Problématique hommes-femmes et sécurité

Egalité des sexes et sécurité

La question de la sécurité fait partie intégrante du travail du personnel des Nations Unies, qui se trouve parfois lui-même exposé à des risques de violence ou à d’autres menaces fondées sur des facteurs divers, y compris le sexe, l'identité de genre ou l'orientation sexuelle. 

 

L'Organisation des Nations Unies est à l'avant-garde de la prise en compte de la problématique hommes-femmes, qu'elle intègre systématiquement à ses politiques et programmes. Le Département de la sûreté et de la sécurité a récemment renforcé son action à cet égard, en collaborant avec ses partenaires du Réseau interorganisations pour la gestion des mesures de sécurité afin de consolider l'ouverture à la problématique hommes-femmes et améliorer sa prise en compte à tous les échelons du système de gestion de la sécurité des Nations Unies et dans l'ensemble de ses procédures de gestion des risques de sécurité. Pour obtenir plus d'informations sur l'action du Département dans ce domaine, vous pouvez adresser vos questions à nos conseillers pour l’égalité hommes-femmes (UNDSSGenderAdvisers@un.org).

 

Politique et politiques

La politique relative aux considérations touchant l’égalité des sexes mise en place dans le cadre du système de gestion de la sécurité a été conçue pour sensibiliser le personnel à cette question et à aider les décideurs à évaluer les menaces, les risques et les vulnérabilités qui pèsent sur la sécurité de l'ensemble du personnel des Nations Unies, en particulier ses membres les plus exposés. Elle témoigne de la volonté des organismes des Nations Unies de mieux tenir compte des disparités entre les sexes dans leur système de gestion de la sécurité et d’y répondre de manière efficace et adaptée, notamment par la mise en place de mesures d'atténuation.

Cette politique est étayée par des politiques relatives à la gestion des problèmes de sécurité faisant intervenir l’égalité hommes-femmes, dans lesquelles le personnel de sécurité trouve des conseils pratiques pour se préparer et répondre à ce type de situation. 

Le Groupe de travail sur l'intégration de la problématique hommes-femmes du Réseau interorganisations pour la gestion des mesures de sécurité rédige actuellement un manuel sur la prise en compte de cette question dans la gestion des risques de sécurité et met à jour les politiques de sécurité à l'intention des femmes publiées en 2006. Le manuel devrait être publié d’ici la fin de 2017.

 

Stratégie interne du Département

Tout en s'efforçant de tenir systématiquement compte de l’égalité des sexes dans ses activités, le Département met actuellement en œuvre, en interne, sa stratégie en faveur de l'égalité des sexes et de l'autonomisation des femmes (2015-2019). Cette initiative est emmenée par la Sous-Secrétaire générale, appuyée dans son action par deux conseillers pour la problématique hommes-femmes (un administrateur et un agent des services généraux) ainsi que par une équipe de coordination, des chargés de liaison et un groupe de référence sur le terrain. Les trois principaux objectifs de cette stratégie sont les suivants: instaurer une culture institutionnelle ouverte, sans préjugés ni discrimination; améliorer la parité des sexes; et assurer la prise en compte de la égalité des sexes dans les activités du Département.

 

Egalité des sexes et formation

Le Département travaille à tenir compte de la égalité des sexes dans l'ensemble des activités de formations organisées dans le cadre du système de gestion de la sécurité des Nations Unies. La Section de la formation et du perfectionnement s'attache à faire en sorte que ses programmes de formation tiennent compte des disparités entre les sexes et se tient prête à recevoir tous commentaires ou suggestions à cet égard. Elle conçoit actuellement un nouveau programme intitulé « Sensibilisation aux questions de sécurité faisant intervenir la problématique hommes-femmes », avec l'aide précieuse d'ONU Femmes, de l'Organisation internationale pour les migrations, d'UN-GLOBE et du Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR).  En août 2017, des professionnel(le)s de la sécurité et d'autres spécialistes du domaine se sont rencontrés lors d'un atelier organisé aux fins du lancement de ce programme, qui portera sur les présupposés sexistes et leurs incidences sur la sécurité, les problèmes de sécurité liés à la question du sexe, et les mesures propres à atténuer les disparités entre les hommes et les femmes. Ce programme de formation  devrait être proposé en parallèle du programme de certification des professionnel(le)s de la sécurité, et certains de ses éléments seront intégrés à la formation Sécurité et sûreté en mission. 

