Paris, France

11 November 2021

Secretary-General's video message to the Paris Peace Forum [as prepared for delivery; French only]

Watch the video :  https://s3.amazonaws.com/downloads2.unmultimedia.org/public/video/evergreen/MSG+SG+/SG+27+Oct+21/2677442_MSG+SG+PARIS+PEACE+FORUM+28+OCT+21.mp4

Chers amis,

Rarement les fractures qui menacent notre monde n’auront été aussi grandes.

A commencer par le fossé qui nous sépare de la paix.

Les coups d’État se multiplient.

Les droits humains sont mis à mal.

Les plus vulnérables sont pris pour cible.

Et les clivages géopolitiques sapent la coopération internationale.

Nous avons besoin de dialogue.

Nous devons investir dans la prévention des conflits et le maintien et la consolidation de la paix.

Dans le même temps, la crise climatique menace notre existence même.

Il reste quelques heures à la COP26 de Glasgow pour garder l’objectif des 1.5 degrés à notre portée.

Il faut bien plus d’ambition.

Dans l’atténuation, le financement, mais aussi l’adaptation, afin de venir en aide aux communautés dont la vie est déjà bouleversée.

Il faut rétablir la confiance entre le Nord et le Sud.

Et il faut que les pays développés tiennent leurs promesses.

Si nous ne voulons pas voir les objectifs de Paris partir en fumée, nous devons agir.

Immédiatement.

Nous devons également réduire la fracture entre riches et pauvres.

Le COVID-19 a exacerbé des inégalités déjà flagrantes.

Et près d’un an après la mise au point de vaccins, des milliards de personnes attendent toujours leur première dose.

C’est une faute morale.

Nous avons besoin d’un plan de vaccination mondial permettant d’au moins doubler la production et d’acheminer des vaccins à 70 % de la population au premier semestre 2022.

Nous avons besoin d’investir dans une reprise durable, résiliente et juste.

Qui inclut tout le monde.

Il est donc urgent de réduire les fractures entre les genres – et entre les générations.

Les sociétés plus égalitaires sont aussi plus prospères.

Les lieux de décision doivent faire toute leur place aux femmes.

Il en va de même pour les jeunes.

Notre génération ne peut exclure ceux qui devront vivre avec les conséquences de nos décisions – bonnes et mauvaises.

Nous avons besoin de leurs talents.
 
Enfin, nous devons réduire la fracture numérique.

La moitié de l’humanité n’a pas accès à Internet.

Faisons en sorte que tout le monde soit connecté d’ici à 2030.

Pendant ce temps, la désinformation polarise et paralyse les sociétés.

La moindre donnée personnelle est exploitée pour manipuler notre comportement.

Et des armes autonomes – qui devraient être interdites – tuent sans intervention humaine.

Il est urgent de bâtir des cadres réglementaires qui placent les droits humains au cœur de l’avenir numérique.

Chers amis,

Ces fractures s’alimentent mutuellement.

Et aucun État ne pourra les résorber seul.

La solidarité est notre unique chance.

C’est le sens de mon rapport sur Notre Programme commun :

90 recommandations pour rétablir la confiance, relever les défis d’aujourd’hui et renforcer le multilatéralisme de demain.

Et ensemble, sauver l’humanité et la planète.

Je vous remercie.