New York

27 February 2020

Secretary-General's remarks at the New School: "Women and Power" [scroll down for French version]

Dear students, dear friends, It is a great pleasure to be here today. Thank you for honouring me with this degree and through me, the United Nations and our staff around the world.
The New School is a special place. I am an engineer by training and physics has been the biggest intellectual passion of my life. But I reserve my greatest admiration for artists, philosophers, social scientists and those who explain the world and make it more beautiful.
I thank the New School for helping to uplift us and give meaning to our lives. No place is better than the New School for me to explain our view on women and power, and our very strong commitment to gender equality in everything we do.
As a man born in western Europe, I have enjoyed many privileges. But my childhood under a military dictatorship in Portugal opened my eyes to injustice and oppression.
As a student doing volunteer work in the slums of Lisbon, throughout my political career, and as the leader of the United Nations refugee agency, I have always felt compelled to fight against injustice, inequality and the denial of human rights.
Today, as Secretary-General of the United Nations, I see one overwhelming injustice across the globe; an abuse that is crying out for attention. That is gender inequality and discrimination against women and girls.
Everywhere, women are worse off than men, simply because they are women. Migrant and refugee women, those with disabilities, and women members of minorities of all kinds face even greater barriers.
This discrimination harms us all. Just as slavery and colonialism were a stain on previous centuries, women’s inequality should shame us all in the 21st. Because it is not only unacceptable; it is stupid.
Only through the equal participation of women can we benefit from the intelligence, experience and insights of all of humanity. Women’s equal participation is vital to stability, helps prevent conflict, and promotes sustainable, inclusive development.
Gender equality is the prerequisite for a better world.
Dear friends, dear students,
This is not a new issue. Women have been fighting for their rights for centuries.
Five hundred years ago, Queen Nzinga Mbandi of the Mbundu waged war against Portuguese colonial rule in present-day Angola.
Mary Wollstonecraft, who wrote A Vindication of the Rights of Women in 1792, is often seen as the mother of western feminism.
Sixty years later, Sojourner Truth delivered an impassioned plea for women’s rights while she worked to abolish slavery.
The women’s rights movement came of age in the twentieth century.
Women heads of state dispelled any doubts about women’s ability to lead.
The Universal Declaration of Human Rights asserted the equal rights of men and women; and the Convention on the Elimination of All Forms of Discrimination Against Women outlined a vision of gender equality.
Today, young women like Malala Yousafzai and Nadia Murad are breaking barriers and creating new models of leadership.
But despite these advances, the state of women’s rights remains dire. Inequality and discrimination are the norm, everywhere.
Progress has slowed to a standstill – and in some cases, been reversed.
There is a strong and relentless pushback against women’s rights.
Violence against women, including femicide, is at epidemic levels.
More than one in three women will experience violence in some form during her lifetime. Legal protections against rape and domestic violence are being diluted or rolled back in some places.
Rape within marriage continues to be legal in 34 countries.
Women’s sexual and reproductive rights are under threat from different sides.
Women leaders and public figures face harassment, threats and abuse, online and off. The policing of personal freedom and dress are a daily reality for millions of women and girls.
From governments to corporate boards to awards ceremonies, women are still excluded from the top table.
Policies that penalize women, like austerity and coercive reproduction, are back in fashion. Peace negotiations still exclude women, twenty years after all countries pledged to include them. And the digital age could make these inequalities even more entrenched.
Dear friends and dear students,
Gender equality is fundamentally a question of power. We live in a male-dominated world with a male-dominated culture. We have done so for millennia.
The historian Mary Beard has identified the deep historical roots of patriarchy in western culture.
In the Odyssey, written three thousand years ago, Homer describes Telemachus telling his mother, Penelope, to be quiet and to leave the talking to men. Unfortunately, Telemachus would not be out of place in some of my meetings today.
Patriarchy – a social system founded on inheritance through the male line – continues to affect every area of our lives.
We are all – men and women, girls and boys – suffering the consequences. Male-dominated power structures underpin our economies, our political systems and our corporations.
Even Hollywood fame does not protect women from men who wield physical, emotional and professional power over them. I salute those who have courageously spoken up and fought back.
A hidden layer of inequality is built into the institutions and structures that govern all our lives – but are based on the needs of just half the population.
The writer Caroline Criado Perez calls this “default man” thinking: the unquestioned assumption that men are standard, and women the exception.
This has led to the biggest data gap in the world.
Very often, women are not counted, and their experiences don’t count.
The consequences are everywhere, from toilet facilities to bus routes.
Women are at higher risk of being injured in a car accident, because seats and safety belts fit default man.
Women have a higher fatality rate from heart attacks because diagnostic tools are designed around default man.
