New York

20 June 2020

Secretary-General's message on World Refugee Day 2020 [scroll down for French version]

Nearly 80 million women, children, and men around the world have been forced from their homes as refugees or internally displaced people. Even more shocking: ten million of these people fled in the past year alone.

On World Refugee Day, we pledge to do everything in our power to end the conflict and persecution that drive these appalling numbers.

Today, we also recognize the generosity and humanity of host communities and countries that often struggle with their own economic and security concerns. We owe these countries our thanks, our support and our investment.  

We must all work to re-establish the integrity of the international refugee protection regime, and to implement the pledges made at the Global Refugee Forum, so that refugees and host communities receive the support they need.

This year, the COVID-19 pandemic poses an additional threat to refugees and displaced people, who are among the most vulnerable. My recent Policy Brief on COVID-19 and People on the Move called on governments to ensure that they are included in all response and recovery efforts.

Refugees and displaced people are also prominent among those who are stepping up to make a difference on the frontlines of the response.

From camps in Bangladesh to hospitals in Europe, refugees are working as nurses, doctors, scientists, teachers and in other essential roles, protecting themselves and giving back to the communities that host them.

On World Refugee Day, we thank refugees for their resourcefulness and determination to rebuild their own lives, and to improve the lives of those around them.

Today and every day, we stand in unity and solidarity with refugees and recognize our fundamental obligation to shelter those fleeing war and persecution.

 

*****

 
Près de 80 millions de femmes, d’enfants et d’hommes dans le monde entier ont été contraints de quitter leur foyer en tant que réfugiés ou personnes déplacées à l’intérieur de leur pays. Fait plus choquant encore : dix millions de ces personnes ont fui au cours de la seule année dernière.
 
En cette Journée mondiale des réfugiés, nous nous engageons à faire tout ce qui est en notre pouvoir pour mettre fin aux conflits et aux persécutions qui sont à l’origine de ces chiffres effroyables.
 
Aujourd’hui, nous saluons la générosité et l’humanité des communautés et des pays d’accueil, qui ont souvent leur propre lot de difficultés économiques et de problèmes de sécurité. Nous devons à ces pays nos remerciements, notre soutien et notre investissement.
 
Nous devons tous œuvrer à rétablir l’intégrité du régime international de protection des réfugiés et nous employer à honorer les promesses formulées lors du Forum mondial sur les réfugiés, afin que les réfugiés et les communautés d’accueil reçoivent l’appui dont ils ont besoin.
 
Cette année, la pandémie du COVID-19 constitue une menace supplémentaire pour les personnes réfugiées et déplacées, qui comptent parmi les plus vulnérables. Dans ma récente note de synthèse sur le COVID-19 et les personnes en situation de déplacement, j’ai appelé les gouvernements à s’assurer qu’elles soient prises en compte dans tous les plans de riposte et de relance.
 
Les personnes réfugiées et déplacées sont nombreuses dans les rangs de ceux qui donnent d’eux-mêmes pour intervenir en première ligne de la riposte.
 
Des camps au Bangladesh aux hôpitaux d’Europe, les femmes et hommes réfugiés travaillent comme infirmières ou infirmiers, médecins, scientifiques, enseignants et assurent d’autres fonctions essentielles, tout en se protégeant eux-mêmes et contribuant aux sociétés qui les accueillent.
 
En cette Journée mondiale des réfugiés, nous remercions les personnes réfugiées pour l’ingéniosité et la détermination dont elles font preuve pour reconstruire leur vie et améliorer celle des membres de leur entourage.
 
Aujourd’hui et chaque jour, nous sommes unis et solidaires avec les réfugiés et nous reconnaissons notre obligation fondamentale d’accueillir celles et ceux qui fuient la guerre et les persécutions.