New York

08 December 2021

Statement by the Spokesperson for the Secretary-General – on the Democratic Republic of the Congo [scroll down for French version]

Stéphane Dujarric, Spokesman for the Secretary-General

The Secretary‑General strongly condemns the attack, on 8 December, by suspected Mai-Mai elements against a United Nations High Commissioner for Refugees (UNHCR) team, travelling between Mambasa and Knyambi, in the Lubero territory in North Kivu province and escorted by a patrol of the United Nations Organization Stabilization Mission in the Democratic Republic of the Congo (MONUSCO).

The UNHCR team was returning to the city of Beni after distributing humanitarian aid to people displaced by violence and to vulnerable families from the host community. The attack resulted in the wounding of three UNHCR staff members. MONUSCO dispatched reinforcement to the scene and provided medical evacuation to the wounded.

The Secretary‑General wishes a speedy and full recovery to the wounded staff members and emphasizes that attacks against United Nations personnel and humanitarian workers may constitute a war crime. He calls on the Congolese authorities to spare no effort in investigating and promptly holding accountable the perpetrators of this unacceptable attack.

The Secretary‑General reaffirms his continued support to all humanitarian workers in their efforts to deliver assistance to the Congolese people.

***

Déclaration attribuable au Porte-parole du Secrétaire général – sur la République démocratique du Congo

Le Secrétaire général condamne fermement l'attaque, le 8 décembre, par des éléments présumés Maï-Maï contre une équipe du Haut-Commissariat des Nations Unies pour les Réfugiés (HCR) qui se déplaçait entre Mambasa et Knyambi, dans le territoire de Lubero, dans la province du Nord-Kivu, et qui était escortée par une patrouille de la Mission de l'Organisation des Nations Unies pour la Stabilisation en République démocratique du Congo (MONUSCO).

L’équipe du HCR retournait dans la ville de Beni, après avoir distribué de l’aide humanitaire à des personnes déplacées par la violence, ainsi qu’à des familles vulnérables de la communauté d'accueil. L'attaque a causé des blessures à trois membres du personnel du HCR. La MONUSCO a dépêché des renforts sur les lieux et a procédé à l'évacuation médicale des blessés.

Le Secrétaire général souhaite un prompt et complet rétablissement aux membres du personnel blessés et souligne que les attaques contre le personnel des Nations Unies et les humanitaires peuvent constituer un crime de guerre. Il appelle les autorités congolaises à ne ménager aucun effort pour enquêter et faire en sorte que les auteurs de cette attaque inacceptable aient à rendre des comptes rapidement.

Le Secrétaire général réaffirme son soutien continu à tous les travailleurs humanitaires dans leurs efforts d’assistance humanitaire à la population congolaise.