New York

03 July 2020

Secretary-General's video message on Ending Sexual Violence and Haarassment on Campuses [scroll down for French version]

I send my warmest greetings to the organizers and participants in this important virtual event to end sexual violence on college campuses.
 
Gender-based violence and harassment are criminal and unacceptable in any context, including on college campuses.
 
Such violence is a longstanding issue rooted in millennia of patriarchy, inequality and discrimination against women.
 
I am very concerned about skyrocketing reports of gender-based violence during recent lockdowns related to the COVID-19 pandemic.  
 
I repeat my call for peace in the home and an end to this scourge, and I welcome the strong global response.
 
We must build on this momentum to end the “shadow pandemic” of gender-based violence once and for all.
 
Please continue to speak out in support of survivors, and demand accountability from perpetrators.
 
The United Nations stands with you.
 
I wish you every success for your event.
*****
J’adresse mes vœux les plus chaleureux aux organisateurs ainsi qu’à toutes celles et ceux qui participent à cet important évènement virtuel visant à mettre fin à la violence sexuelle sur les campus universitaires.
 
La violence et le harcèlement fondés sur le genre sont des crimes inacceptables en toute circonstance, y compris sur les campus universitaires.
 
Ces violences constituent un problème de longue date, qui trouve ses racines dans des millénaires de patriarcat, d’inégalité et de discrimination à l’égard des femmes.
 
Je suis très préoccupé par la multiplication des actes de violence fondée sur le genre qui ont été signalés durant la période de confinement liée à la pandémie du COVID-19.
 
Je réitère mon appel à la paix dans les foyers et à l’éradication de ce fléau, et je salue les réactions retentissantes à l’appel dans le monde entier.
 
Nous devons profiter de cette dynamique pour mettre, une fois pour toutes, un terme à la « pandémie de l’ombre » qu’est la violence fondée sur le genre.
 
Je vous encourage à continuer de faire entendre votre solidarité avec les rescapées et à exiger que les auteurs soient tenus responsables de leurs actes.
 
L’Organisation des Nations Unies est à vos côtés.
 
Je vous souhaite une manifestation fructueuse.