Default man thinking even extends into space, which is indeed the final frontier – for women. More than 150 men have walked in space, but just a handful of women, particularly because spacesuits are designed for default man. No woman has walked on the moon – although women mathematicians played an essential part in putting men there. At last, we are finally celebrating the achievements of these women, including Katherine Johnson who passed away this week.
All too often, alongside violence, control, male-dominated power structures and hidden discrimination, women and girls contend with centuries of misogyny and the erasure of their achievements.
From the ridiculing of women as hysterical or hormonal, to the routine judgement of women based on their looks; from the myths and taboos that surround women’s natural body functions, to mansplaining and victim-blaming – misogyny has been everywhere.
Conversely, across centuries and cultures, words like “genius” and “brilliant” are used far more often to describe men than women.
Which is less surprising when men have made the rules and banned women from participating in it. The damage done by patriarchy and inequality goes far beyond women and girls.
Men have a gender too.
It is defined so rigidly that it can trap men and boys into stereotypes that involve risky behaviour, physical aggression and an unwillingness to seek advice or support.
As the writer Chimamanda Ngozi Adichie puts it: “Masculinity is a hard, small cage, and we put boys inside this cage.”
Around the world, men have shorter life spans than women; they are more likely to be in prison and to use and experience violence; and they are less likely to seek help.
We have defined men’s power in ways that come at great cost – to men themselves.
Gender equality has enormous benefits for men’s personal relationships. Men who share caregiving and spend more time with their families are happier, and have happier children.
On a larger scale, transforming the balance of power is essential, not only as a question of human rights, personal development, health and wellbeing.
It is critical to solving some of the most damaging and intractable problems of our age, from deepening inequality and polarization to the climate crisis.
Friends, dear students,
I see five areas in which achieving gender equality can transform our world. First, conflict and violence. There is a straight line between violence against women, civil oppression and conflict.
Trillions of dollars are spent every year on peace and security. But we should be asking: whose peace? Whose security?
Inter-state conflict makes headlines, but in some of the most violent parts of the world, levels of femicide - the killing of women – are comparable to a war zone. 137 women around the world are killed by a member of their own family every day.
Impunity rates are above 95 percent in some countries.
In other words, we have men waging war on women – but no one is calling for a ceasefire or imposing sanctions. And how a society treats the female half of its population is a significant indicator of how it will treat others.
Rape and sexual slavery are routinely used as a tactic of war, and misogyny is part of the ideology of almost all violent extremist groups.
Conversely, involving women leaders and decision-makers in mediation and peace processes leads to more lasting and sustainable peace.
The United Nations is committed to putting women at the centre of our conflict prevention, peacemaking, peacebuilding and mediation efforts – and to increasing the numbers of our women peacekeepers.
Second, the climate crisis.
The existential emergency we are facing is the result of decisions that were taken mainly by men, but have a disproportionate impact on women and girls.
Drought and famine mean women work harder to find food and water, while heatwaves, storms and floods kill more women and girls than men and boys.
Women and girls have long been leaders and activists on the environment, from Wangari Maathai and Jane Goodall to the Fridays for Future movement. But the impact of gender inequality on climate action goes deeper.
Initiatives to reduce and recycle are overwhelmingly marketed at women, while men are more likely to put their faith in untested technological fixes.
There is plenty of evidence that women are more open than men to reducing their personal environmental impact.
And recent studies show that women economists and parliamentarians are more likely to support sustainable, inclusive policies.
There is a risk that safeguarding our planet is seen as “women’s work” – just another domestic chore.
I am grateful to young people, Generation Z, including many of you here in this room, who are working for climate action and gender equality, while recognizing the reality of non-binary identities and solutions.
Macho posturing will not save our planet.
Gender equality, including men stepping up and taking responsibility, is essential if we are to beat the climate emergency.
Dear students, dear friends,
The third area in which women’s rights and equal opportunities can create a breakthrough is in building inclusive economies. Worldwide, women still earn just 77 cents for every dollar earned by men.
The latest research by the World Economic Forum says it will take until 2255 to close the gender pay gap.
How can I tell my granddaughters that their granddaughters’ granddaughters will still be paid less than a man for the same work?
The gender pay gap is one reason why 70 percent of the world’s poor are women and girls.
Another is that women and girls do some 12 billion hours of unpaid care work around the world every day – three times more than men.
In some communities, women can spend 14 hours a day cooking, cleaning, fetching wood and water and caring for children and the elderly. Economic models classify these hours as “leisure time”.
Gross Domestic Product puts zero value on anything that happens in the home.
But this flawed metric is the baseline for economic decision-making, distorting policies and denying women opportunities. Women who do have an income are more likely than men to invest in their families and communities, strengthening economies and making them more resilient.
Women also tend to take a longer view. Corporate boards that include them are more stable and profitable.
The recent decision by one of the world’s biggest investment banks not to take a company public unless it has a woman board member was not made on moral grounds. It was financial good sense.
