais d'armes nucléaires;
  • Un consensus sur les recommandations présentées à l’Assemblée générale par le Groupe de travail spécial à composition non limitée sur la quatrième Session extraordinaire de l'Assemblée générale consacrée au désarmement;
  • L’environnement positif lors de la première session du Comité préparatoire de la Conférence d’examen sur le Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires de 2020; et
  • L’adoption d’un consensus de recommandations par la Commission du désarmement de l’Organisation des Nations Unies (après deux décennies d’inactivité).