Daniela  Kroslak Cheffe adjointe

Daniela Kroslak

Cheffe adjointe

Mission des Nations Unies en appui à l’Accord sur Hodeïda (MINUAAH)

Mme Kroslak a pris ses fonctions avec une riche expérience acquise sur le terrain comme au Siège des Nations Unies, ainsi qu’en tant que chercheuse.

Avant de remplir les fonctions de Cheffe adjointe de la Mission des Nations Unies en appui à l’Accord sur Hodeïda (MINUAAH), elle a été Cheffe de cabinet de la Mission des Nations Unies pour l’appui à la justice en Haïti (MINUJUSTH) au cours de la période 2018-2019. 

De 2014 à 2018, Mme Kroslak était Administratrice générale de l’Équipe opérationnelle intégrée pour le Soudan au sein du Département des opérations de maintien de la paix, période durant laquelle elle appuyait les missions de la FISNUA (Force intérimaire de sécurité des Nations Unies pour Abyei) et la MINUAD (Opération hybride Union africaine-Nations Unies au Darfour) ainsi que le Bureau de l’Envoyé spécial pour le Soudan et le Soudan du Sud.

Mme Kroslak a également été Conseillère principale et Cheffe du Bureau de l’Envoyé spécial pour le Soudan et le Soudan du Sud et a participé aux négociations entre le Soudan et le Soudan du Sud au moment de la partition du Soudan du Sud en 2011.  Elle avait travaillé auparavant au sein de la Mission des Nations Unies au Soudan (2010-2011), à la Mission des Nations Unies en République démocratique du Congo (2004-2006) et au Fonds des Nations Unies pour la population, au Rwanda (2003-2004).

Elle a également travaillé pour l’International Crisis Group en tant que Directrice adjointe pour l’Afrique, en poste à Nairobi (Kenya) de 2007 à 2010, et pour l’Institut norvégien des affaires internationales, de 2001 à 2002.  Durant cette année passée au sein de l’Institut comme chercheuse et universitaire, elle a publié de nombreux articles dans la presse internationale, des revues académiques et a participé à des ouvrages collectifs. Elle a également écrit un livre sur le génocide rwandais (« The French Betrayal », Hurst 2007).
 

Mme Kroslak est titulaire d’un doctorat en politique internationale et d’une maîtrise en histoire internationale et politique internationale de l'Université du Pays de Galles, située à Aberystwyth (Royaume-Uni). Elle est également titulaire d’une licence en langue appliquée de l'Université Paul Valéry de Montpellier (France).