New York

26 June 2020

Secretary-General's message on the International Day in Support of Victims of Torture [scroll down for French version]

Torture is an egregious abuse of human rights.  International law unequivocally prohibits torture in all instances.  Yet, torture continues in many countries, even those where it is criminalized.
 
On this International Day in Support of the Victims of Torture, human rights defenders and survivors of torture around the world take the opportunity to speak out against this abhorrent denial of human dignity and they act to remember and support its victims.
 
Torture diminishes everyone and everything that it touches, including torturers and the systems and States where it occurs.  Torturers must never be allowed to get away with their crimes, and systems that enable torture should be dismantled or transformed.  
 
Victims and survivors and their families must be empowered and assisted to seek justice for their ordeal.  To that end, I commend the United Nations Voluntary Fund for Victims of Torture and call for its replenishment.
 
On this International Day, let us honour the victims of torture and commit to work to achieve a world where such abuse cannot happen.  
 
*****

La torture est une odieuse violation des droits humains. Le droit international interdit sans équivoque la torture en toute circonstance. Pourtant, cette pratique persiste dans de nombreux pays, y compris dans ceux où elle est criminalisée.
 
En cette Journée internationale pour le soutien aux victimes de la torture, les défenseurs des droits humains et les personnes rescapées de la torture partout dans le monde saisissent l’occasion de s’élever contre ce déni abject de la dignité humaine et de nous rappeler qu’il faut nous souvenir des victimes et les soutenir.
 
La torture avilit chaque personne et tout ce qu’elle touche, y compris les tortionnaires et les systèmes et États où elle a cours. Les tortionnaires ne doivent jamais être autorisés à échapper aux conséquences de leurs crimes, et les systèmes qui permettent la torture devraient être démantelés ou transformés. 
 
Il faut donner des moyens d’action aux victimes et aux rescapés, ainsi qu’à leurs familles, et les aider à demander justice pour le calvaire subi. Je félicite donc ici le Fonds de contributions volontaires des Nations Unies pour les victimes de la torture et demande que ses ressources soient reconstituées.

En cette Journée internationale, rendons hommage aux victimes de la torture et engageons-nous à œuvrer pour un monde où une telle violation est impossible.