Women’s equal economic rights and opportunities are a global imperative if we are to build a fair globalization that works for all.
Fourth, the digital divide.
When a couple complained last year that the man’s credit limit was 20 times higher than his wife’s, despite her higher credit score, the discrepancy was blamed on an algorithm. But with women occupying just 26 per cent of jobs in Artificial Intelligence, it is no surprise that many algorithms are biased towards men.
Digital technology can be an enormous force for good.
But I am deeply concerned by the male domination of technological professions in the universities, start-ups and Silicon Valleys of this world.
These tech hubs are already shaping the economies and societies of the future, with a huge impact on the evolution of power relations.
Unless women play an equal role in designing digital technologies, progress on women’s rights could be reversed. Lack of diversity will not only expand gender inequality.
It will limit the innovation and scope of new technologies, making them less useful for everyone.
Fifth and finally, political representation.
Women’s participation in parliaments around the world has doubled in the last 25 years – to one quarter. Fewer than one-tenth of states are led by a woman.
But women’s representation in government is not about stereotypical “women’s issues” like opposing sexual harassment or promoting childcare.
Women in government drive social progress and meaningful changes to people’s lives.
Women are more likely to advocate for investment in education and health; and to seek cross-party consensus and common ground.
When the numbers of women reach a critical mass, governments are more likely to innovate, and to challenge established orthodoxies. In other words, women in politics are redefining and redistributing power.
It is no coincidence that the governments that are redefining GDP to include wellbeing and sustainability are led by women. It is simple math.
Women’s participation improves institutions.
Doubling the resources, capacity and expertise we put into decision-making benefits everyone.
One of my first priorities as Secretary-General of the United Nations was to bring more women into leadership positions. On 1st January this year, we achieved gender parity – 90 women and 90 men – in the ranks of full-time senior leadership, two years ahead of the target date I set at the start of my tenure.
We have a roadmap in place to achieve parity at all levels in the years ahead. This long-overdue change is an essential recognition of the equal rights and abilities of women staff.
It is also about improving our efficiency and effectiveness for the people we serve. Dear students, dear friends, The opportunity of man-made problems – and I choose these words deliberately – is that they have human-led solutions.
Thriving matriarchal societies throughout history and around the world show that patriarchy is not inevitable. We have recently seen women, many of them young, demanding transformational change.  
From Sudan to Chile to Lebanon, they are calling for freedom from violence, greater representation and urgent climate action, and questioning economic systems that fail to deliver opportunities and fulfilment for many.
We owe these young leaders our voices and our support. Gender equality is part of the DNA of the United Nations. The equal rights of women and men are included in the Charter – our founding document.
As we mark our 75th anniversary this year, along with the 25th anniversary of the Beijing Conference on Women, we are redoubling our efforts to support women’s rights across the board.
Last month, the United Nations launched a Decade of Action to achieve the Sustainable Development Goals – the blueprint for our partnership with governments to build peaceful, prosperous and inclusive societies on a healthy planet.
Gender equality is a goal in itself, and key to achieving the other 16 goals.
The Decade of Action is aimed at transforming institutions and structures, broadening inclusion and driving sustainability. Repealing laws that discriminate against women and girls; increasing protection against violence; closing the gap in girls’ education and digital technology; guaranteeing full access to sexual and reproductive health services and rights; and ending the gender pay gap are just some of the areas we are targeting.
Women’s equal leadership and participation are fundamental. That is why in the past, I always supported quotas – the most effective way to achieve a radical shift in the balance of power. Now is the time for gender parity in governments, parliaments, corporate boards and institutions everywhere.
Over the next two years, I intend to deepen my personal commitment to highlighting and supporting gender equality in all areas of our work.
I will contact governments that have discriminatory laws on their books to advocate for change and offer our support; and urge each new government to achieve gender parity in senior leadership.
I will explore ways to maximize the influence of the United Nations to make sure women have equal representation in peace processes; and strengthen our work on the links between violence against women and international peace and security.
I will continue to meet women whose lives have been affected by violence. I will also advocate for GDP to include measures of well-being and sustainability and for unpaid domestic work to be given its true value.
I am committed to ending “default male” thinking across the United Nations. We are a data-driven organization; it is essential that our data does not make the ridiculous assumption that men are the norm and women are the exception.
We need women’s voices and contributions at the forefront in peace negotiations and trade talks; at the Oscars and the G20; in board rooms and classrooms; and at the United Nations General Assembly.
Dear students, dear friends,
Gender equality is a question of power; power that has been jealously guarded by men for millennia.
It is about an abuse of power that is damaging our communities, our economies, our environment, our relationships and our health.
We must urgently transform and redistribute power, if we are to safeguard our future and our planet.
That is why all men should support women’s rights and gender equality. And why I am a proud feminist.
