Nos services spécialisés

Services spécialisés fournis par le Département de la sûreté et de la sécurité

Pour ce qui est de la sécurité des locaux, de l’analyse des menaces ou encore de la protection rapprochée, le Département se dote des compétences nécessaires pour anticiper les changements rapides qui surviennent dans le domaine de la sécurité.

             

Voyages en avion

Les vols commerciaux constituent le principal moyen de transport du personnel de l’Organisation des Nations Unies; il est donc essentiel d’appliquer les consignes du système de gestion de la sécurité en la matière. Le Bureau de la gestion des risques aériens conseille et oriente les entités du système de gestion de la sécurité pour que les décisions prises au sujet des critères à appliquer pour le choix des exploitants aériens soient fondées sur des données factuelles. Il travaille avec plus d’une centaine d’organismes des Nations Unies, par l’intermédiaire de coordonnateurs, et avec plus de 200 professionnel(le)s de la sécurité du Département qui conseillent les unités administratives chargées des voyages et garantissent que les exploitants aériens auprès desquels elles réservent des billets ont fait l’objet de vérifications approfondies.

 

 

Centre de communications

Le Centre des communications assure, 24 heures sur 24, la liaison entre le Siège et le terrain pour toutes les questions relatives à la sécurité. Il gère l’envoi de la correspondance officielle et assure le suivi des médias afin d’appeler l’attention en temps voulu sur l’évolution de toute situation susceptible d’avoir quelque incidence sur la sûreté et la sécurité du personnel des Nations Unies partout dans le monde. Il partage les locaux du Centre des Nations Unies pour les opérations et la gestion des crises au Siège et travaille en étroite coopération avec celui-ci.

 

Évaluation, partage des connaissances et mise aux normes

Pour répondre aux demandes toujours plus nombreuses en matière d’évaluation, la Section de la mise aux normes, de l’évaluation et du suivi évalue les programmes et les politiques de sécurité et mène des évaluations thématiques dans toutes les entités du système de gestion de la sécurité pour analyser la pertinence, l’efficacité et l’efficience des mesures et programmes de sécurité de manière systématique et objective.

Elle coordonne également le dispositif établi par le Département pour mettre en commun les données d’expérience et les connaissances. Les enseignements tirés des expériences opérationnelles sont recueillis, analysés et mis en commun dans le cadre du système de gestion de la sécurité afin de renforcer la mémoire institutionnelle et de garantir la continuité des programmes. Grâce à la mise en commun de leurs connaissances, les parties prenantes à différents niveaux comprennent la pertinence des activités menées dans le cadre d’initiatives réussies, ce qui les amène à collaborer et à coopérer plus étroitement. La Section de la mise aux normes, de l’évaluation et du suivi concourt à la mise en œuvre de la stratégie de mise aux normes du Département, qui vise à garantir l’application et le respect des politiques, procédures et politiques du système de gestion de la sécurité. 

 

 

Sécurité des événements

Le Département assure la sécurité des événements spéciaux organisés par l’ONU dans le monde entier, rassemblant des milliers de délégués et de participants. Pendant la seule année 2016, il a coordonné 185 événements pour lesquels plus de 350 agents en uniforme ont été déployés.

 
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Gestion des situations de prise d’otages

Comme les entités du système de gestion de la sécurité doivent de plus en plus fréquemment mener leurs activités dans des zones à haut risques, elles ont mis au point un ensemble de politiques sur la gestion des situations de prise d’otages et des sessions de formation sur ce sujet. Ces politiques disposent que l’Organisation ne verse pas de rançon et ne fait pas de concessions importantes aux preneurs d’otages. Elle n’intervient pas non plus auprès des États Membres concernés dans le cadre des échanges d’otages. En effet, les rançons versées ou les concessions faites en vue de la libération d’un otage encouragent les prises d’otage potentiels et augmentent donc les risques qui pourraient peser à l’avenir sur d’autres membres du personnel.

 

Informatique et communications: l’innovation au service de la sécurité

La Section de l'information relative à la gestion des crises gère le volet informatique et communications du système de gestion de la sécurité des Nations Unies et notamment les systèmes informatisés, dont le mécanisme automatisé de délivrance de visa de sécurité à l’occasion des déplacements du personnel et des outils de gestion de l’information proposant des renseignements de sécurité au personnel des Nations Unies dans le monde entier. Grâce à la Section, plus de 10 000 demandes d'habilitation de sécurité sont traitées chaque jour. Les systèmes de gestion de l'information de la Section sont utilisés dans les situations de crise pour localiser rapidement le personnel présent dans la région où la crise a lieu. Ils permettent à l'ONU de s'acquitter de son devoir de protection. La Section a en outre mis au point plusieurs systèmes de gestion de l'information pour aider les membres du personnel du Département de la sûreté et de la sécurité et de l'ONU à s'acquitter des responsabilités qui leur incombent en matière de sécurité. Ces systèmes fournissent des informations stratégiques de haut niveau aux décideurs.

 
   
   

 

Détection d’explosifs 

Afin d'assurer le plus haut niveau de sécurité aux membres du personnel, aux délégués et aux visiteurs de l'ONU, la Division des services de sûreté et de sécurité du Siège mène une multitude d'opérations spéciales, notamment aux fins de la détection d'explosifs. Les unités canines se sont révélées très utiles pour recenser, prévenir et éliminer les menaces pesant sur les locaux de l'Organisation. Des unités canines sont actuellement en activité dans sept lieux d'affectation : New York, Genève, Nairobi, Vienne, Addis-Abeba, Santiago et Beyrouth. Elles assurent notamment la fouille des véhicules, les opérations de ratissage des locaux menées pour détecter des bombes et le contrôle du courrier.