Le cours de sensibilisation à la sécurité du personnel de sexe féminin est une formation courte organisée par des professionnelles de la sécurité à l'intention des femmes. Il a pour objet de renforcer la sensibilisation, la compréhension et les capacités des femmes en matière de sécurité. Ce programme, lancé en 2008 par des expertes du domaine de la sécurité travaillant pour le Programme alimentaire mondial et le Fonds des Nations Unies pour l'enfance , est coordonné par le Département en collaboration avec ONU-Femmes et le HCR. Le Département coordonne également, avec les équipes de pays des Nations Unies et les équipes de coordination du dispositif de sécurité, les demandes des entités qui souhaitent bénéficier de cette formation.

 

 

Violences sexistes à l'égard du personnel des Nations Unies

Comme tant d'autres personnes dans le monde, les membres du personnel des Nations Unies courent le risque de subir des violences fondées sur le sexe, l'identité de genre ou l'orientation sexuelle.

La menace peut s'inscrire dans le cadre de discriminations plus larges pratiquées dans une région donnée, ou émerger dans un contexte ou un lieu bien précis. Ainsi, dans certains pays, les normes sociales, qu'elles soient ou non inscrites dans la loi, peuvent mettre en danger les femmes, lesbiennes, gays, bisexuels, transgenres et intersexués appartenant au personnel des Nations Unies. 

Le Département coopère avec UN-GLOBE et ses partenaires du Réseau interorganisations pour la gestion des mesures de sécurité en vue d’améliorer ses politiques et ses programmes de formation et de concevoir des initiatives propres à renforcer la sécurité des membres du personnel qui seraient exposés à des violences fondées sur le sexe, l’identité de genre ou l’orientation sexuelle. Il collabore notamment avec le Groupe de gestion du stress traumatique afin de faire en sorte que les fonctionnaires concernés soient orientés, le cas échéant, vers des services d'appui socio-psychologique compétents. Par ailleurs, les mesures qui ont récemment été prises à l'échelle du système ont donné une place de premier plan à la problématique hommes-femmes dans le dispositif de gestion des risques de sécurité. Comme tant d'autres personnes dans le monde, les membres du personnel des Nations Unies courent le risque de subir des violences fondées sur le sexe, l'identité de genre ou l'orientation sexuelle. 

 

Prophylaxie post-exposition au VIH 

La prophylaxie post-exposition au virus de l'immunodéficience humaine (VIH) est la réponse médicale d'urgence qui est apportée aux personnes exposées au virus dans le but de prévenir une éventuelle infection. Elle recouvre les premiers soins (qui dépendent de la nature de l'exposition), des services d’appui socio-psychologique et d'orientation, une évaluation du risque d'exposition au VIH, un dépistage du virus et, selon les résultats de l'évaluation, la délivrance d'un traitement anti-VIH pour 28 jours, assorti de l'appui et du suivi nécessaires.

 L'équipe de coordination du dispositif de sécurité en place dans chaque pays est chargée de nommer les dépositaires des trousses de prophylaxie post-exposition et d'en communiquer les noms à l'ensemble du personnel par les moyens utilisés habituellement pour faire circuler les informations en matière de sécurité.

 Pour plus d'informations sur les trousses de prophylaxie post-exposition, veuillez contacter le Conseiller pour les questions de sécurité du Département en poste dans la zone concernée. Pour obtenir des précisions sur la prophylaxie post-exposition elle-même, vous pouvez adresser vos questions à Laurie Newell, coordonnatrice mondiale du programme L'ONU avec nous (pep@uncares.org) ou consulter la page Web du programme : www.uncares.org/PEP.  

 

Informations complémentaires

Pour plus d'informations sur les activités entreprises par le Département en ce qui concerne égalité des sexes, veuillez contacter nos Conseillers chargés de la question à l'adresse UNDSSGenderAdvisers@un.org. Pour obtenir des renseignements sur l'action du Département et de ses partenaires du Réseau interorganisations pour la gestion des mesures de sécurité à l'échelle du système, veuillez adresser vos questions au Groupe de la politique de sécurité, de la planification et de la coordination à l'adresse UNDSS.PPCU@un.org.