Women have equaled and outperformed men in almost every sphere. It is time to stop trying to change women, and start changing the systems that prevent them from achieving their potential.
Our power structures have evolved gradually over thousands of years. One further evolution is long overdue. The 21st century must be the century of women’s equality. Let us all play our part in making it so.
Thank you.

*****
Monsieur Van Zandt,
Monsieur Aleinikoff,
Madame Chang,
Chères étudiantes, chers étudiants, chers amis, 
C’est un grand plaisir pour moi que d’être ici aujourd’hui. Je vous remercie de l’honneur que vous me faites et à travers moi, à l’Organisation des Nations Unies et à notre personnel dans le monde entier en me nommant docteur honoris causa. La New School est un lieu spécial. Je suis ingénieur de formation et la physique est la grande passion intellectuelle de ma vie. Mais les personnes pour lesquelles j’éprouve le plus d’admiration sont les artistes, les philosophes, les spécialistes des sciences sociales et toutes celles et tous ceux qui expliquent le monde et le rendent plus beau.
La New School contribue à nous élever et à donner un sens à notre vie, et je lui en suis reconnaissant.
Chères étudiantes et chers étudiants, chers amis,
Je suis un homme né en Europe occidentale. À ce titre, j'ai bénéficié de nombreux privilèges. Mais mon enfance passée sous la dictature militaire au Portugal m'a ouvert les yeux sur l'injustice et l'oppression. Déjà quand j’étais étudiant et que je travaillais bénévolement dans les taudis de Lisbonne, puis tout au long de ma carrière politique de Premier Ministre et de Haut-Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés, je me suis toujours senti tenu de lutter contre l’injustice, l'inégalité et le déni des droits humains.
Aujourd’hui Secrétaire général de l’Organisation des Nations Unies, je constate l’omniprésence d’une certaine injustice dans le monde entier, d’un préjudice qui réclame toute notre attention : les inégalités de genre et la discrimination envers les femmes et les filles.
Partout, les femmes sont moins bien loties que les hommes, pour la simple et bonne raison qu’elles sont des femmes.
Les migrantes et les réfugiées, les femmes handicapées et celles qui appartiennent à des minorités se heurtent à des obstacles encore plus importants.
Cette discrimination nous fait du tort, à toutes et à tous.
De même que l’esclavage et le colonialisme ont entaché les siècles passés, l’inégalité que subissent les femmes au XXIe siècle devrait faire honte à chacune et à chacun d’entre nous.
Pas seulement parce qu’elle est inacceptable, mais parce qu’elle est absurde. 
Renoncer à l’égale participation des femmes et des hommes, c’est renoncer à l’intelligence, à l’expérience et aux connaissances de la moitié de l’humanité.
La rendre possible, c’est la clef de la stabilité. C’est favoriser la prévention des conflits et ouvrir la voie au développement durable et inclusif.
L’égalité des genres est la condition sine qua non d’un monde meilleur.
Mesdames et Messieurs, chères étudiantes et chers étudiants,
Il ne s’agit pas d’un sujet nouveau. Voilà des siècles que les femmes luttent pour leurs droits.
Il y a 500 ans, Nzinga Mbandi, reine des Mbundu, a mené une guerre contre la domination coloniale portugaise dans l’actuel Angola.
Mary Wollstonecraft, qui a écrit Défense des droits de la femme en 1792, est souvent considérée comme la mère du féminisme occidental.
Soixante ans plus tard, Sojourner Truth a plaidé avec passion pour les droits des femmes tout en œuvrant pour l’abolition de l’esclavage.
Le mouvement pour les droits des femmes est arrivé à maturité au XXe siècle. Les femmes chefs d’État n’ont laissé subsister aucun doute quant à la capacité des femmes à diriger. La Déclaration universelle des droits de l’homme a consacré l’égalité des droits entre les femmes et les hommes, tandis que la Convention sur l’élimination de toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes a esquissé une manière de concevoir l’égalité des genres. 
Aujourd’hui, des jeunes femmes comme Malala Yousafzai et Nadia Murad font tomber les barrières et créent des modèles de leadership inédits. 
Malgré ces avancées, la situation des droits des femmes reste désastreuse.
Partout, l’inégalité et la discrimination sont la norme.
Nos progrès sont au point mort. Dans certains cas, nous faisons marche arrière.
La réalisation des droits des femmes est entravée par des forces de réaction puissantes et obstinées.
La violence faite aux femmes, en particulier les féminicides, atteint des proportions épidémiques. Plus d’une femme sur trois subira des violences d’une forme ou d’une autre au cours de sa vie.
Les protections juridiques contre le viol et la violence domestique sont en train d’être assouplies ou revues à la baisse. Le viol conjugal demeure légal dans 34 pays. Les droits des femmes en matière de sexualité et de procréation sont menacés de toutes parts.
