2 mai 2017 – Les Nations Unies ont célébré mardi, pour la première fois, la Journée mondiale du thon afin de sensibiliser sur l’importance d’une gestion durable des stocks de ce poisson pour la réalisation du Programme de développement durable à l’horizon 2030.

« Les menaces croissantes résultant des activités humaines telles que la surpêche et l’impact du changement climatique et de l’acidification des océans (…) ont un impact négatif sur la préservation et l’utilisation durable des stocks de thon », a déclaré le Conseiller juridique des Nations Unies dans un message.

« Je demande instamment à toutes les parties prenantes de faire tout leur possible pour la préservation à long terme et l’utilisation durable des ressources de thon », a-t-il ajouté. À cet égard, il a souligné l’importance cruciale d’appliquer le cadre juridique international existant.

« La Conférence sur les océans, le mois prochain, offrira aux États et à toutes les autres parties prenantes une opportunité précieuse pour appuyer la mise en œuvre des cibles inscrites dans l’objectif 14 du Programme 2030 », a-t-il encore dit.

La Journée mondiale du thon a été proclamée par l’Assemblée générale en décembre 2016.

De nombreux pays sont fortement tributaires des ressources thonières pour la sécurité alimentaire et la nutrition, le développement économique, l’emploi, les recettes publiques, les moyens de subsistance, la culture et les loisirs.

À l’heure actuelle, plus de 80 États pratiquent la pêche au thon, des milliers de thoniers sillonnent les océans et la capacité de pêche thonière continue de se développer dans les océans Indien et Pacifique.

Les thons et les espèces apparentées sont très importants, tant du point de vue économique, que comme source d’alimentation. Cette catégorie comprend une quarantaine d’espèces présentes dans les océans Atlantique, Indien et Pacifique et en mer Méditerranée.

Les deux principaux produits consommés sont le thon en boîte et le sashimi/sushi. Pour les conserves, les espèces de thon à chair pâle – appelés listao et albacore – sont utilisées tandis que pour les sushis et sashimis, le thon doit être plus gras. Le thon rouge et les espèces associées tel que le thon obèse sont donc préférés sur le marché des sushis et sashimis dont la plupart se retrouvent au Japon.

Dans les îles du Pacifique, le thon est une source principale de revenus pour les gouvernements et un élément clé de la sécurité alimentaire pour les populations insulaires, souligne l’ONU Environnement.

Dans la région du Pacifique, les Parties à l’Accord de Nauru (ANP) ont fait campagne depuis 2011 pour que la Journée soit reconnue mondialement.

Les membres de l’ANP sont les États fédérés de Micronésie, Kiribati, les Iles Marshall, Nauru, Palau, la Papouasie-Nouvelle-Guinée, les Iles Salomon et Tuvalu. Leurs zones économiques exclusives combinées contrôlent 25% de l’offre mondiale de thon.