New York

31 October 2019

Secretary-General's Message on World Cities Day [scroll down for French]

More than half the world’s population now lives in urban areas. By 2050, two thirds will do so. Much of what will be needed to house and serve this increasingly urban world has yet to be constructed, and even some new cities will need to be built. This brings enormous opportunities to develop and implement solutions that can address the climate crisis and pave the way toward a sustainable future.
 
Cities consume more than two-thirds of the world’s energy, and account for more than 70 per cent of global carbon dioxide emissions. The choices that will be made on urban infrastructure in the coming decades – on urban planning, energy efficiency, power generation and transport – will have decisive influence on the emissions curve. Indeed, cities are where the climate battle will largely be won or lost.
 
But in addition to their enormous climate footprint, cities generate more than 80 per cent of global gross domestic product and, as centers of education and entrepreneurship, they are hubs of innovation and creativity, with young people often taking the lead.
 
From electric public transport to renewable energy and better waste management, many of the answers needed for the transition to a sustainable, low-emission future are already available. Cities around the world are turning them into a reality.  It is encouraging to see this happening, but we need this vision to become the new norm. Now is the time for ambitious action.
 
World Cities Day comes at the end of “urban October”, a month dedicated to raising awareness on urban challenges, successes and sustainability. As we conclude this period, let us commit to embracing innovation to ensure a better life for future generations and chart a path towards sustainable, inclusive urban development that benefits all.

*****

Plus de la moitié des habitants de la planète vit actuellement en ville. D’ici à 2050, ce sera le cas de deux personnes sur trois. L’essentiel des logements et infrastructures dont aura besoin ce monde toujours plus urbanisé reste à construire. Il faudra même bâtir de nouvelles villes. Il s’agit là d’une occasion exceptionnelle de trouver et de mettre en œuvre des solutions qui permettent de faire face à la crise climatique et d’ouvrir la voie à un avenir durable.
 
Au niveau mondial, les villes consomment plus des deux tiers de l’énergie et sont à l’origine de plus de 70 % des émissions de CO2. Les choix qui seront faits en matière d’infrastructures urbaines dans les décennies à venir – qu’il s’agisse d’urbanisme, de rendement énergétique, de production d’énergie ou de transports – auront une incidence décisive sur les rejets de gaz à effet de serre. C’est bien dans les villes que se décidera l’issue de la bataille du climat.
 
Les villes n’ont pas seulement une immense empreinte carbone : elles génèrent aussi plus de 80 % du produit intérieur brut mondial. Étant donné la place centrale qu’elles occupent dans l’éducation et l’entrepreneuriat, elles sont des pôles d’innovation et de créativité, où les jeunes jouent souvent un rôle moteur.
 
Des transports publics électriques à l’énergie renouvelable, en passant par une meilleure gestion des déchets, nombre de solutions nécessaires pour assurer la transition vers un avenir durable et sobre en carbone existent déjà. Partout dans le monde, des villes sont en train de les mettre en pratique. Ce changement est très encourageant, mais il faut qu’il devienne la nouvelle norme. Le moment est venu de prendre des mesures ambitieuses.
 
La Journée mondiale des villes vient clore le mois « d’octobre urbain », qui vise à mieux faire connaître les problèmes et les succès que rencontrent les villes, ainsi que la question de la durabilité urbaine. Alors que ce mois touche à sa fin, prenons l’engagement de faire nôtres les idées novatrices qui nous permettront d’offrir une vie meilleure aux générations futures et nous donneront les clés d’un développement urbain durable et inclusif, au bénéfice de toutes et tous.