Les dirigeantes et les personnalités publiques qui sont des femmes subissent harcèlement, menaces et agressions, sur Internet aussi bien qu’ailleurs.
Pour des millions de femmes et de filles, le contrôle de la liberté individuelle et de la tenue vestimentaire est une réalité quotidienne.
Des gouvernements aux conseils d’administration, en passant par les cérémonies de remise de prix, les femmes restent exclues des places de choix.
Elles sont pénalisées par de nouvelles politiques, qui vont des mesures d’austérité jusqu’aux politiques répressives en matière de reproduction.
Les femmes sont toujours tenues à l’écart des négociations de paix et ce, 20 ans après que tous les pays se sont engagés à les y associer.
Et à l’ère du numérique, ces inégalités risquent de s’enraciner encore plus profondément.
Mesdames et Messieurs,
L’égalité des genres est, fondamentalement, une question de pouvoir.
Notre monde et notre culture sont dominés par les hommes. C’est le cas depuis des millénaires.
L’historienne Mary Beard a mis en évidence les racines historiques profondes du patriarcat dans la culture occidentale.
Dans l’Odyssée, composée par Homère il y a trois mille ans, Télémaque demande à sa mère, Pénélope, de se taire et de laisser les hommes parler.
Malheureusement, l’attitude de Télémaque ne détonnerait pas dans certaines de mes réunions avec des dirigeants mondiaux.
Le patriarcat, système social fondé sur la succession par voie patrilinéaire, reste présent dans toutes les facettes de notre vie. Nous en subissons toutes et tous les conséquences, les hommes comme les femmes, les filles comme les garçons.
Tout comme nos grandes entreprises, nos systèmes économiques et politiques sont bâtis sur des structures de pouvoir dominées par les hommes.
Même lorsqu’elles connaissent la célébrité à Hollywood, les femmes ne sont pas protégées des hommes qui exercent sur elles une domination physique, affective et professionnelle. Je salue celles qui ont courageusement fait entendre leur voix et se sont défendues.
Une inégalité d’un autre type se dissimule dans les institutions et les structures qui gouvernent nos existences, mais qui sont conçues pour répondre aux besoins d’une moitié seulement de la population.
L’auteure Caroline Criado Perez décrit cette inégalité à l’aide de la notion de « l’homme par défaut ». Elle entend par là la tendance jamais remise en cause à considérer les hommes comme la norme et les femmes, comme une anomalie.
Cela est à l’origine de la plus grande lacune dans les données mondiales. Bien souvent, les femmes ne sont pas prises en compte et leur expérience ne compte pas.
On en voit les conséquences partout, des installations sanitaires aux lignes d’autobus. En cas d’accident de voiture, les femmes courent un plus grand risque d’être blessées, car les sièges et les ceintures de sécurité sont conçus pour « l’homme par défaut ». En cas de crise cardiaque, leur taux de létalité est plus élevé parce que les outils de diagnostic ont également été élaborés pour « l’homme par défaut ».
Ce constat s’étend même à l’exploration spatiale, qui est bel et bien la frontière ultime – pour les femmes. Plus de 150 hommes sont allés dans l’espace, contre seulement une poignée de femmes, en partie parce que les combinaisons spatiales sont conçues pour « l’homme par défaut ». Aucune femme n’a marché sur la Lune, bien que des mathématiciennes aient joué un rôle essentiel pour permettre à des hommes d’y parvenir.
Nous rendons enfin hommage aujourd’hui aux accomplissements de ces femmes, notamment à ceux de Katherine Johnson, qui nous a quittés cette semaine.
En plus de la violence, de la domination, des structures de pouvoir iniques et de la discrimination cachée, les femmes et les filles pâtissent trop souvent de la négation de leurs réalisations, résultat de plusieurs siècles de misogynie.
On les accuse d’être hystériques ou instables. On les juge constamment sur leur apparence. On ne cesse d’inventer des mythes et des tabous concernant leurs fonctions corporelles naturelles. S’ajoute encore à tout cela la tendance à jeter le blâme sur les victimes et la manie qu’ont les hommes de vouloir tout expliquer aux femmes : la misogynie est omniprésente.
À l’inverse, à travers les siècles et les cultures, des mots comme « génie » ou « brillant » s’emploient beaucoup plus souvent pour qualifier des hommes que des femmes.
Cela n’est guère surprenant, quand on sait que ce sont les hommes qui ont établi les règles, en excluant les femmes.
Mais les dégâts causés par le patriarcat et l’inégalité sont loin de se limiter aux femmes et aux filles.
Les hommes et les garçons ont eux aussi un genre. Celui-ci est défini de manière si restrictive qu’il peut les enfermer dans des stéréotypes qui se caractérisent par des comportements à risque, des agressions physiques et une réticence à demander des conseils ou de l’aide.
Comme l’a dit l’écrivaine Chimamanda Ngozi Adichie, la masculinité est une cage petite et rigide dans laquelle nous mettons les garçons.
