Le Secrétaire Général Ban Ki-Moon, Assemblée Générale, 26 Juin 2013

Je suis heureux de participer à cet important débat,

Nous nous retrouvons au milieu d’une crise mondiale de l’emploi qui exige une réponse audacieuse.

Cette année, quelque 73 millions de jeunes sont au chômage.

On estime que 425 millions de jeunes femmes et hommes se joindront à la population active entre 2016 et 2030. Cela signifie que le monde aura besoin d’environ un demi-milliard d’emplois d’ici là.

Pour aider à relever ce défi, nous devons encourager, éduquer et responsabiliser les jeunes entrepreneurs.

Mon Envoyé sur la jeunesse, Ahmad Alhendawi est de cet avis. Il dit: «Nous devons passer du discours sur la création d’emplois pour les jeunes à celui de l’invention d’emplois par les jeunes. »

L’entrepreneuriat peut être une partie de la solution en aidant les jeunes chômeurs à devenir les principaux employeurs.

Laissez-moi vous donner un exemple.

Lorna Rutto est une jeune femme de la vallée du Rift au Kenya. C’est une belle région, mais comme beaucoup de gens de la région, Lorna a grandi dans un bidonville.

Un des plus gros problèmes était les eaux usées et les déchets. Il n’y avait pas de ramassage des ordures, donc la poubelle s’accumulait.

Alors même qu’elle n’était pas encore adolescente, Lorna eu vu une opportunité. Elle fait fondre le plastique pour en faire de petits ornements qu’elle vend.

Dans la vingtaine, Lorna a lancé un programme de recyclage. L’Organisation internationale du Travail l’a aidée à façonner un plan d’affaires. A 24 ans, elle avait déjà créé 500 emplois.

Lorna a ainsi éliminé plus de 1 million de kilos de déchets de l’environnement et économisé plus de 250 hectares de forêt.

Lorna est très impressionnante. Mais elle n’est pas seule. Il y a d’innombrables autres jeunes gens avec des idées fraîches qui peuvent nous aider à réaliser le changement.

Nous ne devrions pas gaspiller leur potentiel. Et, comme l’a dit Lorna, nous devrions tenir compte des possibilités d’emploi potentiels dans le secteur des déchets.

Mesdames et Messieurs;

Cette génération de jeunes est la plus nombreuse de l’histoire. Si nous investissons dans leur éducation et leur autonomisation, nous pouvons transformer notre monde.

Trop de jeunes sont pris dans des conflits, croupissent dans la pauvreté ou luttent pour manger. Nous devons leur offrir un cadre paisible et sécurisé où ils peuvent cultiver leurs compétences et contribuer à la société.

Faisons tout notre possible pour nourrir les jeunes et leur offrir des perspectives pour l’avenir.

Je demande à tous les partenaires de soutenir l’entrepreneuriat des jeunes, l’auto-emploi et les entreprises dirigées par des jeunes. Le système des Nations Unies fera sa part. Notre initiative Global Compact (UNGC) continuera de mobiliser et soutenir les jeunes entrepreneurs dans la promotion d’un avenir plus durable.

L’ONU, la Banque mondiale et l’OIT collaborent à un Réseau pour l’emploi des jeunes afin d’aider les jeunes à créer et gérer leur propre entreprise.

Le Fonds d’équipement des Nations Unies travaille en collaboration avec la Fondation MasterCard pour créer YouthStart. Cette initiative vise à accroître l’accès aux services financiers pour les jeunes à faible revenu en Afrique Sub-saharienne. Il les aide à prendre de bonnes décisions financières, de construire une base d’actifs solide, et de créer des moyens de subsistance durables.

Maintenant, nous devons nous appuyer sur ces progrès.

Il y a cinq mesures que nous pouvons prendre ensemble:

Premièrement: Favoriser un environnement propice à entrepreneuriat des jeunes.

Deuxièmement: Renforcer les capacités des institutions locales.

Troisièmement: Fournir des services d’orientation professionnelle.

Quatrièmement: Faciliter l’accès aux financements et aux services financiers adaptés aux jeunes.

Et cinquièmement: encadrer les jeunes entrepreneurs au-delà de la phase de démarrage, afin qu’ils puissent maintenir le succès.

Nous devons également soutenir les coopératives, les initiatives de microcrédit et d’autres vecteurs de l’entrepreneuriat.

Je me réjouis de vos idées pour aider les entrepreneurs à réaliser notre vision commune d’un monde plus prospère, plus sûr et plus sécurisé.

Je vous remercie.