 

 

 

Sécurité des locaux

L'ONU occupe des locaux dans le monde entier, souvent dans des lieux dangereux et à haut risque. Les attaques directes se multipliant, le Groupe de la sécurité des locaux fournit des conseils spécialisés sur la sécurité des bureaux de l'ONU aux agents du Département de la sûreté et de la sécurité présents sur le terrain. 

La plupart des locaux de l'ONU étant mis à disposition par les États Membres, le dispositif de gestion des risques de sécurité est utilisé pour déterminer si des mesures de sécurité supplémentaires doivent être prises.

 

 

 

Protection rapprochée

Dans l'exercice de leurs fonctions, les haut(e)s fonctionnaires de l'ONU peuvent faire face à des menaces et à des risques accrus en raison de leur plus grande visibilité, du rôle de chef de file qu'ils/elles jouent dans l'exécution de certains mandats et programmes ou des postes de haut niveau qu'ils/elles ont précédemment occupés. Ils/elles peuvent également faire l’objet de menaces supplémentaires lorsqu'ils/elles font des déclarations contre des groupes malveillants ou prennent des mesures à leur encontre, ou lorsqu’ils/elles expriment des points de vue contraires aux objectifs de ces groupes. La Division des services de sûreté et de sécurité du Siège, qui relève du Département, est chargée de coordonner les services de protection rapprochée et d’établir des normes en la matière pour l'ensemble des entités du système de gestion de la sécurité des Nations Unies.
 

 
   

Gestion du stress et du stress traumatique

Les conditions dans lesquelles le personnel de l'ONU opère ont radicalement changé au fil des ans. Le nombre de fonctionnaires exposés au stress et notamment au stress traumatique a considérablement augmenté. Le Groupe de gestion du stress traumatique a été créé en 2001 et est opérationnel depuis 2003.

 

Il est chargé de la gestion du stress et du stress traumatique ainsi que du renforcement de la résilience. Il a également des responsabilités particulières dans les domaines de la préparation aux situations d'urgence, de l'organisation des secours et de la gestion des situations de prise d’otages. En outre, il est chargé à l'échelle du système de promouvoir et de renforcer le bien-être psychosocial du personnel, en coordination avec la Division des services médicaux, les spécialistes des ressources humaines, les psychologues d'autres organismes, fonds et programmes des Nations Unies et les hauts responsables et cadres hiérarchiques. 

 

 

Mandat du Groupe de gestion du stress traumatique

  • Coordonner, à l'échelle du système des Nations Unies, la gestion des situations de stress ou de stress traumatique (y compris les crises, le décès de fonctionnaires victimes d’actes de malveillance, les prises d'otages, les évacuations, etc.);
  • Mettre au point, actualiser et coordonner à l'échelle du système des politiques et mécanismes globaux de gestion du stress et du stress traumatique;
  • Renforcer la résilience du personnel dans le monde entier:
  • En organisant des activités de formation sur la gestion du stress et des domaines connexes;
  • En évaluant les besoins et en menant des recherches sur les facteurs de stress;
  • En donnant des conseils aux dirigeants sur les mesures d'atténuation;
  • Mettre au point des outils et des documents à l'intention des psychologues et des dirigeants;
  • Présider le Groupe de travail interinstitutions des Nations Unies sur le stress.

 

Analyse des menaces

Le Département de la sûreté et de la sécurité, par l'intermédiaire de son Service de l'analyse des menaces et des risques, fournit aux entités du système de gestion de la sécurité des conseils techniques sur l'analyse des menaces. Pour appuyer la gestion des risques de sécurité, le Service analyse les informations relatives aux menaces à la sécurité et fournit les produits suivants : évaluations des menaces, profils de menaces, alertes et avis concernant les menaces, évaluations thématiques, avis et avertissements concernant les menaces et évaluations des risques pesant sur la sécurité personnelle. En outre, le Département organise des réunions d'information sur les menaces existantes à l'intention de la direction de l'ONU et des responsables de la sécurité.

 

Service de la formation et du perfectionnement 

L'élaboration de programmes de formation en matière de sûreté et de sécurité est l'une des principales activités du Département de la sûreté et de la sécurité. L'organisation d'activités de formation de haute qualité permet au personnel et aux organismes d'accomplir leurs tâches et d’exercer leurs responsabilités en toute sécurité. À cette fin, le Service de la formation et du perfectionnement est chargé de concevoir, d’élaborer, de mettre en œuvre et d’évaluer des programmes de formation uniformisés en matière de sûreté et de sécurité. 

 

Le Service est divisé en deux : une équipe de base au Siège à New York et un centre de formation régional à l'Office des Nations Unies à Nairobi (Kenya). Ces deux équipes organisent au niveau mondial des activités de formation destinées aux entités du système de gestion de la sécurité, en partenariat notamment avec des organismes, fonds et programmes. Le Département de la sûreté et de la sécurité propose des formations en ligne ainsi que des cours classiques.

 

Il dispense ou gère plus de 100 activités de formation, qui sont suivies par près de 10 000 fonctionnaires chaque année. Les formations s'adressent aux dirigeants ayant des responsabilités en matière de sécurité, aux spécialistes de la sécurité, au personnel de l'Organisation et aux hauts responsables, tels que les responsables désignés.

 

Les programmes de formation obligatoires du système de gestion de la sécurité des Nations Unies comprennent notamment un cours sur la sécurité de base sur le terrain, un cours de sécurité avancé sur le terrain et une formation à l’intention des équipes de coordination du dispositif de sécurité. Près de 400 000 fonctionnaires ont suivi ces cours depuis 2011, ce qui en fait de loin les activités de formation les plus importantes de l'Organisation. En outre, la plupart des cours comportent des modules en ligne qui doivent être suivis avant le cours.