Partout dans le monde, les hommes ont une espérance de vie plus courte que les femmes, ils sont plus susceptibles d’être incarcérés, d’employer et de connaître la violence, et ils sont moins enclins à chercher de l’aide.
Le pouvoir des hommes a un prix et ce prix est élevé, même pour les hommes. 
L’égalité des genres présente un grand intérêt pour les relations personnelles des hommes. Les hommes qui prennent part aux tâches familiales et qui passent plus de temps avec leur famille sont plus heureux – et leurs enfants aussi.
À plus grande échelle, il est essentiel de transformer les rapports de force, et cela, pas seulement dans la perspective des droits humains, du développement personnel, de la santé et du bien-être.
C’est également indispensable pour régler certains des problèmes les plus graves et les plus difficiles à surmonter de notre temps, de l’aggravation des inégalités et des clivages jusqu’à la crise climatique.
Mesdames et messieurs, chères étudiantes et chers étudiants,
Pour moi, il y a cinq domaines où l’égalité des genres est vouée à transformer notre monde.
Premièrement, le conflit et la violence. 
Conflits, violence contre les femmes et oppression des civils sont directement liés.
Chaque année, des milliards de dollars sont consacrés à la promotion de la paix et de la sécurité. Mais la paix de qui ? La sécurité de qui ?
Pendant que les conflits entre États font les gros titres, certaines régions connaissent des taux de féminicide comparables à la mortalité constatée dans les zones de guerre. À l’échelle mondiale, 137 femmes sont tuées chaque jour par un membre de leur famille. Dans certains pays, plus de 95 % des meurtres de femmes restent impunis.
En d’autres termes, il y a des hommes qui font la guerre aux femmes. Mais personne ne réclame un cessez-le-feu ou n’impose de sanctions.
La façon dont une société traite la moitié féminine de sa population est révélatrice de la façon dont elle traite les autres sociétés.
Le viol et l’esclavage sexuel servent couramment de tactique de guerre, et la misogynie fait partie de l’idéologie de presque tous les groupes extrémistes violents.
Inversement, la participation de dirigeantes et de décideuses aux processus de médiation et de paix conduit à une paix plus durable, plus pérenne.
L’ONU s’emploie à placer les femmes au centre de son action de prévention des conflits, de rétablissement de la paix, de consolidation de la paix et de médiation – et à augmenter le nombre de femmes affectées au maintien de la paix.
Deuxièmement, la crise climatique.
La menace pressante qui pèse sur notre existence est la conséquence de décisions qui ont été prises pour l’essentiel par des hommes, mais qui touchent tout particulièrement les femmes et les filles.
La sécheresse et la famine font que les femmes travaillent plus dur pour trouver de la nourriture et de l’eau, tandis que les vagues de chaleur, les tempêtes et les inondations tuent plus de femmes et de filles que d’hommes et de garçons.
Voilà longtemps que les femmes jouent un rôle de premier plan dans la lutte pour l’environnement : que l’on pense à Wangari Maathai, à Jane Goodall ou encore au mouvement Fridays for Future.
Mais les inégalités de genre ont des répercussions bien plus profondes sur l’action climatique.
Les campagnes en faveur du recyclage et de la réduction des déchets ciblent avant tout les femmes, tandis que les hommes paraissent plus enclins à faire confiance à des solutions technologiques qui n’ont jamais été testées.
Tout indique que les femmes sont plus disposées que les hommes à réduire leur propre impact environnemental.
Récemment, des études ont fait ressortir que parmi les économistes et les parlementaires, les femmes étaient plus susceptibles de soutenir des politiques durables et inclusives.
La sauvegarde de la planète risque d’être considérée comme un « travail de femme ». Autrement dit, comme une tâche ménagère parmi d’autres. 
Je suis reconnaissant aux jeunes, celles et ceux de la génération Z, à laquelle appartiennent nombre d’entre vous, qui œuvrent en faveur de l’action climatique et de l’égalité femmes-hommes sans perdre de vue la réalité des identités et des solutions non binaires.
Les postures machistes ne nous permettront pas de sauver notre planète.
Sans égalité des genres, il sera impossible de répondre à l’urgence climatique. Cela signifie aussi que les hommes doivent agir et prendre leurs responsabilités.
Chères étudiantes, chers étudiants, chers amis,
Le troisième domaine où les droits des femmes et l’égalité des chances pourraient nous permettre de faire un grand pas en avant, c’est l’édification d’économies inclusives.
En moyenne dans le monde, quand un homme gagne 1 dollar, une femme ne touche que 77 cents. Selon les dernières recherches du Forum économique mondial, cet écart de rémunération ne sera pas comblé avant 2255. 
Comment expliquer à mes petites-filles que les petites-filles de leurs petites-filles seront toujours moins bien payées que les hommes, pour faire le même travail ?
