New York

01 December 2019

Secretary-General's message on World AIDS Day [scroll down for French version]

Ending the AIDS epidemic by 2030, as we committed to in the Sustainable Development Goals, will require a continuous collaborative effort. The United Nations, Governments, civil society and other partners have been working together to scale up access to health services and to halt new HIV infections. More than 23 million people living with HIV were receiving treatment in 2018.
 
Communities around the world are at the heart of this response―helping people to claim their rights, promoting access to stigma-free health and social services, ensuring that services reach the most vulnerable and marginalized, and pressing to change laws that discriminate.  As the theme of this year’s observance rightly highlights, communities make the difference.
 
Yet unmet needs remain. A record 38 million people are living with HIV, and resources for the response to the epidemic declined by $1 billion last year. More than ever we need to harness the role of community-led organizations that advocate for their peers, deliver HIV services, defend human rights and provide support.
 
Where communities are engaged, we see change happen. We see investment lead to results. And we see equality, respect and dignity.
 
With communities, we can end AIDS.
 
*****
Si nous voulons mettre fin à l’épidémie de sida d’ici à 2030, comme nous nous sommes engagés à le faire dans les objectifs de développement durable, nous devons agir ensemble sans relâche. L’ONU, les gouvernements, la société civile et d’autres partenaires travaillent en étroite collaboration pour élargir l’accès aux services de santé et prévenir de nouvelles infections à VIH. En 2018, plus de 23 millions de personnes vivant avec le VIH étaient sous traitement.
 
Partout dans le monde, les organisations communautaires jouent un rôle de premier plan à cet égard : elles aident les personnes touchées à faire valoir leurs droits, favorisent un accès sans stigmatisation à des services sociaux et à des services de santé, veillent à ce que les services bénéficient aux personnes les plus vulnérables et les plus marginalisées et exercent des pressions pour faire modifier les lois discriminatoires. Comme l’énonce très justement la formule retenue pour le thème de cette année, les organisations communautaires font la différence.
 
Pourtant, tous les besoins ne sont pas satisfaits. Alors que 38 millions de personnes – un chiffre record – vivent actuellement avec le VIH, les ressources consacrées à la lutte contre l’épidémie ont diminué d’un milliard de dollars l’an dernier. Nous devons plus que jamais tirer parti de l’action que mènent les membres des organisations communautaires qui se battent pour les intérêts de leurs pairs, fournissent des services liés au VIH, défendent les droits de la personne et offrent un soutien à celles et ceux qui en ont besoin.
 
Lorsque les organisations communautaires s’engagent, des changements positifs se produisent, les investissements portent leurs fruits, et l’égalité, le respect et la dignité se trouvent renforcés.
 
Avec l’aide des organisations communautaires, nous pouvons venir à bout du sida.