L’écart de rémunération est l’une des raisons pour lesquelles 70 % des pauvres dans le monde sont des femmes et des filles.
Une autre raison est que, à l’échelle mondiale, les femmes et les filles effectuent chaque jour quelque 12 milliards d’heures de tâches familiales non rémunérées, soit trois fois plus que les hommes. 
Dans certains endroits, les femmes passent jusqu’à 14 heures par jour à cuisiner, à nettoyer, à chercher du bois et de l’eau et à s’occuper des enfants et des personnes âgées.
D’après les modèles économiques, ce travail relève du « temps libre ».
À l’aune du produit intérieur brut, rien de ce qui se passe à la maison n’a de valeur. Cette mesure erronée sert pourtant de base aux décisions économiques, ce qui fausse les politiques et prive les femmes de possibilités.
Les femmes qui ont des revenus sont plus susceptibles que les hommes d’investir dans leur famille et leur communauté, ce qui renforce l’économie et la rend plus résiliente.
Les femmes ont également tendance à envisager les choses à plus long terme. Les entreprises sont plus stables et plus rentables quand des femmes siègent au conseil d’administration.
Récemment, l’une des plus grandes banques d’investissement au monde a décidé de ne pas introduire en bourse les sociétés qui ne comptent pas de femme parmi les membres de leur conseil d’administration. Ses motivations n’étaient pas d’ordre moral, mais financier. C’était tout simplement du bon sens.
Si nous voulons une mondialisation équitable qui profite à tous, l’égalité des droits et des chances économiques doit devenir réalité dans le monde entier.
Quatrièmement, le fossé numérique.
Lorsqu’un couple s’est plaint l’année dernière que la limite de crédit de monsieur était 20 fois supérieure à celle de madame bien que la cote de crédit de celle-ci fût meilleure, l’anomalie a été imputée à un algorithme.
Sachant que les femmes n’occupent que 26 % des emplois dans le secteur de l’intelligence artificielle, il n’est guère surprenant que de nombreux algorithmes soient biaisés en faveur des hommes.
La technologie numérique peut être une grande source de bienfaits. Mais je suis profondément préoccupé par le fait que ce sont les hommes qui occupent la plupart des emplois dans le secteur de la technologie, que ce soit dans les universités, dans les start-ups ou encore dans les Silicon Valleys du monde entier.
Ces pôles technologiques façonnent déjà les économies et les sociétés du futur, ce qui a des répercussions considérables sur l’évolution des rapports de force.
Si les femmes ne participent pas au même titre que les hommes à la conception des technologies numériques, les avancées obtenues en matière de droits des femmes pourraient bien être remises en question.
Non seulement le manque de diversité accentuera les inégalités de genre, mais il limitera l’innovation et la portée des nouvelles technologies, et les rendra moins utiles.
Cinquièmement et dernièrement, la représentation politique.
La part des femmes qui siègent au parlement dans le monde entier a doublé au cours des 25 dernières années et atteint désormais un quart. Moins d’un État sur 10 est dirigé par une femme.
Mais la représentation des femmes dans les instances de l’État n’a rien à voir avec les questions dites féminines, comme l’opposition au harcèlement sexuel ou la promotion des services de garde d’enfants. Les femmes au pouvoir sont les moteurs du progrès social et font véritablement changer la vie des gens.
Les femmes sont plus enclines à faire campagne pour l’investissement dans l’éducation et la santé, et à rechercher le consensus et un terrain d’entente entre les partis.
Plus les gouvernements comptent de femmes, plus ils innovent et remettent en question l’ordre établi.
Autrement dit, les femmes en politique réinventent et redistribuent le pouvoir.
Ce n’est pas un hasard si les États qui redéfinissent le PIB en prenant en considération le bien-être et la durabilité sont dirigés par des femmes.
C’est bien simple : la participation des femmes améliore les institutions.
Quand on multiplie par deux les ressources, les capacités et les compétences mises au service de la prise de décisions, tout le monde y gagne.
L’une de mes priorités en tant que Secrétaire général de l’Organisation des Nations Unies  a été de faire en sorte que plus de femmes occupent des postes de direction. Le 1er janvier 2020, nous sommes parvenus à la parité femmes-hommes – 90 femmes et 90 hommes – aux postes de plus haut rang occupés à temps plein, deux ans avant la date que j’avais fixée au début de mon mandat. Et nous avons un plan d’action pour arriver à la parité à tous les niveaux dans les années à venir.
Ce changement tant attendu est une reconnaissance essentielle de l’égalité des droits et des aptitudes des femmes qui travaillent pour l’Organisation. Il s’agit aussi pour nous d’être plus efficaces et plus utiles pour toutes celles et tous ceux que nous servons.
Chères étudiantes, chers étudiants, chers amis,
Les problèmes qui ont été créés par l’homme – je dis bien par l’homme – ne pourront être réglés que par l’humanité tout entière.
Les sociétés matriarcales qui ont fleuri à travers l’histoire et prospèrent dans le monde entier montrent que le patriarcat n’est pas inévitable.
Nous avons récemment entendu des femmes, dont beaucoup de jeunes, exiger un changement radical.
Du Soudan au Chili en passant par le Liban, elles réclament la fin de la violence, une meilleure représentation et une action immédiate en faveur du climat, et elles remettent en question les systèmes économiques qui n’offrent ni débouchés ni satisfaction pour le plus grand nombre.
Nous devons faire entendre notre voix pour ces jeunes dirigeantes, nous leur devons notre soutien.
L’égalité des genres fait partie de l’ADN de l’ONU. L’égalité des droits des femmes et des hommes est inscrite dans la Charte, notre texte fondateur. Alors que nous célébrons cette année le 75e anniversaire de l’Organisation et le 25e anniversaire de la Conférence de Beijing sur les femmes, nous redoublons d’efforts pour soutenir les droits des femmes dans tous les domaines.
Le mois dernier, l’ONU a lancé la Décennie d’action en faveur des objectifs de développement durable, un modèle de partenariat avec les États pour l’édification de sociétés pacifiques, prospères et inclusives sur une planète en bonne santé.
L’égalité des genres est un objectif à part entière, et elle est indispensable pour atteindre les 16 autres.
La Décennie d’action vise à transformer les institutions et les structures, à aller plus loin dans l’inclusion et à favoriser la durabilité.
Abroger les lois discriminatoires envers les femmes et les filles, améliorer la protection contre la violence, combler les écarts en matière d’éducation, de rémunération et de technologies numériques : voilà quelques-uns des domaines dans lesquels nous œuvrons.
Il est fondamental que les femmes dirigent et participent, à égalité avec les hommes.
C’est pourquoi, par le passé, j’ai été favorable aux quotas : c’est le meilleur moyen de parvenir à un changement radical dans l’équilibre des forces. L’heure est à la parité dans les gouvernements, les parlements, les conseils d’administration et les institutions, partout dans le monde. 
Au cours des deux prochaines années, j’ai l’intention de m’engager plus encore, personnellement, en faveur de l’égalité des genres dans tous les domaines de notre travail.
Je prendrai contact avec les gouvernements qui ont des lois discriminatoires pour plaider en faveur du changement et offrir notre soutien et j’exhorterai tout nouveau gouvernement à parvenir à la parité femmes-hommes aux postes de direction.
J’étudierai les moyens d’accroître au maximum l’influence de l’ONU pour faire en sorte que les femmes soient représentées, à égalité, dans les processus de paix ; je renforcerai notre travail sur les liens entre violence contre les femmes et paix et sécurité internationales. Je continuerai à rencontrer des femmes dont la vie a été marquée par la violence.
Je plaiderai en faveur de la prise en compte du bien-être et de la durabilité dans le PIB, ainsi que de la reconnaissance de la valeur réelle du travail domestique.
Je m’engage à faire en sorte que l’homme ne soit plus la référence par défaut à l’ONU. Le travail de l’Organisation repose sur les données ; il faut absolument cesser de fonder les chiffres sur le principe ridicule selon lequel l’homme serait la norme et la femme, l’exception.
Nous avons besoin que les femmes fassent entendre leur voix et qu’elles jouent un rôle de premier plan dans les pourparlers de paix comme dans les négociations commerciales ; aux Oscars comme au G20 ; dans les conseils d’administration comme dans les salles de classe ; et à l’Assemblée générale des Nations Unies.
Mesdames et Messieurs, Chères étudiantes, chers étudiants, chers amis,
L’égalité des genres est une question de pouvoir. C’est la question du pouvoir jalousement gardé par les hommes depuis des millénaires.
Nous sommes face à un abus de pouvoir qui porte préjudice à nos communautés, à nos économies, à notre environnement, à nos relations et à notre santé.
Nous devons de toute urgence transformer et redistribuer le pouvoir si nous voulons préserver notre avenir et notre planète.
C’est pourquoi tous les hommes devraient soutenir les droits des femmes et l’égalité des genres.
Et c’est pourquoi je suis fier d’être féministe.
Les femmes ont égalé et surpassé les hommes dans presque tous les domaines. 
Le moment est venu d’arrêter de vouloir changer les femmes et de commencer à changer les systèmes qui les empêchent de réaliser leur potentiel.
Nos structures de pouvoir évoluent progressivement depuis des millénaires. Une autre évolution se fait attendre depuis trop longtemps.
Le XXIe siècle doit être le siècle de l’égalité femmes-hommes.
Chacun a un rôle à jouer pour qu’il en soit ainsi.
Je vous remercie.